Oreilles

ELLES SONT DECOLLEES

La croissance des oreilles s’achève à l’âge de 7 ans. C’est à ce moment là que certaines anomalies de cartilage, souvent héréditaires, sont révélées. Les parents qui ont eux-mêmes subi des moqueries dans l’enfance comprennent d’autant mieux la souffrance de leur enfant. Ils n’hésitent plus à le conduire dès le plus jeune âge chez un spécialiste, pour faire rectifier cet aspect « décollé ». Généralement, les deux oreilles sont touchées, mais il peut exister une asymétrie (une seule oreille est touchée ou dans une proportion différente).

Les oreilles décollées peuvent provenir de différentes anomalies, se présentant de façon isolée ou associée :

  • L’absence de relief de l’anthélix (le pli à l’intérieur du pavillon de l’oreille), donnant l’apparence d’une oreille plate et lisse. C’est l’anomalie la plus courante.
  • Une taille excessive du cartilage de la conque (à l’intérieur de l’oreille) décollant l’oreille du crâne.

Je fais quoi ?

La solution soft: La pose d’un implant (Earfold)

On l’introduit sous la peau si le problème provient d’un défaut de plicature de l’anthélix. On parle d’une chirurgie « mini-invasive ». Il est possible d’opérer les enfants avec cette méthode à partir de 7 ans, et tous les adultes sans limite d’âge !

 Y a t-il des contre-indications ?

RAS.

Avant l’intervention

Earfold est un petit clip en forme de demi-cercle. Pour simuler le résultat de ce qu’il donnera une fois implanté dans l’oreille, le chirurgien dispose d’un petit accessoire, le clip de positionnement Prefold, qu’il clipse sur l’oreille lors de la première consultation, à l’emplacement même où Earfold sera ensuite implanté sous la peau. Il permet ainsi au patient et au chirurgien de déterminer de concert la position optimale et le nombre d’implants nécessaires à la correction (il est possible d’en poser jusqu’à 2).

Comment ça se passe ?

Après une anesthésie locale, on décolle la peau et avec un petit instrument spécial, via une incision de 6 mm, on glisse l’implant au contact du cartilage : une petite plaque en Nitinol, un matériau à mémoire de forme que l’on retrouve aussi dans les stents cardiaques et les prothèses. « Une fois positionnée, elle reprend illico sa forme originelle, en forme de demi-cercle, et vient se clipser sur l’anthélix et le plier pour recréer le relief naturel. La pose ne prend que 10 minutes par oreille » explique le Dr Alexandre Marchac, chirurgien plasticien.

 Et après ?

On ressort avec un Stéristrip sur la cicatrice. L’oreille est un rouge, avec des bleus, et gonflée pendant une semaine. Les fils de suture se résorbent au bout d’une dizaine de jours. On doit éviter de tripoter l’implant et de dormir sur le côté de l’oreille opérée pendant 4 semaines. Le résultat est immédiat et dure toute la vie.

Quels sont les risques éventuels ?

  • Une infection, comme dans toute intervention.
  • Une réaction inflammatoire, comme avec tout corps étranger.

Dans les deux cas, l’implant peut être retiré facilement, c’est l’avantage de la méthode.

  • L’implant qui transparaît sous la peau, lorsque cette dernière est très fine. Dans ce cas, il est possible d’injecter une goutte d’acide hyaluronique pour camoufler les reliefs.

Qui consulter ?

Un chirurgien ORL ou un chirurgien plasticien formé à cette technique.

C’est cher ?

2000 à 3000 €. Pas de prise en charge par la sécurité sociale pour le moment.

Pour en savoir plus, www.earfold.com

 

implant earfold

 

earfold

 La solution plus drastique: Une otoplastie

Cette intervention chirurgicale consiste à corriger les anomalies de cartilage. Contrairement à la technique précédente, elle s’applique à tous les types de défauts.

Y a t-il des contre-indications ?

Rien de spécifique.

Avant l’intervention

  • Un examen attentif des oreilles est réalisé, ainsi qu’un bilan photographique.
  • Un bilan sanguin est demandé.
  • Il faut stopper tout médicament contenant de l’aspirine dans les 10 jours précédents l’intervention.
  • Le médecin-anesthésiste devra être consulté au plus tard 48 heures avant l’intervention.
  • La tête et les cheveux doivent être lavés la veille de l’intervention.
  • En cas d’anesthésie générale, il faudra être à jeûn (ne rien boire ni manger) 6 heures avant l’intervention.

Comment ça se passe ?

L’intervention se pratique le plus souvent sous anesthésie générale pour les enfants, et sous anesthésie locale avec sédation pour les adultes. Le médecin dessine à même l’oreille les zones d’incision. Le plus souvent, elle se fait dans le pli naturel situé derrière l’oreille. La peau est décollée pour accéder au cartilage. Puis, à l’aide d’une fine râpe, que le chirurgien faufile pour accéder au devant de l’oreille, il affaiblit le cartilage pour le rendre plus souple, plus malléable, et pouvoir ainsi reconstituer plus facilement le pli de l’anthélix sur toute la hauteur de l’oreille. Ce dernier est ensuite maintenu par 3 points, résorbables ou non.

Il repasse ensuite derrière l’oreille, puis évide cette dernière des muscles rétro-auriculaires, afin de ramener la conque contre le crâne, qui est fixée profondément. Rassurez-vous, ces muscles ne sont que des vestiges de notre passé pré-historique ! Ils nous servaient jadis, comme les animaux, à orienter, les pavillons des oreilles pour capter les sons les plus ténus. Mais ils ne nous sont plus d’aucune utilité aujourd’hui, si ce n’est (pour ceux qui ont les muscles un peu forts), de faire bouger les oreilles pour amuser la galerie ! L’intervention dure entre 30 et 60 minutes.

Et après ?

On sort généralement de la clinique le jour même de l’intervention. Un pansement gras est appliqué sur la cicatrice, et un bandage tout autour de la tête maintient les oreilles en bonne position. Il est remplacé dès le lendemain par un bandeau de protection (type bandeau de tennis) qui doit être porté la journée pendant 15 jours (surtout par les enfants qui chahutent beaucoup en cour de récré), et la nuit pendant 3 mois. Une douleur modérée peut être présente, elle est calmée par des antalgiques. L’oreille est un peu gonflée, et des ecchymoses (bleus) marquent la peau pendant une dizaine de jours. Les fils sont retirés après 8 jours ou se résorbent spontanément. On peut avoir des troubles de la sensibilité pendant plusieurs mois, ressentir des petites décharges électriques, des engourdissements, signe que les nerfs ont été titillés durant l’intervention. La cicatrice cachée derrière l’oreille est quasi-invisible. Le résultat final de l’intervention s’apprécie immédiatement, mais pour que les tissus se soient assouplis et les reliefs de l’oreille aient l’air naturel, comptez un à deux mois.

Quels sont les risques ?

  • L’un des fils de suture qui maintient le pli de l’anthélix peut lâcher. Il faut alors reprendre l’intervention.
  • Une cicatrice anormale peut se développer derrière l’oreille. « Il est donc important de bien surveiller son évolution après l’intervention, et informer rapidement le chirurgien si elle s’épaissit, s’élargit, etc », met en garde le Dr Marc Runge, chirurgien plasticien.

Qui consulter ?

Un chirurgien ORL, un chirurgien plasticien.

C’est cher ?

L’intervention est prise en charge par la sécurité sociale dès lorsqu’il est établi que les oreilles décollées génèrent un retentissement social important pour le patient. Cependant, le chirurgien pourra facturer un dépassement d’honoraires. Voyez avec votre mutuelle pour la prise en charge.