Sexe homme

JE N’AIME PAS MON SEXE

 

Je fais quoi ? Une pénoplastie

Encore appelée phalloplastie esthétique, c’est une intervention chirurgicale qui vise à augmenter la taille de la verge en longueur ou en circonférence. L’élargissement est de loin l’intervention la plus pratiquée. Elle permet d’augmenter son calibre tant au repos qu’en érection. Dans 30 % des cas, un allongement peut être proposé en sus (dans le même temps opératoire ou secondairement). Cependant, il s’adresse majoritairement aux sportifs (vous verrez pourquoi plus loin) car n’améliore pas la longueur en érection.

L’élargissement

Cette intervention consiste à injecter de la graisse (lipofilling ou lipostructure) dans la verge pour augmenter son calibre.

Y a t-il des contre-indications ?

  • Les attentes irréalistes, les dysmormophobes (personnes ayant la crainte obsédante d’être laide ou malformée) qui ne seront jamais satisfaits de leur intervention, les narcissiques qui passent leur temps à s’observer dans le détail.
  • L’intervention est déconseillée aux jeunes adultes qui n’ont pas encore de vie sexuelle active, sauf en cas de micropénis.
  • Les grands tabagiques et les cocaïnomanes (la graisse ne prend pas sur un tissu mal vascularisé).
  • Les corps trop secs sur lesquels il est difficile de prélever de la graisse.
  • Les hommes en surpoids qui envisagent un régime amincissant (il faudra le faire avant l’intervention).
  • S’il le chirurgien dépiste une anomalie anatomique ou fonctionnelle (prépuce étroit, déviation de la verge en érection, insuffisance érectile, éjaculation précoce, etc), elle sera traitée simultanément. Cela ne constitue pas une contre-indication à l’opération.

Avant l’intervention

  •  Un bilan pré-opératoire est réalisé et le médecin vous donne un traitement anti-érection qui devra être poursuivi jusqu’à 10 jours après l’intervention, afin d’assurer une bonne cicatrisation à l’abri de toute tension liée à des érections.
  • Il faut arrêter de fumer une semaine avant l’intervention et poursuivre les efforts au cours des six semaines suivantes, autrement la greffe de graisse ne prendra pas.
  • Un traitement préventif est prescrit en cas d’herpès génital afin d’éviter une éruption post-opératoire.
  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
  • Le médecin anesthésiste doit être vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
  • Vous devez être à jeun (ne rien manger ni boire) 6 heures avant d’être opéré.

Comment ça se passe ?

Sous anesthésie vigile, le médecin prélève de la graisse dans une zone peu sensible aux variations métaboliques. Par exemple, la face interne des cuisses ou les genoux. Elle est ensuite purifiée, centrifugée, puis réinjectée à partir de petites incisions, à l’aide d’une fine canule sous la peau du fourreau, de façon circonférentielle : les gestes vont de la racine vers l’extrémité de la verge, puis de l’extrémité vers la racine pour croiser les tunnels et réaliser un travail le plus régulier possible, en éventail. Il y a donc plusieurs points d’entrée de la canule. La quantité de graisse injectée varie. Au final, vous obtiendrez une augmentation de circonférence de 2, 5 à 3 cm maximum. L’intervention dure environ 1 heure.

Dans certains cas, le chirurgien peut être amené à réaliser un geste supplémentaire : une plastie du prépuce (incision visant à élargir le prépuce pour permettre à la verge d’être facilement décalottée).

Le gland n’est pas augmenté. Mais pour une plus belle harmonie avec la verge, ceux qui le désirent pourront, lors d’un second temps (sous anesthésie locale, cette fois), procéder à une injection d’acide hyaluronique dans le gland.

Et après ?

Il n’y a pas de pansement sur la verge, uniquement sur les points de prélèvement de graisse. Pas d’hospitalisation non plus. Après quelques heures de repos, le patient peut rentrer chez lui. Ce n’est pas douloureux, sauf sur les zones liposuccées qui peuvent être inconfortables pendant quelques jours. Vous pouvez appliquer de l’Hemoclar sur les ecchymoses (bleus) afin de faciliter leur résorption. La verge apparaît très gonflée dans les jours qui suivent, avec un aspect de « trop beau résultat », lié à l’œdème (gonflement) post-opératoire. Le décalottage peut être impossible les premiers jours. Il ne faut surtout pas forcer. Tout finira par rentrer dans l’ordre. La verge va ensuite dégonfler progressivement avec la disparition de l’œdème (bah oui) et une partie de la graisse injectée (environ 30 %) va se résorber. « Vous ne devez pas vous inquiéter car le chirurgien aura prévu une hyper-correction. Cela ne contrariera donc pas le résultat final, qui apparaîtra 6 à 8 semaines après l’injection », indique le Dr Sylvie Abraham, chirurgien plasticien. Toutefois, les cellules graisseuses greffées restent sensibles aux variations de poids, il est donc fortement conseillé de ne pas perdre de poids.

La douche est possible dès le lendemain. Pour un bain, il faut patienter 15 jours. Les fils sont retirés après 8 jours. Durant toute cette période, il est recommandé de positionner la verge dans le slip plaquée sur le ventre (pour favoriser la résorption de l’œdème). Un traitement médicamenteux est prescrit pour éviter les érections jusqu’à récupération complète (histoire de ne pas faire sauter les points). Pendant 1 mois, il est conseillé d’éviter toute compression par un sous-vêtement inadéquat et de positionner la verge tantôt à droite tantôt à gauche afin d’éviter les encoches dans la couche de graisse fraîchement injectée. Pour la même raison, les braguettes à boutons, la banane, le ceinturon sont interdits.

Attendez 2 semaines avant de vous offrir des bains de mer (le sel creuse les plaies).

Les relations sexuelles pourront être reprises à la fin du traitement médicamenteux lorsque les érections seront réapparues. Cela peut prendre un délai variable de quelques jours à quelques semaines selon les cas, il ne faut pas vous inquiéter. Il est conseillé d’utiliser un préservatif ainsi qu’un gel lubrifiant en grande quantité pour éviter toute irritation.

La reprise de l’activité sportive pourra se faire après 1 à 2 mois selon la nature de sport.

Il est capital de suivre à la lettre l’ensemble de ces consignes post-opératoires pour l’obtention d’un bon résultat.

Autrement, rassurez-vous, cette intervention ne changera ni votre plaisir ni votre désir. Elle n’affectera pas l’érection ni l’éjaculation. Et bonne surprise : le poids de la graisse dans la verge a pour conséquence d’allonger aussi légèrement cette dernière (environ 1 cm à 1,5 cm) ! Par ailleurs, dans l’eau froide, la graisse fait isolant. Du coup, le pénis ne se rétracte pas !

 Quels sont les risques éventuels ?

  • Une infection comme dans toute chirurgie, mais c’est très rare.
  • L’apparition de nodules (petites boules dures) due un excès de graisse ou une mauvaise répartition de cette dernière, qui nécessita une ponction ou l’injection de corticoïdes.
  • Des hyper-corrections, des hypo-corrections.
  • Des difficultés à décalotter si le chirurgien n’a pas anticipé un éventuel problème sur le prépuce.

Qui consulter ?

Un chirurgien plasticien, spécialisé dans cette chirurgie. Peu le sont, renseignez-vous bien.

C’est cher ?

Entre 4000 et 6000 €. Injection d’acide hyaluronique le gland : à partir de 1000 €.

 

L’allongement

1/La pénoplastie

L’intervention consiste à allonger une verge jugée trop courte. Le gain est surtout visible au repos, moins significatif en érection. Elle peut donc être complémentaire d’un élargissement dans le but d’obtenir un résultat plus harmonieux. Mais cette intervention laisse une cicatrice. Il faut donc bien peser le pour et le contre avant de se lancer. Les cicatrices sont cachées par la pilosité mais restent toujours visibles, ce qui peut amener un futur partenaire à vous questionner sur leur origine. Ce genre de détail pose évidemment moins de problème lorsque le patient vit en couple depuis plusieurs années.

Y a t-il des contre-indications ?

  • Les attentes irréalistes, les dysmormophobes qui ne seront jamais satisfaits de leur intervention, les narcissiques qui passent leur temps à s’observer dans le détail.
  • Tous les patients qui souhaitent une augmentation en érection.
  • L’intervention est déconseillée aux jeunes adultes qui n’ont pas encore de vie sexuelle active, sauf en cas de micropénis.
  • Les grands obèses auxquels il faudra plutôt préconiser une liposuccion du pubis.
  • Les diabétiques mal équilibrés en raison d’une difficulté de cicatrisation.
  • Les anomalies anatomiques ou fonctionnelles (insuffisance érectile, éjaculation précoce, etc). ne sont pas des contre-indications. Elles seront dépistées par le médecin et traitées simultanément.

 Avant l’intervention

  • Un bilan pré-opératoire est réalisé et le médecin vous donne un traitement anti-érection qui devra être poursuivi 10 jours après l’intervention, afin d’assurer une bonne cicatrisation à l’abri de toute tension liée à des érections.
  • Il faut arrêter de fumer une semaine avant l’intervention et poursuivre les efforts jusqu’à cicatrisation complète.
  • Un traitement préventif est prescrit en cas d’herpès génital afin d’éviter une éruption post-opératoire.
  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne doit être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.
  • Le médecin anesthésiste doit être vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
  • Vous devez être à jeun (ne rien manger ni boire) 6 heures avant l’intervention.
  • Le site opératoire est soigneusement rasé.

Comment ça se passe ?

Sous anesthésie générale, à partir d’une incision en V inversé sur le pubis, le chirurgien libère en profondeur le ligament suspenseur de la verge qui relie les corps caverneux à l’os du pubis, afin de désenfouir le sexe. Le résultat permet un allongement entre 3 et 5 cm. Puis, le chirurgien suture. Il en résulte une cicatrice assez longue, en forme de Y inversé au niveau du bas ventre. L’intervention dure environ 1 h.

Et après ?

Le chirurgien vous garde pour la nuit. Les suites sont en général peu douloureuses mais sont plus complexes à gérer qu’après un élargissement. Vous ressortez du bloc avec un bandage soutenant les testicules. Des soins quotidiens très précautionneux devront être réalisés à domicile par une infirmière, pendant une dizaine de jours, jusqu’à la cicatrisation complète.

Pendant 15 jours, afin de ne pas tirer sur la cicatrice, il faut s’abstenir de tout effort physique et vous devez porter un « jockstrap » (slip de contention médical) par-dessus les pansements. Même si les fils de suture sont résorbables, ils seront retirés entre 10 et 14 jours pour éviter la macération.

Il est conseillé d’attendre 3 semaines avant la reprise progressive d’une activité sexuelle.

Toute activité physique est proscrite avant cicatrisation complète. Pour la moto, le vélo ou l’équitation, il faut patienter 1 à 2 mois.

Le résultat de l’intervention peut être jugé au bout de 15 jours, dès l’obtention de la cicatrisation.

Pour maintenir l’allongement obtenu, le chirurgien peut préconiser des petites tractions sur la verge, pendant quelques semaines. Ceci afin d’éviter une « rétraction cicatricielle » qui risquerait de faire perdre un bon centimètre.

Les cicatrices rosées et inflammatoires au départ s’estompent progressivement. Cachée par la pilosité pubienne, elles sont discrètes mais resteront toujours visibles.

Il n’y a pas à redouter de troubles de l’érection ni d’altérations de la sensibilité, qui réapparaît le plus souvent dans un délai de 2 à 3 mois après l’intervention.

La nouvelle racine de la verge étant située plus haut sur le pubis que l’ancienne, une petite épilation au laser de la zone peut être conseillée pour un meilleur résultat esthétique. Elle pourra être réalisée après 6 mois.

Quels sont les risques éventuels ?

  • Une désunion de la cicatrice nécessitant des soins médicaux.
  • La survenue d’une infection, toujours possible lors d’une intervention chirurgicale. Elle sera prévenue par une hygiène pré et post opératoire rigoureuse.
  • Un élargissement de la cicatrice. Cette dernière pourra être reprise mais pas avant un an.
  • Les troubles de l’érection sont très rares et relèvent le plus souvent d’une indication inadéquate ou d’une section excessive du ligament suspenseur.

Qui consulter ?

Un chirurgien plasticien spécialisé dans cette chirurgie. Peu le sont, renseignez-vous bien.

 C’est cher ?

Il est rare de pratiquer l’allongement seul. Comptez entre 5000 € et 10.000 € l’intervention d’élargissement + allongement.

2/La liposuccion du pubis

Cette solution peut être proposée aux hommes bien en chair afin de désenfouir la verge cachée sous la graisse. Cette dernière paraitra alors plus longue.

Y a t-il des contre-indications ?

Un excédent de peau trop important dans la région opérée.

Avant l’intervention

  • L’arrêt du tabac est vivement recommandé.
  • Une consultation anesthétique pré-opératoire doit être programmée au moins 48 heures avant votre entrée en clinique.
  • Tout médicament contenant de l’aspirine est proscrit dans les 10 jours précédant l’intervention.
  • Vous devez être à jeun depuis plus de 6 heures.
  • La zone opérée est épilée.

Comment ça se passe ?

Sous anesthésie locale, vigile ou générale selon les cas, le chirurgien aspire, via 3 minuscules incisions, les amas graisseux localisés à l’aide d’une fine canule. Les incisions sont refermées avec des fils résorbables. L’intervention dure 30 à 45 mn. Vous sortez de la clinique le jour même.

 Et après ?

On ressort du bloc avec un pansement sur la zone opérée et un slip gainant ou un cycliste qui va assurer une compression sur la zone opérée, et permettre à la peau de se redraper correctement sur son nouveau volume. Dès le lendemain un œdème (gonflement) apparaît. Il est maximal au huitième jour, puis se résorbe progressivement au fil des 3 mois suivants. Prévoyez un pantalon large pour être plus à l’aise. Vous pouvez reprendre l’activité sportive après quelques jours.

 Quels sont les risques éventuels ?

Un résultat insuffisant permettant de réellement désenfouir la verge. Dans ce cas, on proposera un allongement.

Qui consulter ?

Un chirurgien plasticien.

C’est cher ?

Entre 2500 et 4000 €.