Sillons naso-géniens

IlS SONT MARQUES

Cette ride qui part des ailes du nez et va jusqu’à la commissure des lèvres, est l’un des premiers motifs de consultation chez les médecins esthétiques. Il faut dire qu’elle donne un air vraiment triste au visage. Elle peut apparaître très tôt sur certaines morphologies, comme les visages fins. Au début, ça commence soft, avec une légère ombre près des ailes du nez. Puis vers la quarantaine, quand les muscles se rétrécissent et la peau se relâche, le sillon se creuse.

Je fais quoi ?

Le sillon est visible mais peu accentué : une injection d’acide hyaluronique dense (Voluma, Emervel deep, Juvéderm 4)

A condition que le sillon ne soit pas trop marqué. S’il est vraiment très profond, avec la présence d’un bourrelet, c’est le signe d’une « chute » de la joue. Et là, pour rattraper cela, il n’y a que le lifting cervico-facial !

Y a t-il des contre-indications ?

  • Les maladies auto-immunes
  • Les femmes enceintes et allaitantes (par précaution)
  • Les infections ou inflammations cutanées (l’injection dans une zone irritée ou présentant des lésions aigües ou chroniques est interdite).
  • Un herpès, en poussée.
  • Une hypersensibilité connue à l’acide hyaluronique ou à un des composants de la formule.
  • Des antécédents allergiques graves
  • Des injectons anciennes de produits non résorbables (type silicone)
  • Les porphyries (maladies métaboliques héréditaires)

Avant l’intervention

  • Les médicaments à base d’aspirine ou d’anti-inflammatoires doivent être évités dans les 3 jours précédents l’injection, pour éviter les risques de saignements les ecchymoses.
  • Il est préférable de ne pas exposer la zone traitée à la chaleur (bain de soleil, sauna, hammam), ni même à un froid extrême tant que persistent des signes d’inflammation locale.
  • En prévention d’éventuelles ecchymoses (bleus), si vous avez l’angoisse d’être marquée, le médecin peut prescrire de l’arnica 9CH 3 jours avant l’intervention (et 3 jours après).
  • Le visage est démaquillé par le médecin.
  • Vérifiez le produit que l’on vous injecte, c’est un droit. Vous pouvez même demander la notice d’emploi. Il doit porter un nom de laboratoire connu (Galderma, Allergan, Teoxane, Filorga, Vivacy, etc…), et le marquage CE.

Comment ça se passe ?

 Le médecin injecte le produit dans le sillon, en insistant sur la partie supérieure pour ne pas alourdir une zone qui a déjà tendance à l’affaissement. Si après quelques semaines, il persiste toujours une fine cassure, le médecin complètera la correction avec une injection d’un acide hyaluronique très fluide, à la surface de la ride.

Et après ?

 Des ecchymoses sont possibles.

Quels sont les risques ?

 Une nécrose cutanée, si on vient léser l’artère faciale qui irrigue la partie inférieure de la face, et qui est très superficielle au niveau du sillon naso-génien. D’où l’importance de bien connaître l’anatomie vasculaire ! Mais rassurez-vous, cette complication, bien que décrite dans la littérature, est quand même très rare. D’autant qu’aujourd’hui, de nombreux médecins injectent à la canule, dont le bout arrondi respecte les vaisseaux.

Qui consulter ?

Un médecin esthétique, un dermatologue, un chirurgien plasticien.

C’est cher ?

400 € à 500 €.

 

Le sillon est très accentué, épais, alourdi : des fils tenseurs

 Y a t-il des contre-indications ?

  • Une allergie connue à l’un des constituants.
  • Des produits de comblement permanents implantés antérieurement sur le même site.
  • Les maladies auto-imumunes.
  • Les maladies de peau chroniques et aigües.
  • La grossesse et l’allaitement
  • Des soins dentaires en cours.

 Avant l’intervention

  • Le médecin peut prescrire de l’arnica 9 CH, en prévention des bleus. La posologie est de 5 granules tous les quarts d’heure 1 heure avant l’intervention.
  • Vous devez faire un shampooing.

Comment ça se passe ?

Le médecin vous enfile une charlotte sur la tête et désinfecte l’ensemble de votre visage à la Bétadine (jusqu’aux trous de nez !!!). Il est important que l’intervention soit réalisée dans des conditions stériles, comme au bloc opératoire. Ensuite, il pratique une anesthésie locale le long du trajet du fil ou aux points d’entrée et de sortie du fil, c’est selon. Puis les fils sont insérés à travers la peau, dans le tissu sous-cutané (à environ 5 mm de profondeur), grâce à une aiguille qui sert de guide. Aucune incision n’est pratiquée. Ces derniers tiennent ensuite en place grâce à leurs crans (Happy Lift de Croma, Excellence d’Aptos) ou leurs cônes (Silhouette Soft de Sinclair Pharma). Une fois posés, le médecin effectue une légère compression des tissus avec la main de façon de façon à les remodeler et obtenir l’effet de tension désiré. Puis, il redresse le dossier de votre fauteuil pour vous mettre en position assise, et ajuste les fils, pour une parfaite symétrie. L’intervention dure en moyenne 30 minutes.

Et après ?

On ressort du cabinet avec un aspect de visage parfois un peu tracté, des fossettes et des mini-plis devant l’oreille. En fait, s’il y a un excès cutané important, la peau plisse, c’est assez logique. Mais au bout de quelques jours (en général 2 à 7 jours), le fil prend sa place dans les tissus, s’adapte aux mouvements du visage, et les plis disparaissent. Mais sur une peau très distendue de mamie, les plis peuvent être très impressionnants et durer jusqu’à 3 semaines, autant être prévenue ! Le visage est gonflé aussi pendant une petite semaine.  Il est recommandé de dormir sur le dos, la tête légèrement surélevée pour favoriser la résorption de l’œdème, de ne pas se maquiller avant 2 à 3 jours et  d’éviter le sauna et le hammam pour ne pas courir de risque d’infection. Les sports violents sont déconseillés. Des ecchymoses sont possibles mais elles se planquent facilement derrière des cheveux longs (prendre 5 granules d’Arnica 9 CH à chaque repas pendant 2 à 4 jours). Prévoyez une semaine d’arrêt pour faire face aux divers inconvénients. Il est aussi fréquent de ressentir des petites douleurs fugaces pendant 3 à 4 semaines, les fils pouvant titiller certains nerfs. Néanmoins, cela ne gêne pas la vie courante.

Le médecin vous revoit dès le lendemain de l’intervention, pour réajuster les fils si besoin (en détendre un si l’un des côtés apparaît trop lifté ou en rajouter un – gratuitement – dans le cas contraire). Comptez une petite semaine pour apprécier le résultat, le temps que le visage dégonfle. Puis nouvelle visite à 15 jours, et une fois tous les 2 mois environ. L’effet liftant persiste en moyenne entre 12 et 18 mois.

Quels sont les risques ?

  • Une infection. C’est la raison pour laquelle les fils doivent être posés dans des conditions strictes d’asepsie.
  • Des fils visibles car posés trop superficiellement.
  • Une asymétrie du résultat (d’où l’importance de la visite post-opératoire le lendemain pour corriger le tir).
  • Une réaction inflammatoire après la pose du fil est toujours possible comme avec tout matériau implantable, bien qu’aucun cas n’ait été publié jusqu’ici.
  • La pointe du fil peut venir buter sur la peau (signe que le médecin n’a pas coupé le fil assez court en fin d’intervention) et causer un petit bouton rouge. Le médecin reprendra cela facilement.
  • Un des fils peut casser (essentiellement à la pose). Dans ce cas, il suffit au praticien d’en insérer un nouveau.

 Qui consulter ?

Un médecin esthétique, un dermatologue, un chirurgien plasticien (de plus en plus s’y mettent). Mais ne vous adressez qu’à des des praticiens rôdés à l’exercice. La pose de ces fils est délicate et doit se faire dans des conditions stériles, proches du bloc opératoire, on le répètera jamais assez !

 C’est cher ?

250 à 300 € le fil. Comptez un minimum de 2 à 3 fils par côté.