Problème suite à une injection d’acide hyaluronique : les solutions des experts

Problème suite à une injection d'acide hyaluronique : les solutions des experts

Bien que les injections d’acide hyaluronique soient hyper-courantes aujourd’hui et bien tolérées, elles peuvent, comme après tout acte médical (on a parfois tendance à oublier que c’en est un !…), entraîner des effets indésirables, plus ou moins gênants. Kékonfé dans ces cas-là ? Eh bien, voici quelques éléments de réponse …

Le truc n’est pas de se faire peur, hein ! Mais personne n’est jamais à l’abri d’un petit couac et un patient averti en vaut deux. D’où ce papier qu’il est bon de garder sous le coude, comme l’Aspivenin dans l’armoire à pharmacie de la maison de vacances … just in case.

Rougeurs, bleus, gonflement, sensibilité de la zone injectée

Bien que non systématiques, ces effets indésirables là sont archi-fréquents après une injection d’acide hyaluronique. On n’a jamais bleu, jusqu’au jour où … Et bien-sûr, toujours la veille d’un rendez-vous archi-important ! En fait, la rougeur et l’œdème (gonflement) signalent qu’un corps étranger a été introduit sous la peau. « Mais il ne faut pas s’affoler pour autant, c’est exactement la même réaction qui se produit après une piqûre d’insecte ! » rassure le Dr Isabelle Rousseaux, dermatologue. Les marques sont le plus souvent légères. Elles apparaissent dans les suites immédiates de l’injection et s’estompent en 48 h. Mais bien sûr, plus le volume injecté est important et plus la zone est à même de réagir. Elle peut même être légèrement sensible pendant quelques jours. Des ecchymoses (bleus) sont également possibles si l’aiguille du médecin a accidentellement lésé un vaisseau. C’est pourquoi de plus en plus, les spécialistes utilisent des canules dont l’extrémité arrondie, limite ce genre de petits incidents. Elles sont cependant sans gravité et s’évanouissent en une dizaine de jours. Mais si vous y êtes facilement sujette, le médecin peut prescrire un peu d’Arnica 5 CH 3 granules 3X/j la veille et pendant 1 semaine pour faciliter leur résorption. Lire ici : Comment camoufler les bleus post-injections ?

Une petite irrégularité au point d’injection

Là, pas de souci non plus, c’est un simple excès d’acide hyaluronique, à un endroit donné. C’est pour cela que les médecins massent en général la zone traitée après l’avoir injectée, pour mieux répartir le produit. Lire ici : Peut-on masser après une injection d’acide hyaluronique ou de Botox ? Mais pas de panique, même sans rien faire, l’irrégularité s’estompera toujours d’elle-même en une quinzaine de jours.

Un bouton de fièvre

Ah ben oui, une injection est toujours à même de réveiller un herpès. Si vous êtes porteur du virus, signalez-le à votre médecin (mais normalement, il devrait vous poser la question). Il vous mettra sous Aciclovir (ou un autre antiviral) la veille de l’injection et pendant les 4 à 5 jours suivants.

Une rougeur et une zone gonflée, indurée accompagnés d’une sensation de chaleur le lendemain de l’injection

Ce genre de réaction se produit généralement à la deuxième injection du même acide hyaluronique. Dans ce cas, il y a tout lieu de supputer une allergie, bien qu’elle soit exceptionnelle. Tellement même qu’aucun test n’est requis avant. « Mais dans ce cas précis, il faut appeler tout de suite son médecin qui prescrira de la cortisone par voie générale et après environ 5 jours, tout rentrera dans l’ordre. Il faudra ensuite pour confirmer la suspicion d’allergie pratiquer un test en réinjectant une petite quantité du produit incriminé sur la face interne de l’avant-bras » indique le Dr Isabelle Rousseaux. Si la zone réagit avec une bonne rougeur en moins de 48 h, bingo ! Mais cela signifie aussi qu’à l’avenir, les injections d’acide hyaluronique, quelle que soit la marque du produit injecté, ne seront hélas plus possibles pour vous. Sorry …

Une petite boule sous la peau deux à trois mois après l’injection

Il s’agit probablement d’un « nodule », une réaction de votre corps au produit qu’il ne supporte pas et tente d’éliminer. Cela signale une auto-immunité relativement importante. Dans ce cas, il est bon de prendre rendez-vous avec votre médecin, qui vous demandera très certainement de procéder à un bilan sanguin, pour s’assurer que vous ne soyez pas porteur d’une maladie auto-immune justement (auquel cas, les injections sont tout bonnement déconseillées !).

Ensuite deux solutions :

  • Le nodule apparu après l’injection d’acide hyaluronique se sent sous les doigts mais ne se voit pas

Votre corps n’a pas toléré le produit en question, qui ne sera donc plus jamais injecté dans votre visage. Concernant, le nodule lui-même, il n’y a cependant pas lieu de s’alarmer. « Il n’y a aucune obligation de traiter un nodule qui ne se voit pas et qui n’est pas inflammatoire, autrement dit ni rouge ni boursouflé ni induré » indique le Dr Isabelle Rousseaux. « Si on tente de le dissoudre, il laissera un creux à la place, que l’on sera dans l’impossibilité de combler. Du coup, le patient risque d’être encore plus déçu. Alors, on le laisse et il finira toujours par disparaître, même si cela peut prendre quelques années … » poursuit la spécialiste. Eh oui, l’acide hyaluronique a beau être un produit dégradable, il n’est pas toujours aussi rapidement résorbé qu’on le dit … « Il faut cependant avertir le patient que ce nodule peut évoluer, en fonction de son état de santé général. Une pathologie infectieuse saisonnière, comme une rhinite, peut créer une réaction inflammatoire plus diffuse et donner un aspect plus tuméfié au nodule, le rendre peut-être aussi plus sensible au toucher. Pas de stress car dès que l’infection est guérie, tout rentre dans l’ordre. Mais si besoin, on peut donner de la cortisone par voie générale » précise le Dr Jérôme Paris, chirurgien de la face en du cou.

  • Le nodule qui est apparu après l’injection d’acide hyaluronique est bien visible

Dans ce cas, deux solutions possibles : le médecin peut vous proposer de le dissoudre avec l’injection d’une enzyme (la hyaluronidase), une enzyme qui va grignoter l’acide hyaluronique et le faire disparaître en quelques heures. Cependant, le risque est toujours le même :  un gros trou à la place ! Donc, deuxième solution possible : on traite d’abord à la cortisone par voie générale pendant quelques jours. Parfois, cela suffit à la faire régresser et à le rendre moins visible.

  • Le nodule apparu après l’injection d’acide hyaluronique est bien visible et douloureux

« Parfois, certains phénomènes infectieux à distance, comme une inflammation sur une couronne dentaire par exemple, peuvent donner lieu à l’apparition d’un nodule chaud, douloureux au niveau de la zone d’injection. Dans ce cas, on donne de la cortisone par voie générale pendant quelques jours et on traite l’origine de l’inflammation. En l’occurrence, la dent … », explique le Dr Isabelle Rousseaux. Puis, une fois l’orage passé, votre médecin évaluera l’intérêt de l’utilisation de l’enzyme qui dissout tout si le nodule est toujours présent.

Réinjecter de l’acide hyaluronique après un antécédent de nodule, c’est possible ?  

Chaque médecin gère ce genre d’incident à sa manière. Un principe de précaution absolu voudrait que l’on ne réinjecte plus l’acide hyaluronique puisque le patient ne le supporte pas. Néanmoins, il est possible de faire une réaction à une variété d’acide hyaluronique et pas à un autre, sur un site et pas sur d’autres. « Sur la région du cerne notamment, où la peau est très fine, la présence d’un nodule se repère vite. Dans les pommettes ou le sillon nasogénien, où le produit est injecté très en profondeur, cela passe souvent inaperçu. Mon avis est que les petits nodules sont plus fréquents qu’on ne le croit mais on ne les repère pas toujours. Personnellement, je ne réinjecte jamais d’acide hyaluronique sur une zone qui a déjà connu un problème. En revanche, je pense que si un nodule de petite taille et de résolution complète est déjà survenu, il reste possible de réinjecter un acide hyaluronique d’une autre marque ailleurs sur le visage, mais dans une zone à peau épaisse, au cas où un autre nodule apparaîtraît. Mais dans ce cas là, je ne réinjecterai plus ensuite car à l’évidence, le patient ne tolère vraiment pas l’acide hyaluronique » poursuit le chirurgien.

La mésothérapie est-elle possible après avoir fait un nodule ? 

« Là, c’est un peu différent. Je n’ai jamais vu de nodules après une mésothérapie ou alors ils étaient dus à une rupture dans la chaîne d’asepsie, une injection sur une peau mal démaquillée ou ce genre de chose. Donc, je serais tenté de dire, « oui », on peut faire de la mésothérapie malgré un antécédent de nodule » indique le Dr Jérôme Paris.

Quel produit injecter pour remplacer l’acide hyaluronique quand on n’y a plus droit ?

Tous les autres produits de comblement autorisés en France étant à base d’acide hyaluronique, vous ne pouvez malheureusement prétendre qu’aux injections de graisse : « micro-fat », « nanofat », etc. Là, aucun souci puisqu’il s’agit de votre propre matériau de comblement. Votre corps ne peut la rejeter. En revanche, l’intervention nécessite de passer au bloc. Tout le monde n’est pas partant. Faut-il dissoudre le nodule avant d’injecter la graisse ? Non, pas nécessairement. La graisse autologue est d’ailleurs le seul produit qu’il est encore possible d’injecter chez les personnes qui ont reçu des produits de comblement permanents comme la silicone (tout le reste leur est interdit). « Il est possible que cela réactive l’inflammation pendant quelques jours, mais avec de la cortisone, tout rentre rapidement dans l’ordre », indique le Dr Jérôme Paris.

Une vive douleur à l’injection et une peau qui blanchit subitement

Là, pas de doute, le filler injecté a accidentellement obstrué une artère. C’est un incident rarissime mais qui nécessite une réaction extrêmement rapide de la part du médecin (une injection de hyaluronidase) pour éviter la nécrose cutanée. D’où l’importance, on ne le rappellera jamais assez, de confier votre visage à un médecin qualifié, qui a une solide connaissance de l’anatomie, de la vascularisation de la face et des zones d’injection à risques (sillon nasogénien, rides du lion, cernes, nez). Ceci dit, on peut être un excellent spécialiste et avoir déjà rencontré ce genre d’incident fâcheux, qui n’est pas seulement dû à une question technique mais aussi à des variations de l’anatomie d’un patient à l’autre. « Conserver sur une clef USB une cartographie de ses vaisseaux serait à mon sens une assez bonne idée pour se mettre à l’abri de tout incident » va jusqu’à conseiller le Dr Philippe Kestemont, chirurgien de la face et du cou. Mais le pire, ce sont surtout toutes ces injections réalisées par des « fake injectors » que l’on voit se multiplier ici et là (et parfois même revendiquées sans vergogne sur les réseaux). Franchement ça glace le sang car la possibilité de se retrouver défiguré après un incident de ce type, est réelle. Lire ici : Injection des lèvres sans aiguille : attention, danger ! Si la nécrose cutanée est déjà constituée, il est trop tard malheureusement pour dissoudre la hyaluronidase mais une cicatrisation dirigée (avec des pansements hydrocolloïdes notamment) permettra de vous tirer d’affaire.

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





3 Commentaires on "Problème suite à une injection d’acide hyaluronique : les solutions des experts"

  1. J’ai eu recours à de nombreuses médecines Esthetique (les fils les injections et même un lifting LVPA aujourd’hui j’ai la lèvre inférieur gonflée comme une deuxième lèvre et je trouve cela horrible.j’ai consulté on n’a rien vu du le scanner car j’ai des prothèses dentaires. Les dermato me disent qu’on ne peux rien faire? Que faire?

    • Bonjour,
      Les dermatologues consultés étaient-ils bien expert en injectables ou gestion des effets indésirables ?
      Peut-être si pas déjà fait, contacter le service matériovigilance du laboratoire qui possède la marque de l’injectable que vous avez eu dans les lèvres (ils ont tous un médecin référent en effets indésirables permettant d’orienter les prises en charge auprès du médecin injecteur qui ne sauraient pas quoi faire).
      Avec l’aide de votre médecin injecteur ou d’un confrère spécialisé en gestion des effets indésirables, ils devraient pouvoir proposer une prise en charge adaptée.

    • Bonjour, je suis de l’avis de Ptit Briquet. Bon courage à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.