L’épilation du « SIF » au laser, on en parle ?

épilation laser sillon inter-fessier

Les zones les plus cachées s’épilent aussi en 2018, avec les appareils les plus high-tech. 

Ce n’est un secret pour personne, aujourd’hui, tout le monde s’épile le maillot largement. Comprenez, intégralement. C’est à dire plus un poil sur le kiki, y compris au niveau du SIF (sillon-interfessier), nous indique une responsable chez Body Minute, une chaîne d’instituts. Sachant que la zone peut être très fournie chez certain(e)s, avec cette question charmante : « on fait les fesses aussi, madame ? ». « Mais oui, faites-moi tout, les lèvres aussi !». Nos aïeux se retourneraient dans leurs tombes s’ils nous entendaient. « Ma petite-petite fillotte devenue fille de mauvaise vie ! ». « Mais non grand-grand Mamie, c’est juste qu’on aime être nickel chrome aujourd’hui, même dans les zones qui ne se voient pas ». Enfin, plus exactement, que tout le monde ne voit pas (mais on ne va pas briefer l’ancêtre sur les pratiques sexuelles en vogue, non plus). Dans quelle position avantageuse pratique t-on cela ? Trois possibilités : sur le côté, en chien de fusil. On lève une patte et le médecin (ou plus souvent, son assistante, quelle dévotion …), ouvre la fesse et tire la peau vers elle (un selfie, madame ?). Ou sur le dos, les jambes ramenées sur le ventre. Ou encore à plat ventre et vous écartez les fesses avec vos mains. Ne soyez pas gêné(e), les médecins et leur staff voient défiler des SIF toute la journée (surtout en période estivale). Un de plus, un de moins …

Mais le recours au laser (Alexandrite ou Nd Yag 1064 nm, les appareils les plus utilisés par les médecins) nécessite de prendre quelques précautions. « Cette zone étant naturellement plus pigmentée qu’ailleurs, il faut adapter les paramètres du traitement en conséquence » indique le Dr Dominique Boineau, dermatologue. En gros, on les règle comme si vous aviez la peau foncée. Et on prend les mêmes précautions pour le pli de la cuisse qui peut être très pigmenté aussi, comme souvent sur les zones de frottement. Sinon quoi ? « On risque la brûlure ! » précise notre spécialiste. Et dans ce coin-là, comment dire … C’est pour cela qu’il est peu recommandé d’épiler le SIF avec une lampe flash chez soi ! Curieusement, la zone n’est pas très sensible. Moins que celle du pubis. La séance se termine avec l’application d’une crème cicatrisante, voire d’un corticoïde. Car comme le dit cette belle expression populaire : on a le feu au cul pendant une bonne heure !  Comptez 5 à 7 séances espacées de 6 semaines pour le maillot intégral et autour de 110/150 €  la séance. Mais au bout de la troisième déjà, le poil se transforme en un joli duvet tout fin, tout doux. Et qui c’est qui va être content ??

6 Commentaires on "L’épilation du « SIF » au laser, on en parle ?"

  1. Linh,

    Si on le fait chez soi, comme vous le préconisez, qu’est-ce qui donne l’assurance d’un travail parfaitement bien réalisé ?
    Ne faut-il pas 2 personnes pour le faire ?

  2. C’est écrit de façon très drôle,bravo!
    Mais enfin où vas tu chercher des sujets aussi « pointus »!!!
    Néanmoins un grand bravo!!!

  3. Ah, Ah, ????

  4. Ah d’accord, j’ai lu trop vite. De toutes façons, comme je ne prévois pas ce genre d’intervention. Mille mercis pour l’éclairage

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.