Migraine, incontinence, hypersudation : le Botox, ça marche aussi !

Migraine, envies pressantes, hypersudation : le Botox, ça marche aussi !

Le Botox ne fonctionne pas que sur les rides. Les résultats sont aussi spectaculaires sur les maux de tête chroniques, la transpiration abondante et les urgences « pipi » (quand elles sont récurrentes). 

 

BOTOX ET MIGRAINE 

Cette maladie cérébrale se caractérise par  une hyperexcitabilité de certains neurones. La faute à pas de chance. On naît comme ça. Et même le plus souvent, on en hérite. 15 à 20 % de la population sont touchés et 1 % à 2 sont des migraineux chroniques, c’est-à-dire qu’ils endurent des céphalées plus de 15 jours par mois, dont 8 jours au moins de migraine. Une maladie qui prive de  vie sociale tous ceux qui en sont atteints. Heureusement, la plupart du temps, elle s’estompe avec l’âge, après 50 ans. Mais certains malchanceux la subissent jusqu’à leur dernier souffle. « Ça commence par une migraine standard. Puis, au fil des années le mal se chronicise et il est aggravé par le stress, la prise de certains médicaments, etc» explique le Dr Danièle Ranoux, neurologue spécialiste du traitement des céphalées, attachée au Centre d’Evaluation et du Traitement de la Douleur de la Fondation Rothschild à Paris et au CHU Dupuytren à Limoges. La toxine botulique est généralement proposée aux patients après l’échec d’au moins deux traitements de fond (bêtabloquants, antiépileptiques, etc) permettant de limiter l’excitabilité cérébrale. Mais alors qu’elle est approuvée dans la plupart des pays Occidentaux, avec un niveau élevé de preuve et une bonne tolérance, elle est prescrite hors AMM en France, sous la responsabilité des spécialistes. « Personnellement, je n’hésite pas à la prescrire en première intention aux patients jeunes ou âgés qui ne supportent pas ou plus les traitements de crise qui leur sont donnés » indique le Dr Ranoux.

Comment ça marche le Botox sur les migraines ?

Les crises de migraine s’accompagnent souvent de contractures musculaires douloureuses, au niveau des trapèzes, des muscles du cou, des tempes, entre les sourcils, etc. A la longue, elles ont tendance à devenir chroniques et à entretenir le cycle des migraines. « C’est ce que nous appelons dans notre jargon les syndromes myofasciaux. C’est sur cette composante de la migraine que la toxine botulique agit, en relaxant les muscles contractés, avec un taux de satisfaction d’environ 65 %, après 2 séances d’injection. Ainsi, la migraine n’est plus chronique mais redevient épisodique. Cependant toutes les formes de migraines ne s’accompagnent pas d’un syndrome myofascial, ce qui explique très probablement les 35 % restants de non-répondeurs » détaille le Dr Ranoux.

Comment se déroule le traitement ?

Chaque médecin a son propre schéma de traitement, qui comprend entre 2 et 31 points d’injection et 50 à 200 unités de Botox par séance. « Les sites les plus importants sont les tempes, l’espace inter-sourcilier, les trapèzes, auxquels s’ajoutent certains points sur le crâne que m’indiquent les patients » rapporte le Dr Ranoux. Le traitement est efficace 2 à 3 semaines après l’injection et se renouvelle tous les 4 à 6 mois.

Des effets indésirables ?

Il est possible d’avoir des crampes ou de ressentir une sensation de brûlure au niveau des trapèzes pendant quelques jours. Mais ces douleurs se tassent généralement après les deux premières injections.

Quel spécialiste consulter ?

De préférence un neurologue, spécialiste du traitement des céphalées. Mais ils sont très peu en France. Autrement, d’autres praticiens qui manipulent quotidiennement la toxine botulique dans le cadre de leur exercice, comme les chirurgiens plasticiens, proposent aussi ces injections mais ils n’ont pas forcément l’expertise des neurologues pour déterminer les sites d’injection en dehors de la face.

Quel est le prix de l’injection de Botox  pour traiter la migraine ?

Autour de 400 € l’injection.

 

BOTOX ET INCONTINENCE

Ce sont les envies pressantes ou ce qu’on appelle en termes savants, le « syndrome d’hyperactivité vésicale » : des contractions involontaires de la vessie conduisant à des envies soudaines et pressantes d’uriner (impossibilité de se retenir plus de 2 mn). Un tiers des patients va même jusqu’à évoquer des fuites urinaires. Est-ce fréquent ? Plutôt oui, puisque 15 % de la population (hommes comme femmes) est concernée par ces « urgenteries » dont on ne connaît pas trop l’origine. Elles se font évidemment plus fréquentes en avançant en âge (à partir de 50/60 ans), mais un sujet jeune, particulièrement anxieux, peut aussi en être la victime. Le traitement de première intention repose sur la rééducation, des mesures hygiéno-diététiques (comme éviter certains irritants de la vessie tels que les sodas, le café, le piment …) et la prise de médicaments (anticholinergiques ou beta 3 agonistes). Mais en cas d’échec, l’urologue peut proposer, la neuromodulation (stimulation électrique) ou des injections de toxine botulique. Cette dernière a reçu une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) dans l’indication d’hyperactivité vésicale réfractaire en 2014.

Comment ça marche le Botox sur la vessie hyperactive ?

Le mode de fonctionnement est un peu différent de celui des injections dans les rides visant, elles, à relâcher les muscles sous-jacents. « Là, on agit plutôt sur l’information qui est transmise, via les fibres nerveuses au cerveau, du besoin d’uriner » explique le Pr Xavier Gamé, chirurgien urologue à l’Hôpital Rangueil, CHU de Toulouse.   

Comment se déroule le traitement ?

Les injections (50 unités de Botox) sont réalisées sous anesthésie locale et sous cytoscopie (endoscope vésical), au bloc : une vingtaine de points est réalisée dans la paroi de la vessie. Les effets apparaissent entre 5 et 10 jours après.

Combien de temps le traitement reste-il efficace ?

Les injections sont renouvelées tous les 6 mois. « Si les résultats sont insuffisants, il est possible d’augmenter la dose injectée jusqu’à 100 unités à la seconde injection » indique le Pr Gamé.

Des effets indésirables ?

Des petits saignements, une infection du conduit urinaire, sont possibles. Et dans moins de 7 % des cas, il peut y avoir, une difficulté à uriner, pouvant conduire à la rétention complète avec nécessité de se sonder soi-même pendant quelques semaines. « C’est pour cela qu’on revoit toujours le patient 2 à 3 semaines après l’intervention, pour vérifier qu’il urine correctement », indique le spécialiste.

Quel spécialiste consulter ?

Un urologue.

Quel est le prix d’une injection de Botox pour traiter la vessie hyperactive ?

L’hospitalisation est prise en charge par la sécurité sociale mais l’acte reste à la charge du patient. Le coût est généralement en deçà d’une injection de Botox chez le médecin esthétique, soit moins de 400 €.

 

BOTOX ET TRANSPIRATION EXCESSIVE

Cela fait vingt ans que le médicament est utilisé dans cette indication avec d’excellents résultats. Lire ici : Botox, Miradry, tout ce qui marche sur la transpiration excessive

 

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





2 Commentaires on "Migraine, incontinence, hypersudation : le Botox, ça marche aussi !"

  1. Très pro Linh comme d’habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.