Seins relachés

La poitrine légèrement tombante est fréquente après la grossesse. On a l’impression que le sein s’est « vidé ». Ce n’est pas l’allaitement qui est en cause mais la glande mammaire qui s’est ratatinée.

Je fais quoi ? Une plastie-prothèses, pour remonter les seins et leur apporter du galbe

Comment ça se passe  ?

Le praticien opère sous anesthésie générale. Il insère les prothèses mammaires derrière la glande mammaire ou derrière le muscle pectoral selon les cas, retire l’excédent de peau, redrape le tissu sur son nouveau volume, puis suture. La cicatrice peut aller d’un simple rond autour de l’aréole au rond autour de l’aréole + une verticale allant de l’aréole au sillon sous le sein + une horizontale dans le sillon. Des drains aspiratifs peuvent être posés de chaque côté des seins pour évacuer le sang qui s’accumule autour des prothèses et peut former des hématomes. L’intervention dure entre 2 et 3 heures. On quitte le bloc avec la cicatrice recouverte d’un pansement compressif.

Pour plus de détails sur la pose de prothèses, reportez-vous au paragraphe, « ils sont trop petits ».

Et après ?

Les suites sont plus complexes puisque l’intervention associe pose de prothèses (voir « ils sont trop petits ») + lifting (voir «  ils sont trop gros »). La reprise du travail est possible entre 8 et 15 jours selon l’étendue de l’intervention, et le résultat définitif à 6 mois.

Quels sont les risques ?

L’intervention cumule les risques de la pose de prothèse (voir « ils sont trop petits ») et du lifting (voir « ils sont trop gros »).

Qui consulter ?

Un chirurgien plasticien.

Combien ça coûte ?

De 5000 à 8000 €