Le Journal De Mon Corps, le premier magazine digital indépendant sur la médecine et la chirurgie esthétique créé par une journaliste

MÉDECINE, CHIRURGIE ESTHÉTIQUES & MORE ABOUT BEAUTY AND HEALTH – MÉDECINE, CHIRURGIE ESTHÉTIQUES & MORE ABOUT BEAUTY AND HEALTH – MÉDECINE, CHIRURGIE ESTHÉTIQUES & MORE ABOUT BEAUTY AND HEALTH – MÉDECINE, CHIRURGIE ESTHÉTIQUES & MORE ABOUT BEAUTY AND HEALTH –

Mesdames, un peu de testo pour sauver votre libido en chute libre ? 

Mesdames, un peu de testo pour sauver votre libido en chute libre ?

Partager


11 mai 2024


Vous subissez une énorme baisse de la libido ? Pas de panique. Il y a des solutions pour retrouver l’envie d’avoir envie et sortir de l’immense déprime qui vous envahit.

On a déjà toutes éprouvé des baisses de libido et il n’y a rien d’anormal là-dedans. Pour avoir envie de sexe, encore faut-il que les conditions soient réunies pour, n’est-ce pas ? Une vie abrutissante au quotidien peut vite nous en écarter. Néanmoins, il y a des périodes de bouleversement hormonal, comme la ménopause (naturelle ou chimiquement induite), au cours de laquelle la perte d’intérêt peut-être particulièrement marquée, au point de provoquer une véritable souffrance. On parle alors de trouble du désir sexuel hypoactif (HSDD). Mais la bonne nouvelle, c’est que cela se soigne !

Le désir sexuel, comment ça marche ?

Eh bien, il est modulé, au niveau du système limbique (cerveau émotionnel) et du cortex cérébral (principal centre de contrôle et unité de traitement des informations), par des neurotransmetteurs (messagers chimiques qui participent à la communication entre le cerveau et l’organisme) et des hormones sexuelles. La théorie du Dual Control Model considère que le désir résulte d’une balance entre des mécanismes excitateurs (dopamine, testostérone, œstrogènes, etc.) et inhibiteurs (sérotonine, prolactine, opioïdes, etc.) au niveau central.

On ne peut cependant le réduire à une « simple » activité neuro-hormonale. D’autres éléments comme certaines conditions de santé, des médicaments, des facteurs psychosociaux (facteurs et enjeux qui impactent la santé émotionnelle au travail) ou psychologiques, l’influencent aussi.

Les hormones sexuelles ne font pas le désir mais celui-ci est clairement sujet à une influence hormonale. Maintenant, savoir s’il est davantage influencé par les féminines ou les masculines, alors là, c’est encore le big mystère.

Des petites doses de testo pour faire décoller la libido

Oui, vous avez bien lu. C’est de la testo qu’il est question de vous prescrire, comme chez les mecs. Nos ovaires et nos glandes surrénales en produisent chaque entre 0, 2 et 0, 25 ml, soit dix fois moins que chez nos congénères du sexe masculin. Toutefois, même à ces toutes petites doses, on sait que l’hormone a une action a une action au niveau central sur le désir sexuel.

Pour bénéficier du traitement, il faut déjà bien-sûr écarter toute contre-indication (risques thromboemboliques, cancer du sein, augmentation de l’hémoglobine) et s’assurer que le trouble du désir sexuel hypoactif est bien avéré, autrement dit qu’aucun facteur autre qu’hormonal (dépression, relation de couple dégradée, etc.) ne vient brouiller les cartes. Le dosage sanguin de la testostérone doit en prime révéler des valeurs plutôt basses. Toutefois, contrairement à l’homme, l’hormone ne chute jamais drastiquement avec l’âge. Les femmes continuent toujours d’en produire un peu malgré l’arrêt de leurs ovaires.  

Enfin, la testo ne se prescrit jamais seule mais toujours en complément d’un traitement hormonal de la ménopause.  » On met d’abord en place un THM , puis quelques mois après, on étudie la pertinence d’un supplément testostérone  » explique le Dr Charlotte Méthorst, urologue à l’hôpital de Saint-Cloud. Les effets sont perceptibles au bout de quelques semaines.

Sous quelle forme la testostérone pour les femmes se prend t-elle ? 

A vrai dire, il n’existe pas de préparation de testostérone à dose physiologique pour un usage chez la femme, disponible et approuvée. L’unique traitement ayant reçu une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) en Europe, il y a quelques années (patch Intrinsa 300 µg/jour) ne se trouve plus. Par ailleurs, il n’a jamais été approuvé en Suisse ou aux Etats-Unis, où la Food & Drug Administration attendait encore des données sur sa sécurité à long terme.

Toutefois, plusieurs sociétés savantes, comme la Société Internationale pour l’Etude de la Santé Sexuelle des Femmes (ISSWSH), se sont positionnées favorablement quant à la prescription de testostérone, qui améliore non seulement la fonction sexuelle mais aussi le bien-être, l’humeur, la cognition, la santé vasculaire et les troubles musculo-squelettiques.

Le gel utilisé s’applique avec parcimonie, sur les avant-bras, le matin. «On fait un traitement d’épreuve pendant 3 à 6 mois pour voir si les symptômes s’améliorent, puis on réévalue le besoin », indique Charlotte Méthorst.Et, pas de panique, aux doses physiologiques où la testo est prescrite, il n’y a normalement aucun risque de développer un hirsutisme ou une acné. En plus du traitement, il est conseillé d’avoir une alimentation équilibrée et d’éviter les variations importantes de poids. 

A qui s’adresser pour une prescription de testostérone chez Madame ? 

Peu de médecins sont familiers avec ce traitement, malgré les 500.000 femmes qui entrent en ménopause chaque année. Le mieux est de s’orienter vers des spécialistes en médecine sexuelle (urologues, gynécologues, certains sexologues).

LIRE AUSSI :

Ladies, un « O-shit » pour booster votre sex power ?

Retrouver une folle sexualité après 45 ans grâce à la médecine anti-âge

Augmentation du gland et du point G : tout sur les injections du plaisir





L’experte

Dr Charlotte Methorst



TOUTE REPRODUCTION DE CETTE PAGE INTERDITE

Réponses

Soyez le premier à commenter

  1. Avatar de Lauri
    Lauri

    Pourquoi ce traitement est-il réservé uniquement aux femmes ménauposees ?

    1. Avatar de Linh Pham
      Linh Pham

      Bonjour, merci pour cette question. Le traitement n’est pas recommandé aux femmes non ménopausées en raison d’un possible impact sur la fertilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La parole vous est donnée. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis, mais svp, faites-le toujours de manière courtoise, sans attaques personnelles.
Vous ne pouvez pas écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. La promotion d’appareils ou méthodes qui n’ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs n’est pas autorisée non plus. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
Je précise aussi que n’étant pas médecin mais journaliste, je ne peut délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

Linh Pham, journal et medi-aesthetics influencer, créateur du premier magazine digital indépendant sur la médecine et la chirurgie esthétique

Journaliste spécialisée en médecine et chirurgie esthétiques, j’ai créé Le Journal De Mon Corps pour vous donner la meilleure info qui soit sur le sujet. Ma différence : des enquêtes fouillées, rédigées de façon libre, indépendante et sur un ton impertinent qui, je l’espère, vous fera passer un bon moment.