chirurgie intime femme

Sexe femme

Votre problème  : 

  • Des petites lèvres trop longues ?
  • Une béance vulvaire ?
  • Une descente du pubis ?

Déroulez le texte pour trouver le passage qui vous concerne !

 

 

DES PETITES LEVRES TROP LONGUES 

Peu de femmes ont un sexe parfait, en forme d’abricot fendu, avec les petites lèvres qui affleurent entre les grandes lèvres. Mais parfois, la taille des petites lèvres est excessive. Elles dépassent de la fente vulvaire, ce qui n’est pas seulement inesthétique, mais peut occasionner une véritable gêne à la marche, en particulier avec le port de vêtements serrés (il faut alors littéralement « rouler » les petites lèvres à l’intérieur pour ne occasionner de lésions), lors de la pratique de certains sports (vélo, équitation) ou encore pendant les rapports sexuels. Cet aspect apparaît le plus souvent à la puberté (et dans ce cas, l’hypertrophie est souvent symétrique) mais il peut aussi survenir après un accouchement (avec fréquemment une asymétrie à la clef). Parfois, un trouble de la forme des petites lèvres est également associé.

Quelle intervention pratiquer ? 

Une chirurgie appelée « nymphoplastie » qui va permettre de travailler sur l’hypertrophie mais aussi la forme, sur l’asymétrie des petites lèvres si nécessaire.

Y a t-il des contre-indications ?

Rien de spécifique.

 Avant l’intervention

  • Un bilan sanguin est prescrit.
  • Il faut stopper la prise de tout médicament contenant de l’aspirine 10 jours avant l’intervention.
  • Cesser de fumer 1 mois avant et 1 mois après l’intervention.
  • Consulter le médecin-anesthésiste au minium 48 heures avant l’intervention.
  •  Ne rien manger ni boire au moins 6 heures avant l’intervention.
  • Le maillot doit être soigneusement épilé 7 jours avant l’intervention, pour faciliter les soins post-opératoires et éviter la macération.

Comment se déroule une nymphoplastie ?

Elle se déroule sous anesthésie générale ou anesthésie locale avec sédation. Des pinces sont mises en place pour délimiter la partie des petites lèvres à réséquer. Puis, à l’aide d’un bistouri, le chirurgien découpe le long de la petite lèvre le tissu excédentaire. La partie supérieure est préservée pour permettre de reconstruire ensuite le bord libre, remodeler joliment la petite lèvre, en harmonie avec les grandes lèvres et le volume de la vulve. « Il existe également la technique des lambeaux qui consiste à travailler dans l’épaisseur de la petite lèvre, pour la remodeler, la repulper, sans toucher à son bord libre naturel », explique le Dr Yaël Berdah, chirurgien plasticien. Les vaisseaux sont alors cautérisés, et le tout est suturé avec un fil résorbable. L’intervention dure moins d’une heure.

Et après ?

On sort le jour de la clinique le jour même. Le soir, rien n’interdit de prendre une douche si on en a envie. Côté sensations, ce n’est pas franchement douloureux mais on ressent une gêne pendant 1 semaine. Des antalgiques sont quand même prescrits au cas où. A la maison après chaque miction, il faut s’essuyer avec des lingettes intimes (leur contact est plus doux contact que le papier Q), s’offrir une toilette minutieuse matin et soir suivi d’un séchage au sèche-cheveux pour éviter toute macération. Le port de sous-vêtements en coton, pour cette même raison, est aussi vivement recommandé. Côté fringues, les médecins recommandent les jupes plutôt que les jeans serrés pour éviter toute abrasion des fils (qui tombent d’eux-mêmes après 2 à 3 semaines). La sensibilité des petites lèvres est toujours altérée après l’opération, mais revient progressivement au fil des semaines. Les rapports sexuels sont interdits pendant 1 mois, le temps de cicatriser entièrement. Idem pour le sport. Les cicatrices sont invisibles.

Quelles sont les complications éventuelles ?

  • Une nécrose de la muqueuse, notamment chez la fumeuse.
  • Une asymétrie résiduelle par résection insuffisante.
  • Une rupture des sutures chirurgicales, pouvant nécessiter une nouvelle opération.

Quel spécialiste consulter ?

Un chirurgien plasticien, certains gynécologues.

Quel est le prix d’une nymphoplastie ?

Entre 1500 € et 3000 €. L’opération réalisée dans un but esthétique n’est pas remboursée. Mais une prise en charge peut être assurée dans le cas de troubles fonctionnels associés.

 

 

UNE BÉANCE VAGINALE 

Ce problème survient à la suite de grossesses multiples ayant provoqué un très grand relâchement des muscles du vagin. La rééducation périnéale et endovaginale, même bien conduite, n’a eu aucun effet.

Quelle intervention pratiquer ?

Une vaginoplastie, intervention chirurgicale qui consiste à resserrer le vagin. Deux techniques existent.

1/Le lipofilling endovaginal

Cette intervention de médecine régénérative est indiquée dans le cas de vagins relâchés mais qui ont néanmoins conservé une petite contractilité et de patientes qui nourrissent malgré tout le projet d’avoir d’autres enfants.

Y a-t-il des contre-indications ?

Un mauvais état de santé.

Avant l’intervention

  • Un bilan pré-opératoire classique est demandé ainsi qu’un bilan gynéco, surtout si vous n’avez pas consulté depuis plusieurs années
  • Vous devez stopper tout médicament contenant de l’aspirine 15 jours avant
  • Cesser de fumer 1 mois avant et après l’intervention
  • Consulter le médecin-anesthésiste au plus tard 48 heures avant aussi
  • Ne rien boire ni manger 6 heures avant l’intervention
  • Une épilation intégrale du maillot est demandée

Le jour J

  • Un lavage du corps entier à la Bétadine est préconisé pour limiter les risques d’infection
  • Vous entrez en clinique le matin et votre sortie est prévue dans l’après-midi.

Comment se déroule le lipofilling du vagin ?

Sous anesthésie générale, le chirurgien prélève de la graisse dans un région fournie du corps (cuisses, ventre, genoux, etc.) puis la réinjecte après l’avoir purifiée, à l’aide d’une canule, entre les muscles et la muqueuse vaginale, et un peu aussi à l’intérieur de ces mêmes muscles. Cela permet de tonifier ces derniers, tout en entraînant une régénération de la muqueuse vaginale, avec une belle lubrification en prime à l’arrivée (donc adieu sécheresse, au passage). En fin d’intervention, une toilette douce est réalisée suivie d’un rinçage au sérum physiologique et un tampon hémostatique peut être introduit dans le vagin pour quelques heures (il sera retiré avant la sortie de la clinique). L’intervention dure 1 h.

Quelles sont les suites ? On doit porter une culotte gainante jour et nuit pendant 1 mois. La toilette (une douche, pas de bain) doit être réalisée avec un savon doux (ne pas utiliser d’antiseptique). Il faut ensuite bien rincer et sécher en tamponnant avec une serviette propre (à changer quotidiennement) ou des mouchoirs en papier. L’intervention n’est pas très douloureuse mais on peut ressentir une gêne pendant une semaine, surtout sur les zones liposuccées. Des antalgiques suffisent généralement à apaiser l’inconfort. Prévoir une période de repos de 2 à 5 jours selon les cas. La vulve est gonflée pendant un mois et souvent marquée de quelques bleus qui persistent pendant quinze jours. Evitez les jeans trop serrés, les strings (préférer un slip, et si possible en coton ou coton-Lycra) pendant 3 semaines pour éviter toute irritation locale qui fait le lit des mycoses. Evitez la piscine, le sauna, le hammam et côté sport, vous avez le droit de travailler le haut du corps mais pour le bas, mieux vaut attendre 3 semaines, c’est plus prudent. L’activité sexuelle reste possible mais sans pénétration.

Quels sont les risques éventuels ?

Une blessure du rectum si l’on insère la canule trop profondément. Il est donc important de confier cette intervention à un chirurgien qui connaît  bien la zone et maîtrise le technique du lipofilling.

Qui consulter ? Un chirurgien plasticien.

Quel est le prix du lipofilling endovaginal ? Autour de 3000 €.

 

2/Le lifting vaginal

Cette intervention est réalisée lorsque les muscles du vagin sont complètement distendus et que la patiente n’envisage plus, a priori, de nouvelles grossesses.

Y a-t-il des contre-indications ?

Un mauvais état de santé.

 Avant l’intervention

  • Un bilan pré-opératoire classique est demandé ainsi qu’un bilan gynéco pour s’assurer de l’absence d’infection
  • Vous devez stopper tout médicament contenant de l’aspirine 15 jours avant
  • Cesser de fumer 1 mois avant et après l’intervention pour éviter des troubles de la cicatrisation
  • Consulter le médecin-anesthésiste au plus tard 48 heures avant aussi
  • Ne rien boire ni manger 6 heures avant l’intervention
  • Une épilation intégrale du maillot est demandée 7 jours avant l’opération

Le jour J

  • Un lavage du corps entier à la Bétadine est préconisé pour limiter les risques d’infection
  • Vous entrez en clinique le matin et votre sortie est prévue le soir même.

Comment se déroule une plastie vaginale ?

Sous anesthésie générale, le chirurgien retire une bandelette de muqueuse vaginale sur la paroi postérieure du vagin puis la resserre en s’appuyant sur la couche de muscles pour redonner à ce dernier sa forme originelle de conduit (au lieu d’une ampoule). La paroi est ensuite suturée avec des fils résorbables qui se dégraderont après plusieurs mois. A l’issue de l’intervention, une toilette douce et un rinçage au sérum physiologique sont réalisés, de la vaseline est appliquée sur la partie génitale externe, puis un tampon hémostatique est inséré à l’intérieur du vagin pour quelques heures (il sera retiré avant la sortie de la clinique). L’intervention dure 1 h 30.

Quelles sont les suites ? On sort parfaitement clean du bloc, donc pas besoin de faire une toilette le soir. Le lendemain, il suffit d’utiliser un savon d’hygiène intime et de doucher la vulve avec une faible pression et de bien sécher ensuite, en tamponnant avec des mouchoirs en papier ou une serviette propre (à changer tous les jours). Il est important qu’il n’y ait pas de macération au niveau de la cicatrice, que cette dernière soit bien sèche. Si ça tiraille trop, vous pouvez appliquer une crème cicatrisante (type Cicaplast de La Roche Posay ou Cicabio Crème de Bioderma). Des antalgiques sont prescrits pour soulager les douleurs, qui peuvent persister pendant 8 jours. Un contrôle de la paroi vaginale est réalisé le lendemain pour vérifier l’absence d’hématome. Les rapports sexuels sont proscrits pendant deux mois. De même que la piscine, le sauna, hammam et  les sports où l’on réalise des écarts de jambes, des fentes, etc (running, vélo elliptique et stretching et yoga de l’extrême hautement proscrits !). Lors des règles, une protection externe est préconisée (pendant toute la période de cicatrisation). Portez des vêtement confortables pendant 3 semaines (pas de jean slim) et côté lingerie, évitez les strings. Préférez les slips en coton ou coton Lycra. Des séances de rééducation périnéale et endovaginale avec électro-stimulation peuvent apporter un plus en terme de récupération (à voir avec votre médecin). La sensibilité lors des rapports revient petit à petit. Les résultats de l’intervention sont définitifs (si, bien-sûr, on ne connaît pas de nouvel accouchement par voie basse).

Quels sont les risques éventuels ?

Un hématome qui nécessiterait une ponction.

A quel spécialiste s’adresser ? Un chirurgien plasticien.

Quel est le prix d’une plastie vaginale ? Entre 4000 et 6000 € (une prise en charge par la sécurité sociale est possible).

 

 

UNE DESCENTE DU PUBIS  

Les parties molles du pubis ont chuté à la suite d’un amaigrissement important, d’une chirurgie bariatrique, d’accouchements multiples par voie basse, de troubles du comportement alimentaires (anorexie, boulimie), ou simplement avec le grand âge (+ de 75 ans).

Quelle intervention pratiquer ? 

Un lifting du pubis. Cette intervention est très souvent réalisée en même temps qu’une plastie abdominale qui traite l’excès de peau du bas ventre car le fascia (sorte de « sous peau » située sous la graisse superficielle) qui tapisse la paroi abdominale se poursuit avec le fascia pelvien. Elle peut être complétée par une liposuccion du pubis si ce dernier est exagérément bombé et case une gêne sous des vêtements ajustés ou, a contrario, greffe des graisse s’il est insuffisamment galbé, sur une femme trop mince par exemple, ou encore une nymphoplastie (raccourcissement des petites lèvres lèvres) ou une augmentation des grandes lèvres par injection de graisse, pour leur redonner un bombé naturel. Les hommes peuvent aussi être concernés par un lifting du pubis après des séquelles d’obésité importantes.

Y a-t-il des contre-indications ?

Un mauvais état de santé, sinon rien. Même les femmes avec un diabète sévère lié à leur obésité peuvent bénéficier de l’intervention.

Avant l’intervention

  • Un bilan pré-opératoire classique est demandé
  • Vous devez stopper tout médicament contenant de l’aspirine 15 jours avant
  • Cesser de fumer 1 mois avant et après l’intervention
  • Consulter le médecin-anesthésiste au plus tard 48 heures avant aussi
  • Ne rien boire ni manger 6 heures avant l’intervention
  • Une épilation du maillot est demandée 7 jours avant l’opération

Le jour J

  • Un lavage du corps entier à la Bétadine est préconisé pour limiter les risques d’infection
  • Vous entrez en clinique le matin et votre sortie est prévue le soir même.

Comment se déroule le lifting du pubis ?

Sous anesthésie générale, le chirurgien aspire le surplus graisseux (s’il y a lieu), puis retire la peau en excès, à partir d’une cicatrice horizontale (un petit peu plus courte qu’une cicatrice de césarienne, environ 2 à 3 cm) réalisée au-dessus du pubis. La peau est ensuite remontée et les fascias distendus sont suturés avec des fils résorbables.

Le geste est très proche d’une mini-plastie abdominale. « Il faut cependant toujours vérifier la position du nombril. S’il est très descendu, c’est une véritable plastie abdominale  qu’il faut réaliser. En retendant la peau du bas ventre, on en profite pour retendre aussi la peau du pubis » indique le Dr Catherine Bergeret-Galley, chirurgienne plasticienne. Une résection verticale de la peau peut également y être associée s’il convient de réduire également la largeur du pubis, sachant que le triangle pubien idéal est équilatéral, avec chaque côté mesurant 8 à 9 cm. Dans ce cas, une cicatrice prolongera la fente pubienne. Le geste opératoire selon son importance dure entre 1 h 30 et 3h. On quitte le bloc avec un pansement modelant qui s’arrête en haut de la vulve et maintient les tissus liftés en bonne place.

Quelles sont les suites du lifting du pubis ? La reprise du travail est possible après 5 à 6 jours. Le pansement doit être conservé pendant 4 à 5 jours, ce qui interdit les douches. Mais une toilette de chat, au gant reste possible. On doit porter une culotte gainante (par-dessus le lipo-panty en cas de liposuccion associée) jour et nuit pendant 3 semaines. Des tensions douloureuses sont ressenties pendant une semaine, mais la satisfaction de sentir les tissus liftés aide à les oublier (c’est presque jouissif même). Des bleus sont classiques après l’intervention (surtout s’il y a eu lipo). Ils s’éliminent en deux semaines. La vulve est gonflée aussi pendant un mois. Il est conseillé de porter des vêtements amples et d’évite les strings le temps de la cicatrisation. L’activité sexuelle est proscrite pendant 1 mois, ainsi que la piscine, le hammam et le sport (mais le travail du haut du corps reste possible).  Surtout pas de fentes, de running, de vélo elliptique, de stretching excessif. La cicatrice s’atténue progressivement et devient très discrète après 6 mois. Elle est facilement dissimulable sous une culotte ou un maillot emboîtant.

Quels sont les risques éventuels ?

Un hématome

Quel spécialiste consulter ? Un chirurgien plasticien.

Quel est le prix d’un lifting du Mont de Vénus ? Autour de 2500 €  et entre 5000 et 6500 € si une véritable plastie abdominale est associée.

 

  

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?