Hallux valgus : l’opération qui autorise la marche dès le lendemain

comment traiter l'hallux valgus

C’est fou ce que cet oignon qui pousse sur le bord interne du pied peut gâcher la vie ! Mais pourquoi repousser l’intervention si vous souffrez ? Il existe aujourd’hui une technique chirurgicale aux suites très adoucies, qui autorise la marche dès le lendemain ! 

Cette déformation du gros orteil n’est pas seulement vilaine, elle contrarie gravement le chaussage et la marche. 10 % de la population en est atteinte, ce n’est pas rien ! Des femmes surtout, mais quelques hommes aussi.

Le premier réflexe souvent, c’est de consulter son podologue. Mais dans les formes très avancées, il ne peut pas faire grand chose. Il faut alors s’adresser à un chirurgien orthopédiste qui peut alors préconiser une intervention. Et c’est là, qu’en général, l’entourage s’insurge : « Quoi, tu te lances dans cette opération hyper-traumatisante ?! Mais t’es tombée sur la tête ou quoi ? Tout le monde dit que c’est pire après qu’avant ! ». Glups.

Si le propos est excessif, il n’en n’est pas moins vrai que la chirurgie conventionnelle de l’hallux valgus, avec une ouverture de 5 cm le long du bord interne du pied, demeure une chirurgie lourde, aux suites compliquées : anesthésie générale, pose de fixations métalliques, cannes béquilles et chaussures avec appui talonnier pendant 45 jours, piqûres d’anticoagulants pour éviter la phlébite, douleurs gratinées nécessitant la prise de morphine, arrêt maladie de 2 mois minimum, etc. Stoop, n’en jetez plus ! Pourtant, c’est toujours celle qui est pratiquée par 90 % de la profession.

Nouvelle en France : la chirurgie percutanée de l’hallux valgus

Heureusement, les techniques évoluent. Depuis une petite quinzaine d’années, il existe la chirurgie percutanée du pied qui consiste à travailler à travers de minuscules incisions, sous contrôle radiologique. Un geste beaucoup moins invasif, donc moins douloureux, qui ne laisse aucune cicatrice visible et garantit le minimum de suites !

Malgré cela, la poignée de chirurgiens qui la pratiquent en France (quelques dizaines) a encore bien du mal à l’imposer. L’orthopédie étant une spécialité très conservatrice, ces praticiens passent pour de véritables farfelus auprès de leurs pairs !

Nous, on a été séduit pas le principe, Et surtout par le retour des patientes, très enthousiaste. Mais méfiez-vous des imitations. Beaucoup de chirurgiens disent pratiquer la percutanée parce qu’ils opèrent à travers des ouvertures de plus en plus réduites. Mais la technique ne limite pas à cela. Elle n’utilise pas de fixations métalliques pour redresser l’orteil et autorise la marche, avec un appui complet du pied, dès le lendemain de l’intervention. Il en va tout autrement dans les techniques « mini-invasives », à mi-chemin entre la chirurgie conventionnelle et le percutané.

Cliquez ici pour avoir tous les détails de la chirurgie percutanée de l’hallux valgus.

2 Commentaires on "Hallux valgus : l’opération qui autorise la marche dès le lendemain"

  1. Bonjour,

    Je suis heureuse d’apprendre qu’il existe une technique moins invasive. Car j’en souffre depuis très longtemps. Mon hallux valgus est arrivé à l’âge de 11 ans… Quelle plaie ! Avant j’étais gênée mais pas autant que depuis 2/3 ans. De surcroit j’ai les pieds sensibles 🙁 J’ai de plus en plus de difficultés à trouver des chaussures dans lesquelles je puisse rentrer et qui soient confortables. Trop souvent elles sont trop serrées sur l’avant du pied. D’ailleurs je n’arrive pas à trouver des sandales pour l’été. De plus, les frottements et la pression de la chaussures provoquent des douleurs au niveau de mon hallux valgus et du coup je n’arrive plus à marcher normalement, et dès que je commence à souffrir cela me gâche ma journée et je n’ai qu’une envie rentrer et me déchausser.. Cela fait plusieurs années que je me dis que je devrais me faire opérer mais l’opération me fait peur et surtout les suites, on doit rester 1 mois la jambe surélevée et 2 mois avec des chaussures spéciales. Une partie de mon entourage me dit d’attendre encore, de mettre des pansement conçus pour les oignons, les protections Epitact (pas toujours facile à mettre avec certains types de chaussures). Mais mon copain voudrait que je me fasse opérer, d’autant qu’il est tout de même imposant, c’est laid et j’en souffre. J’en ai envie mais j’ai peur. Mais j’ai aussi peur que mon pied se déforme comme j’ai pu le voir sur d’autres femmes que j’ai croisé dans la rue ou les transports… Connaissez-vous des marques qui fassent des chaussures confortables et jolies car souvent elles font mémère :/

    • Bonjour, merci pour votre message. Avec la technique percutanée, vous pouvez reposer le pied parterre dès le lendemain de l’intervention. C’est beaucoup plus confortable. Donc, n’hésitez pas à franchir le pas. Vous avez tout à y gagner.
      Pour les chaussures, j’ai pris les conseils de ma consoeur et amie Isabelle Thomas, du blog Mode Personnel(le).https://blogs.lexpress.fr/styles/mode-personnel Voici sa réponse :

      « Ça dépend de l’état de déformation du pied..et c’est variable d’une personne à l’autre. Certaines clientes oignonnées adorent Annabel Windship, d’autres ne supportent pas et préfèrent Karine Arabian.. Et puis ça change d’un modèle à l’autre dans une même marque. Je sais que Clergerie a souvent un bon chaussant, JB Martin aussi… ».

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.