Microbotox ou Mésobotox : le nouveau traitement « belle peau » des médecins esthétiques

Tendance Mésobotox ou Microbotox : le nouveau traitement "belle peau" des dermatos

Un nouveau traitement à base de micro-doses de Botox commence à être utilisé dans les cabinets de médecine esthétique.  A quoi ça sert ? Comment le pratique t-on ? Les réponses d’une spécialiste.

Un nouveau traitement à base de Botox qui ne vise pas les rides mais la qualité de peau

On connaît l’action de la toxine botulique qui agit sur les rides en relaxant les muscles sous-jacents. Dans le Microbotox ou Mésobotox l’idée est toute différente puisqu’il s’agit de traiter la qualité de peau, donc d’injecter des micro-doses de produit très superficiellement, dans la couche supérieure du derme.

A ne pas confondre avec le Baby Botox qui lui, est un Botox classique injecté en intra-musculaire en petite quantité chez le patient jeune, pour prévenir l’apparition des rides. On est sur la même cible que le Mésobotox mais pas sur les mêmes indications !

D’où vient la tendance Microbotox ?

« On s’est aperçu, il y a déjà plusieurs années, que les injections régulières de Botox amélioraient la qualité de la peau des patients. Le grain est plus régulier, les pores sont moins dilatés, la peau est moins grasse, la transpiration moins importante aussi. D’où l’idée de proposer un traitement avec des doses de toxine botulique plus adaptées à cette nouvelle indication », rapporte le Dr Véronique Gassia. Et alors, ça marche ??? « Oui, j’observe notamment une bonne amélioration des pores dilatés que l’on ne sait jamais trop comment traiter. Personnellement, je trouve qu’il n’y a beaucoup de choses qui marchent dessus, donc c’est intéressant », poursuit notre spécialiste. Mais on parle ici des pores dilatés par un excès de sébum chez les peaux jeunes. Pas des pores relâchés sur d’anciennes peaux grasses, passé un certain âge.

Comment ça marche le Microbotox ?

Le Microbotox agirait sur le muscle arrecteur (ou redresseur) du follicule pilo-sébacé et des récepteurs spécifiques (appelés « récepteurs muscariniques ») des glandes sébacées et sudoripares qui sont régies par le système nerveux autonome. Il stimulerait aussi la synthèse de collagène, améliorant la tonicité cutanée.

Comment se déroule une séance de Microbotox ?

Le Botox se présente traditionnellement sous la forme d’une poudre que le médecin dilue dans une solution saline. Dans le Mésobotox, le produit est hyper-dilué, trois fois plus que dans une injection classique et introduit sous la peau façon « mésothérapie », à l’aide d’une très fine aiguille, en suivant un quadrillage. Tous les centimètres et demi environ, le médecin pique dans les zones du visage que le patient souhaite améliorer : en l’occurrence, la zone T (front, nez, menton), la plus sujette à l’hyperséborrhée. Toutefois, le décolleté peut aussi bénéficier du traitement. « Dans les zones où le tissu graisseux est mince, il existe des microfibrilles qui relient le muscle à la peau. En vieillissant, ces dernières peuvent se relâcher mais aussi se contracter, entraînant la formation de petites rides de surface. En les relaxant, le Microbotox permet de lisser la peau » explique Véronique Gassia. A noter : au niveau de la patte d’oie et du front, le tissu graisseux aussi est très mince. On peut donc injecter le Botox en intra-dermique, ça marche aussi ! En renvanche, les rides du lion (les rides verticales entre les sourcils) qui sont causées par des muscles profonds demandent une injection intramusculaire.

Une crème anesthésiante peut être proposée aux douillettes.

La séance est très rapide, à peine 20 mn. En sortant, la peau peut présenter quelques rougeurs mais qui s’estompent rapidement.

Une séance est préconisée tous les deux à trois mois, mais les médecins manquent encore de recul. Le protocole demande à être précisé. En tous les cas, rien n’empêche d’associer le vrai Botox et le Microbotox au cours d’une même séance puisqu’ils n’agissent pas aux mêmes niveaux de la peau.

C’est pour qui le Microbotox ?

 A priori, plutôt des patients jeunes, entre 25 et 40 ans.

Combien ça coûte le Mésobotox ?

Le même prix qu’une séance de mésothérapie, autour de 150 €.

Le Microbotox, efficace aussi sur la rosacée

Un même quadrillage peut être réalisé sur les zones du visage ou du décolleté présentant une érythrose (rougeurs diffuses). De fait, la toxine botulique possède aussi une action sur les vaisseaux sanguins, donc elle améliore la rosacée ! En fait, on découvre sans cesse au médicament de nouvelles qualités. De là à ce ce qu’on nous dise un jour qu’il rend plus intelligent, il n’y a qu’un pas ! 😉 Mais comme cette histoire est toute nouvelle également, le protocole n’est pas très bien défini non plus. Les précurseurs parlent d’une séance tous les deux mois. Donc, ma conclusion tient en deux mots : à suivre …

 

Notre expert :

Dr Véronique Gassia

 

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





6 Commentaires on "Microbotox ou Mésobotox : le nouveau traitement « belle peau » des médecins esthétiques"

  1. Bravo une fois de plus pour ce papier circonstancié et agréable à lire.

  2. BONSOIR
    Je pensais que le mesobotox etait aussi bien reserve aux jeunes adolescents qu aux adultes ……je suis decue de constater dans le commentaire que ca ne concerne que les jeunes car apparemment les anciens acneiques ne peuvent en pas en profiter car cela ne fonctionne.pas..Malheureusement c est mon cas ancienne acneique cicatrices pores hyper dilates j esperais utilisee ces injections pour ameliorer la texture et le grain de ma peau et resseres bien sur mes pores que je supporte PLUS ????En bretagne je n ai en pas PU trouveR un professionnel qui utilise cette methode dans ce cas la…Je suis demoralisee je ne sais plus a qui m adresser cordialement

  3. Bonjour je suis intéressé pour traiter les rougeurs avec le méso Botox mais je ne trouve personne faisant cette prestation en France avez-vous des coordonnées merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.