L’alcool aggrave les problèmes de peau, vous le savez ?

L'alcool aggrave les problèmes de peau, vous le savez ?

En France, les occasions de trinquer ne manquent jamais ! Et la peau dans tout ça ? 

L’apéro en sortant du boulot, le petit verre de rouge à table, le Champagne pour fêter tout (et surtout n’importe quoi). Et depuis la Covid, elles se sont même carrément multipliées : « Allez, ce soir, je me fête moi-même ! », Et hop, un petit verre devant sa série fétiche …. Loin de moi, l’idée de condamner qui que ce soit. On est tous pareil dans ce pays. Cependant, comme je vois pas mal de femmes, dans mon entourage qui déploient une énergie de dingue pour conserver une peau toujours nickel (culture selfie, oblige), je me dis que c’est un peu bête de faire tout ça et de se la ruiner par ailleurs avec des trucs pas vraiment bon pour elle. Donc, juste deux ou trois trucs à rappeler concernant la bouteille …

L’alcool majore l’inflammation, donc les problèmes de peau !

Au-delà de 8 verres par semaine (soit un peu plus d’un petit apéro tous les soirs), l’alcool devient super inflammatoire. Autrement dit, il majore des problèmes de peau comme l’érythrose (rougeurs), la couperose et la rosacée (en raison de son effet vasodilatateur), mais aussi, l’acné, la dermite séborrhéïque (= les pellicules grasses), l’eczéma et le psoriasis (dont il favorise les poussées).

L’ingestion même d’une petite quantité suffit parfois à déclencher un flush (rougeur instantanée) chez des personnes génétiquement déficientes en aldéhyde déshydrogénase, une enzyme du foie qui décompose l’alcool. C’est fréquent chez les Asiatiques, qui peuvent ressentir par ailleurs tout un tas de symptômes désagréables (tachychardie, nausées, faiblesse, et j’en passe).

Par ailleurs, l’alcool diminue l’immunité donc rend la peau plus fragile et sensible. Les rougeurs sont plus fréquentes, la tendance à faire des infections et à développer des cancers cutanés augmente.

Il accentue aussi les carences en vitamines (comme la B, qui protège du risque de  taches brunes) et la C (on se met alors à faire plus facilement des bleus) et il diminue l’efficacité des traitements esthétiques contre les taches vasculaires et pigmentaires, qui reviennent plus rapidement en raison de inflammation sous-jacente.

L’alcool modifie aussi les volumes du visage !

Il diminue la capacité des fibroblastes à produire du collagène, ça on s’en doute un peu. Mais, le plus surprenant, c’est une étude américaine qui l’a révélé : une consommation modérée peut affecter les volumes du visage à terme, chez la femme. Outre aggraver les poches sous les yeux, il creuse les joues car la graisse est impactée aussi. Etonnant, non ?

Et pour clôturer le tout, l’alcool accentue l’anxiété, les petits coups de blues et les douleurs articulaires. Après un week-end bien arrosé, il ne faut donc pas vous étonner si, dans les jours qui suivent, vous êtes complètement down. L’explication se trouve au fond du verre. « L’alcool, tout comme le sucre d’ailleurs, est dévastateur pour l’organisme et plus il est purifié et pire c’est !»  indique le Dr François Michel, dermatologue. Pour continuer à boire sans se faire trop de mal donc, le spécialiste recommande donc, de préférence le vin rouge, riche en resvératrol (plutôt que du blanc, du Champagne ou des alcools forts qui sont plus toxiques) et toujours pendant les repas (plutôt qu’à jeûn). Voilà. Maintenant, ya plus qu’à !

Et la pilule « magique » Myrkl, on y croit ?

Vous avez sans doute entendu parler de ce complément alimentaire, qui prétend diminuer les effets de l’alcool ? Composé de probiotiques , de L-Cystéine (un acide aminé) et de vitamine B12, le produit décomposerait 70 % de l’alcool consommé 60 mn (et 50 % après 30 mn) suivant la consommation.  Les calories avalées seraient également brûlées à la même vitesse.

Comment ça marche ? Les bactéries et les autres composés s’activent dans l’intestin avant que l’alcool n’atteigne le foie, le décomposant en eau et dioxyde de carbone (ça, c’est plausible). Pour être efficaces, le laboratoire suédois qui la commercialise recommande de prendre 2 pilules 2 heures avant de boire. Sauf que de l’avis des spécialistes, l’étude sur laquelle sont basées ses assertions n’apporte aucunement les preuves de son efficacité. Point de miracle donc à l’horizon. « D’abord, elle est sponsorisée par la société même qui commercialise le produit. Ensuite, elle a été réalisée sur un échantillon peu représentatif, seulement 14 personnes! En prime, les quantités d’alcool administrées étaient trop faibles pour qu’on puisse les mesurer dans le sang  » résume Patrick Dallemagne, professeur de chimie médicinale à l’université de Caen-Normandie. Bref… Cette nouvelle « pilule du bonheur » qui circule dans les soirées n’est qu’une incitation à boire encore plus. C’est tout. Donc, exit.

 

L’expert

L'alcool aggrave les problèmes de peau, vous le savez ?

Dr François Michel

 

TOUTE REPRODUCTION DE CETTE PAGE INTERDITE

Cet article vous a été utile ?





2 Commentaires on "L’alcool aggrave les problèmes de peau, vous le savez ?"

  1. Bonjour ! Je me doutais des effets désastreux de l’alcool sur la peau et cet article les confirme. L’alcool me bouffit le visage, donc cela fait des années que je ne bois plus qu’occasionnellement. Mais en période de fêtes c’est vrai que c’est compliqué, les cocktails sans alcool devraient être beaucoup plus promus. Vive les mocktails et pourquoi pas des jus spécial belle peau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.