Fesses tombantes

Je fais quoi ?

Si la peau est très relâchée : un lifting de fesses

Petit relâchement en bas de la fesse ou gros relâchement, tout se traite. Mais aux prix de quelques cicatrices …

Y a t-il des contre-indications ?

Rien de spécifique.

Avant l’intervention

  • Un bilan sanguin est demandé
  • Il faut stopper la prise de tout médicament contenant de l’aspirine 10 jours avant l’intervention
  • Consulter le médecin-anesthésiste au minumum 48 heures avant l’intervention.
  • Ne rien manger ni boire au moins 6 heures avant.
  • Faire épiler soigneusement le pli interfessier à la cire, deux semaines avant.

Comment ça se passe ?

Le chirurgien choisit sa technique opératoire en fonction de la forme des fesses. Certaines sont relativement toniques dans leur partie haute mais sont relâchées dans leur partie basse, avec un aspect en « double cul ». « Dans ce cas, on opte pour une cicatrice dans le bas de la fesse » explique le Dr Yaël Berdah, chirurgien plasticien. On incise sur toute la longueur du pli fessier, on supprime l’excès de peau, mais on conserve la graisse et le derme que l’on réenfouit en chausson à l’intérieur la fesse pour lui redonner du volume, une « projection » comme disent les chirurgiens. Ensuite, on fixe aux plans profonds avec des fils résorbables, pour récréer le sillon sous-fessier. En revanche, si la patiente a perdu beaucoup de poids, par exemple après une chirurgie bariatrique, et que la fesse est complètement relâchée et vidée, la cicatrice est située dans le bas du dos. « Elle court d’une hanche à l’autre, comme des ailes de papillon. Comme dans la technique précédente, on conserve la graisse et le derme que l’on réenfouit à l’intérieur de la fesse pour lui donner de la projection. Puis la peau est suturée avec des fils résorbables », détaille notre spécialiste. Des drains aspiratifs sont posés de chaque côté des fesses pour évacuer l’excès de sang, qui peut former des hématomes. L’intervention dure environ 2 h.

Et après ?

On reste à la clinique une ou deux nuits, allongée dans son lit sur le dos ou sur le côté (la position assise est compliquée). On se sent souffreteuse, mais ce n’est pas aussi douloureux qu’après une pose de prothèses. Ça tire au niveau des cicatrices. De toute façon, pour calmer tout ça, le chirurgien donne des antalgiques. Le surlendemain, les drains sont retirés. On peut rentrer chez soi et prendre sa première douche. La cicatrice doit être désinfectée quotidiennement et après chaque selle, puis recouverte d’un pansement. Mais pour faire pipi, c’est debout (on ne peut pas s’asseoir !). Ensuite, on enfile une gaine que l’on ne quittera plus pendant un mois. Son rôle est d’éviter un œdème trop important et la formation de séromes (épanchements de lymphe). Malgré tout, les fesses sont gonflées au maximum la première semaine, puis l’œdème se résorbe progressivement au cours du mois qui suit. Il y a peu d’ecchymoses. Evidemment, ce n’est pas très facile de se mouvoir. On marche à petits pas, comme une mamie. Si la cicatrice est située dans le pli sous-fessier, ça tire à chacun des mouvements, c’est assez désagréable. Pendant les deux premières semaines, il est recommandé de s’asseoir sur des tabourets de bar et d’éviter les chaises avec une assise trop basse. Tout ça se tasse au bout d’un mois, mais vous pouvez reprendre sans problème votre travail quinze jours après l’intervention. La cicatrice dans le bas du dos, est de ce point de vue plus facile à gérer. Elle ne tire pas autant, mais elle est plus visible ! La reprise du sport est autorisée après un mois et demi. Le résultat définitif s’obtient à 3 mois.

Quels sont risques éventuels ?

  • Un hématome dans les jours suivant l’intervention nécessitant son évacuation immédiate au bloc.
  • Un épanchement de lymphe (sérome) qui aboutit à une infection, dans les 15 jours suivant l’intervention.
  • Une désunion (ouverture) de la cicatrice provoquée par certaines positions assises.

Qui consulter ?

Un chirurgien plasticien.

C’est cher ?

5500/6500 €

Si la peau est peu ou moyennement relâchée : une pose de prothèses ou un lipofilling (voir fesses plates)