Injections d’acide hyaluronique du nez : focus sur les 4 ratés les plus fréquents

Injections d'acide hyaluronique du nez : les 4 ratés les plus fréquents

Vous êtes nombreux à vouloir vous faire rectifier le nez avec une injection. Mais attention, le geste est loin d’être aussi anodin qu’il en a l’air. On voit pas mal de catastrophes. Souvent les mêmes. La main qui vous pique doit donc être 5 *****. 

Le Dr Alexander Rivkin est l’un des grands spécialistes de la rhinoplastie médicale. Il officie à Los Angeles, l’un des hauts lieux de l’esthétique mondiale où il injecte facilement six nez par jour, depuis dix-huit ans. On va donc dire qu’il a une petite habitude de l’aiguille … Et comme il est en prime éminemment sympathique (et un entertainer hors pair sur les réseaux !), j’ai eu envie de l’interroger sur les erreurs qui étaient les plus fréquemment rencontrées, selon lui, suite à une injection du nez (pour évidemment ne pas les reproduire). Même si ce n’est pas vous qui maniez l’aiguille, comme je le dis toujours, une injectée prévenue en vaut deux. Connaître les risques, c’est déjà un bon point de départ pour les éviter, en en choisissant notamment le bon médecin. C’est vraiment super important pour le nez.

Ces corrections ont beau être ordinaires aujourd’hui, elles n’en sont pas moins délicates. « Le nez est une zone qui ne pardonne vraiment pas. Si on injecte une demi millimètre de trop à gauche ou un demi millimètre de trop à droite, cela peut suffire à tout faire capoter» indique le Dr Rivkin. Plus que pour toute autre, il faut donc solliciter un praticien à la main experte et doué d’un grand sens esthétique, ce qui n’est hélas pas l’apanage de tous les médecins. Et on ne parle pas des fake injectors qui pullulent sur les réseaux. En les sollicitant, vous vous exposez à des risques très sérieux. Par pitié, oubliez.

Deuxième point important : privilégiez toujours l’acide hyaluronique comme produit de comblement. Le produit se dégrade entièrement entre un et deux ans et se dissout aisément en cas de problème. C’est donc le seul réellement sécurisant à mon sens.

Les produits permanents, à base de polyméthacrylate notamment, sont interdits en France, mais le restent dans certains pays (style, les Etats-Unis), attention. Il existe aussi chez nous des « entre deux », comme l’hydroxypathite de calcium, mais bon, dans cette indication, on n’est clairement pas fan.

Ainsi, parmi les erreurs les plus fréquemment commises sur les injections d’acide hyaluronique dans le nez, citons :

• Le projet du nez grec qui se transforme en nez d’Avatar

Beaucoup de gens rêvent d’un nez droit, censé correspondre à l’idéal de beauté absolu. Le nez de l’Olympe …  Sauf qu’entre des mains moyennement expérimentées, l’expérience peut vite virer à la catastrophe et le blaze se transformer en groin. « Le cas le plus fréquent est celui du patient qui a une petite bosse et demande à la camoufler. Pour réaliser un nez harmonieux, il convient non seulement d’injecter la partie haute du nez mais également sa pointe. Toutefois, beaucoup de praticiens pensent de façon erronée que l’injection de la pointe est dangereuse. En réalité, elle ne l’est pas plus qu’une autre partie du nez. Du coup, ils se concentrent sur la partie haute de l’appendice et déséquilibrent complètement son esthétique. Par ailleurs, certains injectent l’acide hyaluronique à la canule et non à l’aiguille, ce qui manque terriblement de précision, je déconseille. La partie haute du nez – se retrouve alors trop élevée et trop épaisse et donne un nez d’Avatar » décrypte le spécialiste. Les créatures de James Cameron ont beau être à la mode, a t-on réellement envie d’y ressembler ? Néanmoins, si cela devait vous arriver, no stress. La bévue se rattrape facilement avec une injection de hyaluronidase, l’enzyme qui dissout l’acide hyaluronique. Doux Jésus, merci.

 • La rectification du nez de traviole qui se transforme en nez papate

La rhinoplastie médicale permet de rectifier les appendices légèrement de travers (on n’est pas toujours obligé de passer au bloc), mais là encore, le geste doit être subtil. Beaucoup de médecins, en tentant de réaligner le nez, injectent trop de produit, à gauche et trop à droite de l’arête nasale, ce qui finit par l’élargir énormément. « Une fois de plus, c’est le travail à l’aiguille qui permet de corriger finement les défauts » rappelle le Dr Rivkin.

• La correction d’une pointe de nez tombante qui finit en « nez-champignon »

« Certains praticiens injectent trop de produit en un seul et même point alors qu’il convient de le répartir finement partout sur la pointe. Souvent, c’est parce qu’ils se concentrent trop sur le résultat de profil et négligent le résultat de face. Sur les congrès médicaux, on entend souvent aussi que pour redresser une pointe de nez tombante, il convient d’injecter la columelle – le dessous du nez -. Seulement, attention, sur certains patients, ladite columelle est très basse. L’injection peut alors beaucoup l’alourdir et donner un résultat peu naturel » explique le Dr Rivkin. Bref, vous comprenez bien ici à quel point, une injection du nez, c’est technique ! Donc si déjà un médecin peut se planter, imaginez quelqu’un qui ne connaît pas l’anatomie !

• Des retouches à la suite à une rhinoplastie chirurgicale qui virent à un nez « rien-du-tout »

Une injection d’acide hyaluronique après une rhinoplastie chirurgicale peut permettre de rattraper de légers défauts, comme une petite bosse due un cal ou une dépression au niveau de l’arête nasale. Mais attention, c’est un geste éminemment touchy qui demande encore plus d’entraînement que l’injection sur un nez naturel. Entre des mains peu entraînées à la rhinoplastie médicale, vous pouvez vite vous retrouver avec un pif qui ne ressemble à plus rien du tout, particulièrement de profil. Donc, gaffe de chez gaffe !

 

L’expert

Dr Alexander Z. Rivkin

TOUTE REPRODUCTION DE CETTE PAGE INTERDITE

Cet article vous a été utile ?





Soyez le premier a commenter on "Injections d’acide hyaluronique du nez : focus sur les 4 ratés les plus fréquents"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.