J’ai testé le lifting aux ultrasons !

Lifting aux Ultrasons

Le lifting aux ultrasons microfocalisés ou HIFU est une technique sans chirurgie qui permet de retendre la peau légèrement relâchée du bas du visage et du cou. Intéressés ? 

Le bas du visage qui gondole, c’est la grande angoisse de toutes les femmes après 40 ans. « Regarde comment ça pend, là … » me dit l’autre jour une copine, pourtant peu marquée, en se pinçant les bajoues. « Je fais tapée, non ? ». Cette remarque, je l’entends si souvent … Et la mode de la « jawline » (mâchoire) hyper-dessinée à la Bella Hadid n’arrange certainement pas la vie de ces femmes !

Le cap le plus ingrat à passer, c’est autour de 45/50 ans, quand le relâchement commence à s’amorcer. Deux encoches se dessinent alors de chaque côté du menton, qui cassent la jolie ligne de l’ovale. Mais il trop tôt, malheureusement, pour intervenir chirurgicalement. « Faire un lifting avant l’heure, ce n’est pas une bonne idée car la peau va se redétendre au fil du temps. On sera donc amené, si on veut conserver la fraîcheur du visage, à réopérer après plusieurs années. Une fois, peut-être deux … Or à chaque opération, la peau perd de son élasticité. Lifting après lifting, elle finit donc par ne plus en avoir du tout, ce ce qui donne en bout de course un résultat très tiré, pas vraiment flatteur » explique le Dr Robin Mookherjee, chirurgien plasticien. Des stars sur le retour, avec un sourire de joker, on en connaît effectivement quelque unes. « L’idée est donc d’intervenir le plus tard possible, de patienter jusqu’à ce qu’on ne se supporte plus dans le miroir …» conclut le chirurgien.

Mais alors que proposer dans l’intervalle ? « Des techniques soft comme les injections, les fils tenseurs ou les ultrasons qui remodèlent la peau grâce à la chaleur » indique le spécialiste. Je vous ai souvent parlé des deux premières, mais qui sont des gestes invasifs. Une solution qui ne séduit donc pas tout le monde (en particulier celles qui n’ont jamais rein fait sur leur visage). Les ultrasons microfocalisés (ou HIFU – High Intensity Focused Ultrasound) offrent une option plus soft, bien que la méthode soit réputée douloureuse.

 

LIRE AUSSI : Redessiner l’ovale du visage : les meilleurs traitements esthétiques 

 

Cela fait plusieurs années que j’écoute les spécialistes m’en parler. Mais comme souvent en esthétique, les opinions sont partagées. Il y a les fans des HIFU, et les déçus. J’ai souvent entendu : « les résultats peuvent être bons, mais ils sont aléatoires« . Voilà qui n’aide pas franchement à se faire une opinion …

Jusqu’au jour où, sur un congrès, je croise, un médecin qui me certifie que les résultats sont reproductibles. « Ah, bon ???  Mais tout le monde dit le contraire ! ». « Si, si. Si on sélectionne bien les patientes, ça marche vraiment bien ! ». Et dans la même journée, un autre : « J’adore ! Toutes mes patientes sont ravies ! ». De fait, aujourd’hui, beaucoup de praticiens sont équipés d’un appareil, que ce soit la Rolls des HIFU, l’Ulthera, ou d’un appareil coréen. Ce n’est sans doute pas sans raison.

Allez, j’essaie ! Ce sera la meilleure façon me faire un avis ! L’appareil sur lequel je réalise mon test est un Ultra-Former, une machine coréenne.

« Les meilleurs résultats, je les obtiens sur les peaux solides, denses. Et ça allège aussi pas mal les visages graisseux. Bon, sans remplacer la cryolipolyse toutefois. Si on est en présence d’un bon double menton, mieux vaut attaquer directement avec le froid » indique le Dr Marie-Thérèse Bousquet, médecin esthétique. « En revanche, là, où c’est décevant, c’est sur les peaux atones, sans matière, comme « vidées ». Dans ce cas, je préconise plutôt la radiofréquence à micro-aiguilles » poursuit la spécialiste. Le côté aléatoire proviendrait donc de cela : de la qualité de peau. Et selon ce médecin qui fait partie des grands fans des HIFU, uniquement de cela. Bon, c’est SON avis. Il ne l’emporte pas sur les autres. Voyons !

 

LE PROTOCOLE DES HIFU EST DE DEUX SÉANCES ESPACÉES DE DEUX MOIS

 

1 ERE SEANCE D’ULTRASONS

D’abord, une série de photos de profil et de trois-quarts.

Je ne suis pas plus stressée que cela. Néanmoins, l’assistante me propose un Doliprane, en prévention de la douleur. Et, une petite balle en mousse aussi, à malaxer si jamais j’ai mal. Elle me démaquille. Puis, le médecin arrive et m’examine. Elle dessine sur mon visage et mon cou, les lignes de traitement (verticales, horizontales ou obliques selon l’effet de tension recherché), qui vont le guider tout au long de la séance. En général, sur le bas du visage et le cou, on tourne autour de trois-cent à cinq cent lignes. Et on réalise plusieurs passages dans chacune de ces directions.

La praticienne choisit ensuite les têtes de traitement avec lesquelles elle va travailler. Pour l’ovale, on en utilise deux ou trois, c’est selon. « Trois, c’est quand je suis en présence d’un visage plein et que je veux atteindre en prime la couche graisseuse » indique Marie-Thérèse Bousquet. Le traitement se pratique du plus profond en remontant vers les couches supérieures de l’épiderme. Ainsi, les fibroblastes (cellules de jeunesse de la peau) vont produire plus de collagène et redonner de la fermeté à la peau. Avec la tête « profonde », les ultrasons vont pénétrer jusqu’à 4, 5 mm, atteignant la couche graisseuse et même le muscle du cou, lequel va se « rétracter » sous l’effet de la chaleur, procurant un véritable effet lift (jusqu’ici, il n’y avait que la chirurgie pour agir dessus). Puis, on passe à la tête « moyenne » (les ondes pénètrent jusqu’à 3 mm sous la peau) et en dernier,  la tête « superficielle » (qui les envoie jusqu’à 1, 5 mm sous la peau). Chanceuse que je suis, j’ai droit à toutes les têtes !

L’assistante m’invite à m’allonger sur le fauteuil de soin. Puis elle applique ensuite un gel échographique sur le visage et le cou. Et c’est parti pour 30 à 45 minutes de traitement.

Première ligne : la sensation est surprenante. Je ressens comme des petites brûlures fugaces, tout le long du trajet. Ce n’est pas aussi terrible que ce que l’on m’avait décrit, mais pas super-agréable non plus. Surtout quand la tête de traitement passe sur la surface saillante des mâchoires. Là, la sensation de brûlure se fait plus intense encore et ça résonne dans les dents (mieux vaut ne pas sortir de chez le dentiste, à mon avis). Deuxième ligne …, troisième ligne, … quatrième ligne … Là, ça commence à être déjà moins confortable. Je ressens comme un effet d’accumulation : le côté droit de mon visage est tout endolori. Mais bon, je ne sais pas si c’est l’effet du Doliprane ou parce que je suis dans un bon jour, mais je vis le truc plutôt sereinement. D’autant que les sensations douloureuses s’estompent vite, en fait.

On passe au côté gauche. Idem. Pas très agréable mais toujours supportable.

Un quart d’heure plus tard, je me relève du fauteuil de  soin, quand même contente que le traitement soit terminé.

Le médecin ausculte ma peau : « Il y a quelques rougeurs, c’est normal, mais apparemment, vous n’aurez pas de bleus. Je ne distingue rien dans ce sens. Toutefois, s’ils devaient apparaître, ce ne sera pas avant trois à quatre jours. Mais pas de panique hein, ce sont en général des très petites ecchymoses, qui s’estompent vite », me prévient Marie-Thérèse Bousquet.

Sidonie, l’assistante, me tend un miroir. Waou ! C’est superbe ! « Mais comment, c’est possible ? Les résultats ne se voient qu’après deux à trois mois avec ce genre de technique, on est d’accord ? », j’interroge le médecin.

« Ce que vous voyez là n’est pas le résultat définitif. C’est un effet de rétraction procuré par la chaleur mais dans une semaine, tout sera retombé. Cependant, la peau va commencer à travailler et à produire de nouvelles fibres de collagène. Après deux mois, il devrait y avoir un effet de remise en tension, à peu près équivalent à celui que vous observez là » explique t-elle. Trop bien ! Trop contente !

Le temps de quitter le cabinet, je n’éprouve déjà plus la moindre sensation douloureuse. Cool.

De retour chez moi, je constate que le bas de mon visage est gonflé (mais rien d’excessif non plus). Et la peau est sensible au toucher. Je grimace un peu en nettoyant mon visage.

Les deux semaines suivantes, le résultat au niveau de la « jawline » est toujours aussi époustouflant. Bella Hadid est en moi …

La troisième semaine, aïe, on dirait que ça se relâche … Bella Hadid s’est cassée apparemment …

A deux mois, mon cou a retrouvé son aspect pas très tonique. Il faut dire qu’entre temps, je me suis délestée de 2 bons kilos. C’est peut-être l’explication … Je reprends rendez-vous chez le médecin pour voir de quoi il retourne.

 

2 EME SEANCE D’ULTRASONS

Le médecin me rassure d’emblée : « Il y a déjà un petit résultat mais on va faire une deuxième séance, pour renforcer tout cela ». Retour sur le fauteuil de traitement. Ça s’est tellement bien passé la première fois que je m’assois presque en sifflotant. Sauf que là, incompréhensible, ce n’est pas du tout le même couplet ! Dès la première ligne de traitement, je sursaute. A la deuxième, je couine. A la troisième ligne : l’assistante ferme la porte (il y a plusieurs patientes dans la salle d’attente). J’ose un : « C’est la même puissance que la dernière fois ? ». « Je l’avais un peu augmentée, mais je viens de la baisser. C’est toujours aussi douloureux ? » me questionne le médecin. « Ah oui, au moins deux fois plus que la dernière fois ! ». Elle : « C’est comme cela, certains jours, on est plus sensible que d’autres. De même qu’il y a toujours un côté du visage qui est plus douloureux que l’autre ». Je confirme … Là, la balle, j’en fais de la charpie. L’assistante a oublié de me donner le Doliprane. « Euh, je peux avoir un cachet, svp ? … ». Je peine à terminer le côté droit. Je demande à faire une pause entre chaque ligne, d’autant que j’ai une petite douleur à une molaire depuis quelques jours. L’assistante me propose de bourrer la joue de compresses du côté sensible pour faire écran. Allez, vas-y, file. Au point où j’en suis. Me retrouver avec une joue de cochon d’Inde, ne me fait pas peur.

On passe au côté gauche du visage … Curieusement, celui-là est beaucoup moins sensible. J’arrête de faire des miettes avec la balle. La séance se termine bien mieux qu’elle n’a commencé.

Dix minutes plus tard, thanks God, le traitement est terminé. Je me relève du fauteuil un peu « ensuquée ». Le médecin m’ausculte. « Vous avez quelques petites rougeurs et des deux ou trois vaguelettes sur un côté du visage. Ne vous inquiétez pas, elles vont disparaître très rapidement et je ne vois aucun signe de bleus ». Je rentre chez moi lessivée mais contente. Dans deux mois j’aurais mon résultat. Enfin, j’espère !

Là, ça fait pratiquement trois semaines que j’ai fini le protocole et l’ovale est déjà beaucoup plus net. Rien à voir avec la première fois. Je dirais « amélioré de moitié ». Pourvu que ça reste parce que, franchement c’est assez génial de pouvoir obtenir un résultat, même léger, sans corps étranger glissé sous la peau.

Verdict dans un peu plus d’un mois. Je vous ferai bien évidemment un comte rendu circonstancié de tout ça. Reste que le résultat ne sera toujours pas définitif car le tissu continue de travailler pendant plusieurs mois encore, paraît-il. Je ne suis donc pas rendue. Mais je suis confiante !

En résumé, les ultrasons sont adaptés aux relâchements légers du visage (ovale et cou principalement, mais sont utilisés aussi pour lifter les sourcils tombants) et le corps (décolleté, ventre, bras, cuisses …, mais c’est un autre sujet). Les résultats varient apparemment selon le type de peau, qu’il est préférable d’avoir dense plutôt que mince et ramollie. Il allège aussi légèrement les visages empâtés. A partir de 450 € la séance avec une machine coréenne. Il est conseillé de faire une séance d’entretien par an pour maintenir le résultat.

Keep in touch !

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?

8 Commentaires on "J’ai testé le lifting aux ultrasons !"

  1. Mille mercis pour cet article .Lihn un avant-apres en photos?
    La technique est chère par rapport au lifting.

    • Bonjour ! Je ne suis pas tellement dans l’exposition de moi-même. Donc, les photos, pas sûr… Un lifting, c’est en moyenne entre 7500 € et 10.000 €. Donc, on en est loin. Mais c’est sûr que les résultats du lifting sont sans équivalent !

  2. Merci d’avoir été cobaye 🙂
    Vivement le prochain point d’étape alors !

  3. Connaissez vous les centres de medecines esthetique qui pratiquent le HIFU dans le morbihan et le finistere? Merci! Evelyne

  4. bonjour,
    toujours prete a jouer en effet le cobaye je vous tire mon chapeau, article interessant, maintenant j ai hate de voir ce que vous allez pourvoir nous en dire dans 6 MOIS SI LES RESULTAS SONT VRAIMENT PROBANTS CAR CELA POURRAIT M INTERESSER CAR JE N AI PAS DE POSSIBILITES DE FAIRE DES INJECTIONS (INTERDICTION PAR RAPPORT A UN PROBLEME DE SANTE…)CORDIALEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.