Rajeunir avec le Plasma Lift : le vrai, le faux. Toute l’info !

Traiter le relâchement cutané avec le Plasma Lift : le vrai, le faux. Toute l'info !

La technologie plasma, utilisée en médecine esthétique depuis 2014 dans le rajeunissement du visage, fait de plus en plus parler d’elle. Le point sur ce qu’elle fait, ne fait pas ou fait de mieux en mieux.

Je lis sur les réseaux des choses tellement délirantes à ce sujet que je me suis dit qu’un petit point s’imposait.  D’autant que le plasma a mal progressé ces derniers temps. Au début, on vantait beaucoup ses mérites pour le lifting de la paupière supérieure. Le traitement était d’ailleurs présenté comme la « nouvelle blépharoplastie, sans chirurgie ». Mais aujourd’hui, les médecins font beaucoup plus de choses avec et, surtout, le font différemment, avec de bien meilleurs résultats à la clef.

C’est quoi la technologie plasma ?

C’est le même phénomène physique qui permet de générer l’éclair, par temps d’orage. L’électricité statique accumulée dans les nuages se libère brusquement, provoquant un arc électrique (= passage du courant à travers les molécules d’air ionisées).

Sur la peau, en revanche, nulle inquiétude. Vous n’allez pas vous transformer en « cierge magique », pour autant. L’arc électrique provoque une « sublimation » (passage de l’état solide à l’état gazeux) des cellules superficielles de la peau. En résumé, ça chauffe et ça détruit les cellules superficielles de l’épiderme. S’ensuit une rétraction de la peau qui va lisser les rides, retendre le tissu relâché. Quant à la chaleur générée au cours du processus, elle pénètre jusque dans le derme superficiel où elle stimule la formation d’un nouveau collagène, sur le modèle d’autres technologies plus connues, comme la radiofréquence ou les HIFU (Lire ici : Les appareils qui chauffent la peau pour la retendre, ça marche vraiment ?).

Après deux à trois mois, la peau est donc aussi plus ferme, ce qui renforce d’autant  le résultat de la rétraction, obtenu lui, dans les suites immédiates du traitement.

En quoi c’est différent des autres technologies utilisant la chaleur ?

Le plasma a une action plus superficielle que toutes les autres technologies (radiofréquence, HIFU, etc). « Il agit au niveau de l’épiderme  et des papilles dermiques à la jonction entre derme et l’épiderme, lesquelles perdent leur relief vallonné en vieillissant, amorçant le processus de relâchement de la peau. Le procédé vise à les « resserrer ». Par ailleurs, il n’a pas d’action sur la couche graisseuse, ce qui est plutôt un bon point concernant le traitement du visage car ce n’est pas forcément une bonne idée de faire perdre au visage ce qui lui donne toute sa plénitude« , explique le Dr Nelly Gauthier, médecin esthétique.

 

Traitement des 4 paupières sur une patiente de 46 ans 

 

Ça traite quoi la technologie plasma ?

Eh bien, mille choses. Rétractant le tissu, elle est surtout connue, comme je le disais en préambule, pour le rajeunissement des paupières. Mais elle fait d’autre choses aussi. Parmi les principales indications, retenons :

Zone du regard

  • Paupières supérieures

Le plasma est souvent présenté comme une alternative douce à la blépharoplastie (chirurgie des paupières). De fait, elle peut donner d’excellents résultats en cas de relâchement léger des paupières supérieures. Pour les cas plus avancés en revanche, les médecins préconisent d’emblée la chirurgie car l’intervention est « facile », indolore, et en 15 jours, elle vous rajeunit un regard de dix ans.  Mais bon, il y a aussi des patients qui refusent obstinément de passer au bloc. Dans ce cas, il est possible de leur proposer le plasma. Le traitement ne traitera pas complètement le relâchement mais contribuera à rafraîchir le regard. Il peut être proposé aussi en complément d’une blépharoplastie, pour améliorer la qualité de la peau après une intervention, défroisser les paupières (ce que la chirurgie ne fait pas). Enfin, il peut être proposé en reprise d’une intervention, après 7 à 8 ans, quand la paupière se relâche à nouveau et que l’on ne veut pas repasser sur le billard.

  • Paupières inférieures

La technologie plasma est une très bonne indication pour venir à bout de toutes les petites rides qui vieillissent la paupière inférieure, tout en retendant gentiment la peau. Une alternative séduisante pour ceux qui redoutent la chirurgie dans cette zone, réputée « touchy ». Non pas que le geste soit sans risque, mais au moins, on ne retire pas de peau, ce qui limite les risques de se retrouver avec un œil rond. Mais il n’est certainement pas à confier entre toutes les mains.

  • Patte d’oie

Le traitement de référence, c’est le Botox (Lire ici : Faut-il injecter la patte d’oie) « Mais selon moi, le produit est surtout intéressant en prévention des rides. Lorsque ces dernières sont déjà présentes, les traces des cassures persistent après l’injection.Donc, je préfère infiniment proposer le plasma, dont les effets perdurent en prime, beaucoup plus longtemps » indique Nelly Gauthier.

  • Rides du lion

« C’est très intéressant sur la zone de la glabelle car souvent, à cet endroit, les rides vont dans tous les sens, ce qui n’est pas très esthétique » explique le Dr Gauthier. Si ces dernières sont très profondes, il est possible de faire suivre le traitement, au cours de la même séance, d’une injection d’acide hyaluronique pour les combler. Le résultat est plus durable également que le Botox seul.

 

  • Zone péribuccale

L’arc électrique donne de bons résultats aussi sur les rides de la lèvre supérieure (le fameux « code barre »). Et d’une façon générale, toutes les les rides ou plissures du contour de la bouche.

 

  • Imperfections de la peau

Le procédé reposant sur une destruction des couches superficielles de la peau, il est aussi utilisé en dermatologie comme un bistouri, pour couper et coaguler diverses lésions cutanées : verrues, xanthélasma, kératoses séborrhéïques, naevi, etc.

 

Toutes les peaux y ont droit au plasma ?

Jusqu’au phototype 4 (peau mate, cheveux bruns, yeux bruns), ça va. Mieux vaut ne pas se risquer sur une peau foncée.

Traitement de la lèvre supérieure sur une patiente de 72 ans

Quel appareil est le plus sécurisant pour réaliser un Plasma Lift ?

Les appareils avec un marquage CE medical, bien sûr, strictement réservés aux médecins (enfin, normalement …), de l’original Plexr, au Plasma IQ de Neauvia (le seul à disposer aussi de l’agrément FDA, une garantie de sécurité supplémentaire), en passant par Plasmage, PlasmaJet, Jett Plasma Lift, D.A.S Pro Plasma, Plaxpot, etc.

Ce dont il faut se méfier à tout prix, c’est des gadgets chinois vendus sur le net. Ils y pullulent, à des prix défiants toute concurrence. Mais la sécurité n’est pas toujours au rendez-vous. « On ne sait pas quel type d’éclair ces appareils génèrent ou si l’intensité délivrée est constante tout au long du traitement. Or, avec une énergie incontrôlable, il y a un vrai risque de brûlures, d’hyperpigmentations secondaires ou de rétractions atrophiques qui laisseront des trous dans la peau … Cela peut même aller jusqu’à endommager le muscle orbiculaire de l’œil !» met en garde le Dr Gauthier. Donc, ceci nous amène à la question suivante …

A qui s’adresser pour un Plasma Lift, à un médecin ou à une esthéticienne ?

A mon sens, cette technologie devrait être strictement réservée aux médecins car elle comporte de vrais risques. L’appareil a l’air simple à manipuler comme ça et rassurant aussi, puisque l’aiguille pointe ne touche pas la peau. Mais, c’est oublier une fois de plus qu’il y a une énergie derrière, et costaude quand même puisqu’elle est utilisée aussi dans l’industrie automobile, l’aéronautique … Comme me dit ami un proche, ingénieur, « C’est un mini-poste de soudure, ton truc ! ». Et n’est pas soudeur de peau qui veut ! J’ai reçu des avant/après de certaines lectrices qui sont assez édifiants : hyperpigmentations post-inflammatoires (= taches pigmentées), brûlures, rétractions bizarroïdes de la peau … Bref. Ce n’est pas à mettre entre toutes les mains, quoiqu’en disent les réseaux sociaux !

« Par ailleurs, il ne suffit pas d’aligner des points de rétraction pour procurer un bon résultat » met en garde le Dr Nelly Gauthier. Et c’est bien là toute la différence entre un traitement réalisé dans un cabinet médical ou dans un institut de beauté, où tout bon résultat n’est que le fruit du hasard finalement. De fait, les esthéticiennes n’ont pas la connaissance de ces règles anatomiques que tout chirurgien suit lorsqu’il pratique des incisions, au cours d’une intervention par exemple. Pour une bonne cicatrisation, ces dernières doivent être réalisées parallèlement et non transversalement aux lignes de Langer. Eh bien, avec le Plasma, c’est pareil. « Il est très risqué de distribuer les points au hasard, c’est la meilleure façon d’entraîner une rétraction étrange de la peau » explique la spécialiste. « D’autre part, après plusieurs victoires, les professionnelles s’enhardissent. Elles pensent maîtriser l’outil. Du coup, elles tentent de nouvelles expériences un peu borderline et là, c’est la catastrophe » poursuit le Dr Gauthier. Je vois souvent passer sur Instagram, des photos de grandes surfaces de peau travaillées. « C’est tout l’inverse de ce qu’il faut faire ! Le plasma est réservé à de petites surfaces. D’autant que le travail est fastidieux. On peut facilement y passer toute une journée pour faire quatre paupières ! » met en garde Nelly Gauthier.

Comme se déroule une séance de plasma ?

Tout dépend du médecin car le traitement peut être réalisé de façon plus ou moins invasive. Classiquement, il est assez superficiel. Il consiste à réaliser des points de rétraction tous les 1 à 2 mm. Il est donc pratiquement indolore et n’impose une crème anesthésiante que si le patient est très douillet. Les résultats sont immédiatement visibles quand il s’agit de traiter de petites choses, sinon pour un « lifting » des paupières, cela se fait généralement en 2 à 3 séances, espacées d’un mois. Maintenant, si votre médecin est un expert du plasma, il y a de fortes chances pour qu’il aille bien au-delà de tout cela. Car, honnêtement, les résultats avec la méthode classique ne sont pas délirants. Beaucoup de médecins s’étaient d’ailleurs détournés de la technologie pour cette raison. Pas assez performante. Et c’est comme cela que les esthéticiennes l’ont fait leur … Mais attention, les docteurs y reviennent, avec de nouveaux résultats bien supérieurs !

Le Dr Gauthier est l’un de ces praticiens qui manient l’arc électrique comme la fée clochette sa baguette magique. Ses points ne sont pas espacés mais au contraire très jointifs et l’intensité utilisée très supérieure à ce qui est balancé classiquement. Le « skin tightening » procuré est donc beaucoup plus effectif. Mais c’est un exercice long et minutieux. « Un véritable travail de broderie », commente t-elle. Ce n’est donc pas un traitement à recommander aux patients hyperactifs car la séance peut durer des heures, mais  les résultats sont incomparables. Autre avantage : il n’ y a qu’une séance (au lieu des deux ou trois habituelles). Un joli progrès quand même.

Quelles sont les suites du traitement plasma ?

Tout dépend, s’il a été très invasif ou pas. Evidemment, plus il l’est et plus les suites sont corsées. Il est recommandé de ne rien mettre sur la peau pendant 24 h. Ensuite les jours suivants, d’appliquer une crème cicatrisante pour faire « glisser » les petites croûtes brunâtres qui se forment au cours des heures suivants la séance. Elles persistent, selon l’intensité du traitement entre 3 et 15 jours. Sur les paupières, attendez-vous à un œdème (gonflement) assez spectaculaire le lendemain. Vous aurez même peine à ouvrir les yeux le matin. Le maquillage n’est pas possible tout de suite. Surtout après un travail invasif comme celui réalisé par le Dr Gauthier, après lequel la peau suinte (comme après une brûlure), pendant 3 à 4 jours. Ensuite, en tombant, les croûtes laissent place à de légères rougeurs qui peuvent persister parfois plusieurs semaines, voire même de longs mois selon les peaux. Elles sont cependant faciles à camoufler avec un maquillage mais nécessitent une protection solaire. Enfin, plus le résultat est invasif et plus les résultats persistent. Cela peut aller jusqu’à 5 ans.

Quel est le prix d’une séance de plasma ?

Tout dépend des spécialistes et de la façon dont le traitement est réalisé.

Pour un travail classique, le prix est autour de 300 € la séance (X 2 ou X 3). Pour un travail plus invasif, autour de 500 € ou 600 € la séance. Mais pour les très grands experts du plasma, les prix peuvent aller bien-au-delà (multiplier par 3). C’est very time consuming ce soin, donc ceci explique cela.

 

LIRE AUSSI :

J’ai testé le lifting aux ultrasons !

Rajeunir avec la radiofréquence fractionnée à micro-aiguilles 

 

L’expert :

Dr Nelly Gauthier

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





4 Commentaires on "Rajeunir avec le Plasma Lift : le vrai, le faux. Toute l’info !"

  1. Est ce que le renuvion est un appareil plasma lift également ?

  2. Pour le sujet de cet article 🙂 Realy, realy à quel point est-ce intéressant pour une femme de 65 ans 🙁
    Merci beaucoup pour vos articles :))

    • Bonjour, merci pour votre message. Ce n’est pas tant une question d’âge que de degré de relâchement de la peau. Ça fonctionne sur les petits relâchements des paupières par exemple, sinon c’est la chirurgie. En revanche, ça peut donner de très bons résultats sur les rides des paupières et du contour des lèvres, à condition d’être invasif (donc, bien cibler le médecin. Tous ne pratiquent pas la méthode de cette manière).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.