Médecine esthétique: par quoi je commence ?

Par quoi commencer en esthétique ?

Vous aimeriez faire une petit quelque chose pour rajeunir votre visage mais ne savez pas quoi exactement ? Un peeling ? Une injection ?? Suivez le guide. 

En fait, c’est très simple : on commence toujours par le défaut qui gêne le plus ! Pour certaines, c’est la ride du lion, entre les deux yeux, qui donne une expression sévère au visage. Pour d’autres, le sillon naso-génien qui encadre le nez. Ou alors la peau qui commence à se tacher.

Il n’y a que vous pour identifier l’objet de votre insatisfaction. Ne demandez surtout pas à votre entourage de le faire à votre place. Les bonnes copines vous trouveront toujours un défaut que vous n’avez pas remarqué. Et puis, c’est votre visage que vous allez confier entre les mains du médecin, pas le leur !

Maintenant, si vous estimez que c’est votre tête entière qui mériterait un bon coup de frais, alors démarrez par les traitements de surface : peelings, lasers, lampe flash, etc. Une peau lisse, uniforme, lumineuse, et c‘est déjà cinq ans de gagné ! Et s ça se trouve, vous n’aurez même pas besoin d’aller plus loin.

Si nécessaire, vous pourrez ensuite enchaîner sur les injections de toxine botulique, pour estomper les rides d’expression autour des yeux ou sur le front.

Les injections de produits de comblement (acide hyaluronique) ne viennent qu’après, pour effacer des rides ou des plis plus profonds, réharmoniser le bas du visage, repulper les traits. Mais attention, le risque de transformation est déjà un peu plus grand. Allez-y toujours très progressivement. Ce n’est pas grave si le défaut n’est pas estompé dès la première séance. Mieux vaut y revenir plusieurs fois, et conserver une tête qui vous ressemble.

Puis viennent les traitements du relâchement : les lasers de remodelage, les ultrasons microfocalisés (Ultherapy), les fils tenseurs (Silhouette Soft, Croma,etc). Et enfin, la chirurgie : le lifting cervico-facial pour retendre entièrement le bas du visage et du cou ; la blépharoplastie pour corriger des paupières tombantes ou des poches sous les yeux ; le lipofilling pour restaurer durablement les volumes du visage.

Les traitements esthétiques à 25/30 ans

Le sillon naso-génien (pli qui encadre le nez) commence à se marquer finement dans sa partie basse, sur certaines morphologies, les visages minces notamment. De fines ridules peuvent apparaître aussi sur les joues et au coin des yeux. Le teint est souvent terne, brouillé, avec les sorties tardives le soir, le manque de sommeil, la clope, l’alcool.

« Je propose des mésolifts (une injection d’un cocktail de vitamines) injecté dans le derme superficiel. Cela redonne immédiatement de l’éclat au teint et estompe en même temps les ridules superficielles. Je complète ensuite par l’application de LED (lumière froide) durant 15 minutes, pour stimuler le métabolisme cellulaire. Si la peau est grasse et les pores dilatés, j’applique dans les suites immédiates du Mésolift une solution à base de vitamine A acide, au pinceau, que je laisse poser 15 mn, sous LED toujours » explique le Dr Eric Essayagh. Mais on peut aussi user de peelings superficiels tels le Milk Peel, à base d’acide lactique, ou l’Azelan (mélange d’acide salycilique et azélaïque).

C’est à cet âge aussi que démarrent les demandes de correction sur la bouche. En général, ce n’est pas pour gonfler les lèvres, mais pour corriger une asymétrie, style une lèvre supérieure trop fine ou inexistante. Lire ici le sujet Comment repulper ses lèvres façon Kylie (Jenner)

Chez certaines jeunes filles (ou garçons) la ride du lion peut aussi se marquer très jeune, et donner un air sévère ou anxieux au visage qui ne correspond pas du tout à leur caractère. Il suffit d’une petite injection de toxine botulique, et hop, la sournoise disparaît !

Dans certaines familles, les cernes peuvent aussi se creuser très jeune, et donner un air fatigué. Dans ce cas, on les corrige avec un produit de comblement : une petite goutte d’acide hyaluronique injectée au milieu du cerne, très profondément, au contact de l’os. Mais attention, cette intervention est risquée. Elle est à confier à des mains très expérimentées.

Les traitements esthétiques à 30/40 ans

Des rides se sont installées entre les yeux, sur le front, au coin des yeux. Elles ne disparaissent plus lorsque le visage est au repos. On les traite avec des injections de toxine botulique.

Souvent aussi, la vallée des larmes (l’ombre qui part du coin interne de l’œil et descend obliquement sur la joue) commence à se creuser. Là, on pratique une injection d’acide hyaluronique. « Ou alors on injecte une larme de produit sur l’arcade zygomatique, entre la tempe et la pommette. Cela remet en tension la pommette, sans la gonfler, et défatigue immédiatement le visage », rapporte le Dr Eric Essayagh.

Le sillon naso-génien est souvent plus marqué aussi. On le corrige avec de  l’acide hyaluronique.

 

Les traitements esthétiques à 40/50 ans

Certains visages vieillissent « en dedans », d’autres « en dehors ». Dans le premier cas, ils s’émacient, se rétractent : les tempes, le rebord orbitaire, les joues, le sillon naso-génien, se creusent. On leur injecte des produits de comblement pour les aider à retrouver le côté plein et pulpeux de leur jeunesse.

Dans le second cas, ils s’empâtent et se relâchent. Un schéma déjà moins facile à traiter en médecine esthétique. Tout ce que l’on peut proposer, c’est stimuler le derme profond, pour retrouver plus de fermeté avec des ultrasons microfocalisés, des lasers non ablatifs ou de la radiofréquence.

Si la lèvre supérieure est très marquée, on traite le « code barre » avec une injection d’acide hyaluronique très fluide.

Contre le cou et le décolleté « fripouillés », les Skinboosters (biorevitalisation) sont remarquables : la peau est immédiatement réhydratée, défroissée, repulpée.

Les traitement esthétiques à 50 ans et + 

Là, on assiste à une véritable fonte graisseuse du visage, qui lui fait progressivement perdre ses joues et ses pommettes, auquel s’ajoute le relâchement des tissus. Pour reconstruire les volumes disparus et réharmoniser la ligne de l’ovale, les injections d’acide hyaluronique sont tout indiquées.

Contre le relâchement cutané, on préconise les appareils qui « chauffent » profondément les tissus : radiofréquence, laser non ablatif, ultrasons microfocalisés, etc.

Il est également possible de redonner un peu de tonus aux muscles releveurs du visage (grands zygomatiques qui attirent la lèvre supérieure vers le haut et platysma qui tapisse tout le bas du visage et le cou), avec des séances d’électrostimulation.

Mais lorsque l’excès de peau est trop important, seul un lifting cervico-facial permet d’apporter un vrai rajeunissement au visage.

Toute reproduction interdite

6 Commentaires on "Médecine esthétique: par quoi je commence ?"

  1. Bravo Linh !
    Je suis fan de la partie PB/solution. J’ai appris des trucs. C’est génial.
    Navigation facile et très agréable.
    Bises

  2. Très beau journal. Hâte de lire la suite.

  3. Bonjour,

    Pourriez-vous faire un article sur comment enlever les petits points rouges dus à l’épilation sur les jambes svp (laser ?)
    Et sur comment diminuer la couleur un peu rouge/violacée des cicatrices ?

    Mille mercis,
    V

  4. Bonjour
    Bravo grâce à vous j’ai appris tellement de chose…
    Avez-vous un médecin esthétique qui fait injection(dérmapen)et laser à nous recommander?
    Merci d’avance
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.