Comment prévenir ou se rétablir de la Covid ? Les réponses de la médecine anti-âge

La médecine anti-âge est une nouvelle discipline qui vise à renforcer l’individu dans toutes ses dimensions (immunité, énergie, longévité, apparence) pour mieux l’armer contre le vieillissement. Elle s’avère être aussi une aide précieuse en période de pandémie. Tous les conseils du Pr Jean-Paul Meningaud, Chef du Service de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique au CHU Henri Mondor (Créteil).

Pr Jean-Paul Meningaud

On parle tout le temps des masques, du lavage des mains (à ce propos, l’alcool à 70 °, ça marche aussi bien que le gel hydro et c’est moins cher !) et de la distanciation sociale mais jamais les pouvoirs publics n’ont évoqué la question de booster l’immunité innée, qui est pourtant « le » sujet primordial dans la lutte contre la Covid 19.

De quoi s’agit-il ? De la réponse de l’organisme quand il est confronté à un agent pathogène pour la première fois (à la différence de l’immunité acquise sur laquelle sont basés les vaccins). Face au SARS-Cov-2 en l’occurrence, l’immunité innée des sujets jeunes est plus importante que celle des sujets âgés. L’idée est donc de la renforcer pour diminuer au maximum le risque de développer une potentielle forme grave du virus, mieux résister à la maladie quand elle est présente, ensuite continuer à booster ses défenses pour favoriser une meilleure récupération.

 5 CONSEILS ESSENTIELS POUR RENFORCER SES DEFENSES ANTI-COVID

1/ Perdre du poids. Le surpoids favorise un certain nombre de maladies et il altère la fonction immunitaire. Un lien est d’ailleurs aujourd’hui clairement établi entre l’obésité et les formes graves de la Covid. Il est donc recommandé de se maintenir aussi mince que possible tout au long de sa vie (et don surtout en cette période) tout en évitant d’être maigre. Pour rappel, on est en surpoids lorsque l’IMC est supérieur à 25 et dans l’obésité lorsqu’il est supérieur à 30 (calculez votre IMC ici). Vous perdrez facilement 1 kilo par mois (ce qui est largement suffisant) en éliminant tous les aliments blancs dans l’assiette (pâtes, riz, pain, qui ont index glycémique élevé) et en les remplaçant par tout ce qui apporte de la couleur. En gros, les légumes, très rassasiants, peu caloriques et riches en fibres. Et limitez les protéines animales et l’alcool.

2/ Faire du sport, à raison d’1 h / jour (avec si possible un mix de musculation, cardio-training, exercices travaillant la souplesse). C’est un atout majeur pour la santé. Alors là, j’entends déjà les cris : « Hein ???!!! Mais j’ai pas le temps, moi ! ». Qu’à cela ne tienne. Enfourchez votre vélo pour vous rendre au boulot ! Et pour les assouplissements, le Pr Meningaud conseille de les faire en s’habillant. Par exemple, enfilez vos chaussettes en appui sur un pied ! Vous y arrivez ? Alors maintenant, faîtes ça les yeux fermés !

3/ Dormir suffisamment, soit entre 6 h et 8 h/jour. Le sommeil est indispensable au système immunitaire. Se coucher avant minuit aussi, aurait un effet bénéfique.

4/ Combler ses carences

  • Les vitamines

Il vous faut un apport suffisant en vitamines A, B et C, mais le plus important est la D, car une forte corrélation est aujourd’hui établie entre la carence en vitamine D (identifiée chez 40 % de la population) et les formes graves de Covid. « Mais pour moi, les supplémentations ne doivent s’envisager qu’après une analyse car les besoins sont variables d’une personne à l’autre. L’absorption de la vitamine D en l’occurrence peut être très différente selon les antécédents médicaux et l’équipement  génétique de chacun. Il faudra donc la redoser après 6 semaines, pour réajuster le taux » précise le Pr Meningaud. Pour la vitamine D, le test à réaliser est celui de la 25 (OH)D. Si les laboratoires près de chez vous sont trop encombrés par les tests PCR, il est possible de se supplémenter seul et sans risques pendant quelques semaines pour les vitamines C (prendre 350 mg/jour d’une forme à libération prolongée) et D (les dosages varient entre 1000 UI et 5000 UI par jour. En l’absence d’analyse, prenez la dose intermédiaire, soit 3000 UI). Pour les vitamines A et B, la supplémentation est plus compliquée. Il vaut mieux attendre les tests. Toutefois, une alimentation équilibrée, riche en fruits et en légumes, suffit généralement à couvrir les besoins journaliers.

  • Les sels minéraux et oligoéléments

Le magnésium. Lui, intervient dans plus de six cent métabolismes. C’est dire s’il est essentiel à la santé. Pourtant, sa carence est très répandue. En attendant de pouvoir doser le magnésium intra-érythtrocytaire (le seul vraiment intéressant), buvez des eaux minérales riches en magnésium (Hépar) et croquez du chocolat noir. Les besoins quotidiens en magnésium sont estimés à 6 mg par kg. Côté supplémentation, les formes les mieux absorbées sont le citrate de magnésium et le magnésium liposomal.

Le zinc intervient dans près de trois cent métabolismes et à plusieurs niveaux de la réponse immunitaire contre les virus. Par ailleurs, c’est un modulateur de l’inflammation, il est d’un grand intérêt pour prévenir l’orage cytokinique dans les formes graves de Covid. On le trouve notamment dans les huîtres, les abats, les champignons. L’important est de faire doser le zinc érythrocytaire (celui qui entre à l’intérieur des cellules). Si vous ne pouvez pas faire d’analyse, prenez une dose de 10 mg/jour en attendant.

Le sélénium. Cet oligo-élément participe aussi aux mécanismes de défense immunitaire et aux réactions anti-inflammatoires de l’organisme. Croquez une noix du Brésil par jour et vous aurez votre dose journalière.

5/ Gérer son stress. « On mesure mal à quel point le stress peut être délétère pour notre santé. Pourtant, il augmente le niveau inflammatoire de l’organisme, annule les bénéfices d’une alimentation saine, diminue les performances cognitives et augmente le risque d’infections  potentiellement mortelles» indique le Pr Meningaud. N’écoutez BFM TV qu’une seule fois par jour, vous verrez, vous sentirez déjà beaucoup plus léger ! 😉 Sinon, toutes les activités qui permettent de trouver une source d’apaisement sont bienvenues : Yoga, Taï Chi, applis de méditation, lunettes immersives 3 D, faire une sieste avec son chien … « Une technique, amusante, facile à mettre en œuvre, tirée de l’EMDR, consiste notamment à fixer son regard très rapidement alternativement à gauche et à droite. Au bout de quelques minutes, la pensée négative s’évanouit » conseille notre spécialiste.

LIRE AUSSI : La médecine anti-âge ou comment rester jeune toute sa vie 

COMMENT SOUTENIR SES DEFENSES QUAND ON A ATTRAPE LA COVID ? 

On conserve la même hygiène, à laquelle on ajoute pour soutenir encore davantage ses défenses et mieux lutter contre l’infection :

De l’ail ! C’est un super aliment qui contient de nombreuses vitamines (B6, C, A, E K), minéraux et oligoéléments (dont le sélénium !). Par ailleurs, il renferme de l’allicine, un composé soufré antibactérien et anti-infectieux, qui a bien rendu service aussi au cours de la seconde guerre mondiale. Mais consommez le cru pour préserver intactes toutes ses propriétés (c’est pas grave, vous n’avez plus d’odorat !)

Des probiotiques. Enrichissez votre alimentation en aliments fermentés (yaourts, kéfir de lait, choucroute, miso …) pour améliorer la diversité du microbiote intestinal, tout aussi important dans les défenses contre les agressions. Ou prenez une association de différentes souches (à voir avec votre pharmacien, l’idée étant de ne pas cumuler avec les suppléments que vous prenez par ailleurs).

De la PQQ (pyrroloquinoléine quinone), un antioxydant majeur pour ses effets bénéfiques sur les mitochondries (les centrales énergétiques des cellules). On la trouve dans le chocolat noir, le kiwi, le persil, le thé vert.

« Enfin, il est aussi bon de vérifier que vous ne présentiez pas une anémie, auquel cas, une supplémentation en fer sera bien sûr indispensable » ajoute le Pr Meningaud.

No sport ! L’effort physique est déconseillé lorsqu’on a une infection. Il peut aggraver la maladie. Attention surtout si vous avez de la fièvre. Le virus peut, lors d’un effort intense, attaquer le muscle cardiaque. Des cas de myocardite (inflammation du muscle cardiaque) ont été rapportés.

COMMENT RECUPERER LA FORME APRES LE COVID ? 

Beaucoup de personnes sortent de la maladie à bout de force. « Pour redonner de l’énergie à l’organisme, je préconise en plus des conseils généraux donnés en prévention du Covid, une supplémentation en coenzyme Q10, qui intervient dans la transformation de l’énergie fournie par l’alimentation en énergie utilisable par la cellule. Elle est surtout utile après 50 ans car le corps ne produit plus cette enzyme » explique le Pr Meningaud. On la trouve notamment dans les aliments carnés et les huîtres. Si vous êtes végétarien, n’hésitez pas à vous supplémenter : 30 mg matin, midi et soir (coupez votre comprimé de 100 mg en 3, la coQ10 sera mieux absorbée). Et c’est la forme « trans » de la Co Q10 ubiquinol qu’il faut réclamer à votre pharmacien.

Ensuite, dès que vous vous sentez suffisamment fort pour reprendre le sport, une façon naturelle d’augmenter rapidement le nombre de mitochondries, donc l’énergie de l’organisme, c’est de pratiquer un entraînement fractionné (ou HIIT), une alternance d’exercices physiques intenses suivis de phases de récupération (il y a plein d’exemples sur internet). « Deux séances d’une demi-heure par semaine suffisent » assure le Pr Meningaud.

Pour en savoir plus : Le Programme Anti-Age du Professeur Meningaud, disponible sur Fnac. Com ; Amazon.fr ; books.google.fr  

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





Soyez le premier a commenter on "Comment prévenir ou se rétablir de la Covid ? Les réponses de la médecine anti-âge"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.