Découvrez le « contouring » des stars : make-up + injections

le contourné des stars : make-up + injections

Pour sculpter leurs visages, valoriser leurs traits, les célébrités ne se contentent pas de manier le pinceau. Elles pratiquent le « contouring médical », une autre façon de jouer avec la lumière aux effets plus durables. 

Le « contouring », c’est cette technique de maquillage relancée par Kim Kardashian il y a 4 ou 5 ans qui permet de sculpter les visages en jouant sur les ombres et les lumières. La presse féminine s’en est fait beaucoup l’écho et de nombreuses marques de maquillage comme Maybelline se positionnent aujourd’hui volontiers sur ce créneau. La tendance est surtout très plébiscitée par les Américaines et par les plus jeunes. Et bien sûr, dans tous les pays du monde, par les stars qui sont trop contentes de pouvoir recourir à cette supercherie pour rectifier leurs visages, avant de les offrir aux photographes. Le contouring est même devenu un exercice imposé sur le tapis rouge, à Cannes, Venise ou Los Angeles. D’autant que la lumière des projecteurs est tellement vive sur le « carpet » qu’elle a tendance a écraser les reliefs. Sauf que la célébrité ici ne manie pas uniquement les fards. En bonne pro qu’elle est, elle va judicieusement associer maquillage correcteur et retouches chez le médecin esthétique, l’idée derrière tout cela étant de moins charger son make-up, de paraître naturellement belle. Gregoris Pyrpylis, le maquilleur de Leïla Bekhti, Laetitia Casta et Carla Bruni, confirme: « Aujourd’hui, la tendance est au contouring discret, parfaitement fondu. Si on rectifie son visage, cela doit se faire de manière soft. Il ne faut rien pouvoir deviner ». Alors, pour cela, il y a les injections …

Comment la médecine esthétique joue t-elle le contouring ?

En maquillage, pour mettre en lumière certaines zones du visage, gommer les zones d’ombre et donner du volume, on utilise des fards clairs. Eh bien à la place, le médecin esthétique va simplement injecter un produit de comblement, l’acide hyaluronique. Il obtiendra le même effet « attrape lumière ».


Maybelline

Où l’injecte t-il ? Comme sur le schéma ci-dessus, il va d’abord retravailler les zones bombées du visage qui accrochent la lumière comme le front, l’arcade sourcilière les pommettes, l’arête du nez, le menton. « Le but est d’apporter un supplément de volume, une « projection », pour mieux les mettre en valeur », explique Valérie Philippon, médecin esthétique. Ensuite, il passe aux zones d’ombres : les cernes, la vallée des larmes (cette ombre qui part du coin interne de l’œil et descend à l’oblique sur la joue), le sillon naso-génien (de chaque côté du nez), les plis d’amertume (de chaque côté de la bouche) …

Plus de volume sur les zones bombées pour attraper la lumière

  • Le front : le médecin injecte un acide hyaluronique très fluide (type Fine Lines Universal de Filorga), en nappage sur toute sa surface. Cela donne en même temps l’impression de sourcils plus hauts.
  • L’arcade sourcilière : ce point sous le sourcil permet d’ouvrir le regard. Le médecin le reproduit en positionnant son acide hyaluronique dans le tiers extérieur du sourcil. Cela permet de lui redonner du corps, de le regalber et de légèrement ascensionner sa queue.
  • Les pommettes : « Un maquilleur éclaire toujours cette partie du visage sur une célébrité car cela procure immédiatement un effet lifting qui est très apprécié » indique Gregoris Pyrpylis. En médecine esthétique, l’effet s’obtient en injectant un acide hyaluronique volumateur profondément, au contact osseux, pour  soulever discrètement les pommettes.
  • Le nez : l’idée, c’est d’avoir une arête plus droite pour mieux capter la lumière. Par exemple, s’il y une petite bosse, on injecte une touche d’acide hyaluronique volumateur en amont. On peut aussi corriger un nez légèrement dévié avec cette technique ou trop en creux.
  • Le menton : en introduisant une petite boule d’acide hyaluronique volumateur sur sa pointe, on le rend plus présent et la lumière rebondit mieux dessus. Evidemment, l’indication n’est valable que si le menton est un peu petit ou légèrement en retrait.
  • La bouche : avec un acide hyaluronique fluide, on vient marquer le liseré des lèvres, pour souligner le dessin de la bouche.

Eclaircir les zones d’ombres

  • Les cernes : le médecin injecte un acide hyaluronique très fluide, profondément au contact osseux (Redensity II de Teoxane). Mais attention, c’est une zone qui peut facilement gonfler. Donc, mieux vaut prendre son temps pour la corriger (en plusieurs fois) et surtout s’adresser à un médecin rôdé à l’exercice. On oublie si on est du genre à se réveiller avec des poches le matin.
  • La vallée des larmes : cette ombre qui part du coin interne de l’œil et descend à l’oblique sur la joue se corrige en même temps que les cernes auxquels elle est très souvent associée.
  • Le sillon naso-génien : une larme d’acide hyaluronique dans la partie haute du sillon et hop, le vilain pli disparaît.
  • Les plis d’amertume : idem pour ces ombres de chaque côté de la bouche qui ne donnent pas l’air très joyeux.

Affiner les traits

Pour reproduire l’effet des fards foncés qui sont utilisés en maquillage pour creuser les traits, le médecin esthétique n’a rien à sa disposition. Mais peu importe ! « En redonnant du volume à la pommette, on crée naturellement une zone d’ombre sous cette dernière » explique Valérie Philippon. Idem de chaque côté du nez. « En redessinant l’arête du nez, ce dernier est aussitôt affiné » poursuit notre spécialiste. Et pour amincir les visages aux mâchoires un peu trop carrées ? Il suffit d’une injection de toxine botulique (Azzalure, Vistabel) de chaque côté, dans les muscles masseters (ceux que l’on sent sous ses doigts quand on sert les mâchoires).

Soyez le premier a commenter on "Découvrez le « contouring » des stars : make-up + injections"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.