Acrochordons (petites excroissances de chair) : les retirer chez le dermato ou chez soi ?

Acrochordons (petites excroissances de chair) : les retirer chez le dermato ou chez soi ? Acrochordons (petites excroissances de chair) : les retirer chez le dermato ou chez soi ? Acrochordons (petites excroissances de chair) : les retirer chez le dermato ou chez soi ?

Ces minuscules boules de chair sont fréquentes mais tellement inesthétiques, isn’t it ? Quelles sont les meilleures méthodes pour en venir à bout, solutions « maison » comprises ? Je vous dis tout.

Ces petites mochetés poussent dans le cou, sur les aisselles ou sous les seins ou encore dans les plis des cuisses. Vous voyez de quoi je parle ? Ce sont des « pendulum», mais dans le langage courant, on appelle ça des « acrochordons » (ou des « tétines » !). Quand ils sont peu nombreux, passe encore. Mais quand ils s’agglutinent et forment des nappes, mon Dieu quelle horreur ! D’autant que, pour le petit détail bien ragoutant, le pendulum a tendance à se coincer dans les colliers ou les cols de chemise et du coup, se mettre à saigner (miam !). Ces petits lésions inesthétiques sont cependant sans gravité.

Les solutions chez le dermato pour traiter les acrochordons ?

Le dermatologue les coupe avec de fins ciseaux et s’ils sont de bonne taille, une anesthésie locale est pratiquée au prélable. Ensuite, il désinfecte et recouvre le tout d’un pansement. Il est aussi possible de les brûler à l’azote liquide, mais c’est moins efficace et peut laisser des taches pigmentées. Sinon, un médecin esthétique peut utiliser un Plex-r (technologie Plasma).Si les excroissances sont plates, dans ce cas, le médecin les électrocoagule. Tout ceci coûte le prix d’une consultation dermato (remboursée), donc rien.

Les solutions pour retirer les acrochordons chez soi

Il y a d’abord la méthode de grand-mère, hilarante. On enserre le machin dans un fil que l’on serre très fort, jusqu’à ce que le pendulum, qui n’est plus irrigué, finisse pars sécher et tomber. Mais bon, vous vous voyez en réunion marketing avec un bout de peau qui pendouille au bout d’un fil ?

Sinon, d’autres jouent à Mako-Dermato et coupent les acrochordons avec leurs ciseaux de cuisine, au risque de se choper une infection. Enfin, j’ai reçu dernièrement, via les services de presse, un petit dispositif qui permet de sécher les lésions plus proprement. Ça s’appelle Excilor (en pharmacie et para). C’est une sorte de patch dans lequel on coince le pendulum. Ensuite, on laisse le truc emprisonné pendant 6 jours et il en ressort tout desséché. Du coup, j’ai voulu savoir ce que les dermatos pensaient de ce genre de système. La réponse est mitigée.

Le kit Excilor avec disques adhésifs et applicateur

NON, ça peut être risqué. « Sait-on réellement ce que le patient va retirer ? Un pendulum peut être aussi de couleur foncée et être confondu avec un naevus (grain de beauté), une kératose séborrhéïque ou pire encore, une lésion carcinomateuse type mélanome  » met en garde le Dr Naima Midoun, dermatologue. Par ailleurs, il faut que le pédicule (le socle du pendulum) soit très petit. S’il fait un demi-centimètre, c’est trop gros. Et bien sûr, s’ils les acrochordons sont plats, en nombre ou qu’ils saignent, ce n’est pas adapté. Enfin, il faut qu’ils soient facilement accessibles, ce qui n’est pas toujours le cas. Sous la douche, un savon ou un shampooing peut facilement décoller le disque adhésif. Enfin, le dispositif est assez onéreux et ne permet de traiter que 3 lésions. « Disons que je trouve la chose un peu compliquée. C’est tellement plus rapide et économique chez le dermatologue » conclut le Dr Midoun.

OUI, ça peut rendre service. On sait la difficulté, aujourd’hui, d’obtenir un rendez-vous chez un dermatologue et c’est la raison pour laquelle de plus de gens ont recours à des systèmes D. « C’est vrai que pour les petites excroissances qui sont les formes les plus fréquentes, ce genre de dispositif peut être utile si l’on n’a pas accès à un dermatologue de façon facile. Mais alors dans ce cas, je préfèrerais le conseiller à des patients qui sont déjà coutumiers de ce genre de lésions. Un spécialiste leur a déjà retiré et ils savent parfaitement les identifier. Et il faut penser à bien désinfecter la peau avant d’apposer et après avoir retiré le patch. En fait, c’est comme toutes ces solutions de traitement à domicile. Elles ont leurs limites  …» indique le Dr Naima Midoun, dermatologue. Par exemple, les solutions disponibles en pharmacie pour traiter les verrues. Ça marche mais plutôt sur les lésions superficielles et récentes. Et celles pour traiter les Molluscum Contagiosum (petites lésions blanchâtres d’origine virale), ça fonctionne mais ne remplace pas la curette ou la micro-lance du dermato. Le Dr Naima Midoun se dit en revanche très sceptique concernant les vernis vendus sans ordonnance pour traiter les mycoses de l’ongle.

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





7 Commentaires on "Acrochordons (petites excroissances de chair) : les retirer chez le dermato ou chez soi ?"

  1. Génial ! En effe au plexr ou laser CO2 on s’en Debarasse e 20 sec !
    Bon dimanche

  2. Bonjour Linh,
    Merci d’avoir un mis un mot sur ces petites imperfections que je me fais régulièrement retirer. Je croyais que c’était l’apanage des peaux noires. J’apprends que non. Merci de m’avoir éclairée

  3. qu’est qu’un plex-r ? Je n’ai pas compris, excusez-moi ; et quelle est la méthode qui ne laisse pas de traces entre le Plex-r ou le laser CO2 ? Merci par avance

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.