Masque de grossesse

 

Ces taches brunes irrégulières sur le visage apparaissent en période de grossesse ou lors d’un traitement hormonal. Les peaux mates sont les plus exposées.

Je fais quoi ?

Des peelings très doux, à l’acide glycolique à 70 %, pour ne pas exciter davantage les mélanocytes (cellules bronzantes) et risquer le « rebond pigmentaire » (le masque fonce encore plus), suivis de l’application quotidienne, pendant plusieurs mois, d’une préparation dermato à base d’hydroquinone, d’hydrocortisone et de vitamine A acide, qui va contrôler la synthèse de mélanine pendant plusieurs mois. Le mélasma étant une dermatose capricieuse, il faut s’attendre à un traitement long (plusieurs années), exigeant un suivi régulier.

Y a t-il des contre-indications ?

  • Un herpès facial en poussée car il peut se diffuser à tout le visage après le peeling.
  • Il est préférable de ne pas intervenir en saison ensoleillée car le risque d’hyperpigmentation est maximal.

Avant l’intervention

  • La peau peut être préparée avec une crème contenant des acides de fruits (AHA) pendant 15 jours.
  • Un examen de la pigmentation sous lampe de Wood permet de définir si le mélasma est superficiel ou profond.

Comment ça se passe ?

La peau est dégraissée à l’alcool, puis le médecin applique un gel à base d’acide glycolique à la compresse sur tout le visage. Ça picote un peu, rien de bien méchant. La séance dure une vingtaine de minutes. En sortant du cabinet, la peau est à peine rosée, et elle ne peluche pas (ou du moins de façon invisible). Ensuite, tous les soirs, on enchaîne avec l’application de la préparation dépigmentante. Et dans la journée, on protège son visage derrière un filtre d’indice max (SFP 50 +). Penser à le réappliquer plusieurs fois.

Et après ?

Les irrégularités de pigmentation commencent à s’estomper à partir de la 3 ème ou 4 ème séance (espacées de 15 jours). On préconise généralement une série 6 séances. Dans 90 % des cas, les mélasmas sont bien améliorés avec ces peelings à répétition. Mais il n’est pas exclu qu’ils réapparaissent. Dans ce cas, on reprend le traitement depuis le début. Une protection solaire anti-UVB/UVA reste indispensable H24 en période d’été.

Quels sont les risques ? 

Une aggravation du mélasma. Plus le traitement est profond, plus on court le risque d’un rebond pigmentaire.

Qui consulter ?

Un dermatologue.

C’est cher ?

80 € à 150 € le peeling à l’acide glycolique. Et autour de 40 € la préparation dépigmentante.