C’est nouveau : le peeling des parties intimes !

peeling parties intimes

Avec le temps, la peau du pubis perd son aspect lisse, doux et tonique, exactement comme sur le visage ! Et sous l’effet des hormones, elle peut se colorer aussi. Heureusement, il y a des traitements pour la rénover entièrement. 

On vous avait déjà parlé des techniques d’embellissement de l’entre-cuisses (injections pour repulper les grandes lèvres, radiofréquence pour lifter la zone…). Eh bien, maintenant, il existe aussi les peelings du bas (vous savez, ces traitements à base d’acides qui régénèrent la peau en la faisant peler) ! Le but ? Rendre à la peau des grandes lèvres sa texture, son aspect lisse, doux et tonique, qu’elle a pu perdre en vieillissant. Les produits qu’on utilise pour ce faire sont peu ou prou les mêmes que ceux pour le visage. La zone n’est pas aussi fragile qu’on le croit, elle supporte même un peeling moyen. « J’utilise un acide trichloracétique dosé à 20 % que j’applique au pinceau sur toute la surface des grandes lèvres, par-dessus les poils. Puis je réalise plusieurs passages jusqu’à l’obtention d’un blanchiment, qui signe l’action du produit sur les protéines du derme », explique le Dr Sylvie Lederlé, dermatologue. C’est chaud, très chaud même. Comme sur le visage, on doit disposer un ventilateur à proximité de la zone traitée pour apaiser la douleur, mais heureusement, ça ne dure que quelques minutes. Ensuite, le médecin applique une crème cicatrisante et on rentre chez soi comme si de rien n’était. Deux à trois jours plus tard, la peau se met à peler. Mais impossible pour l’entourage de repérer ce qui se trame ici-bas ! C’est tout l’avantage du peeling génital. On n’est pas obligé de se cacher le temps que la peau régénère. Les peaux mortes atterrissent dans le slip et ni vu ni connu ! Zéro gêne, zéro douleur. Il faut juste appliquer une crème cicatrisante matin et soir pendant une semaine. Comptez autour de 100 € le peeling. A noter que ce traitement se pratique aussi en intra-vaginal pour traiter le syndrome post-ménopausique (sécheresse vaginale, douleurs pendant les rapports, etc), ce qui est encore plus surprenant.

Des peelings superficiels éclaircissants sur le pubis aussi … 

Des formules à base d’actifs éclaircissants (acides phytique, kojique, arbutine, résorcinol, etc) sont également proposés pour les peaux mates et foncées qui peuvent être très pigmentées dans la zone génitale, même carrément noires ! « Certaines femmes sont très gênées. Elles trouvent que cette coloration brune autour des grandes lèvres fait sale, d’autant qu’elle s’étend parfois sur le haut des cuisses », rapporte le Dr Sylvie Lederlé. La zone anale aussi, peut être touchée (on vous avait déjà parlé de ce problème dans un précédent sujet). Mais bon, là, c’est quand même moins gênant. Pour ces problèmes délicats, le laboratoire Spega Medical vient de lancer un produit spécifique, le peeling superficiel Me Line Intimate. D’autres, comme le laboratoire Mesoestetic propose le même peeling éclaircissant que sur le visage (Mesopeel Melanostop). « Les hyperpigmentations, quelles que soient leurs localisations, sont toujours difficiles à traiter », rappelle cependant le Dr Bernard Peyronnet, un dermatologue spécialiste des peelings. « Le problème ne se règle jamais avec une seule technique mais plusieurs. Si l’on est trop agressif, on risque le rebond pigmentaire. Les mélanocytes sont stimulés et peuvent entraîner une coloration brune de la peau qu’il est ensuite difficile d’éliminer. Et si l’on est trop superficiel, les résultats sont décevants ».

Le Docteur Sylvie Lederlé, elle, préfère utiliser un laser pigmentaire, réglé sur des paramètres de traitement très soft. « Plus spécifique que le peeling, il cible uniquement les mélanocytes, les cellules responsables de la coloration brune et rien d’autre. C’est un peu plus sécurisant à mon sens. Cependant, quel que soit le traitement adopté, il faut toujours garder à l’esprit que les résultats ne seront jamais définitifs car une peau qui a tendance à pigmenter, repigmentera encore et toujours. C’est dans sa nature ! Ces colorations de la zone génitale sont aussi difficiles à traiter que les cernes pigmentés sous les yeux !».

Selon les laboratoires, ces peelings éclaircissants peuvent être également proposés aux femmes qui ont développé une coloration brune dans les zones intimes pendant la grossesse ou avec une pilule contraceptive. De fait, les hormones œstrogènes stimulent la pigmentation. « Si c’est avec la pilule que le problème est survenu, il faut avant tout changer de méthode contraceptive, opter pour un stérilet par exemple. Ceci évitera qu’il ne se reproduise », précise le Dr Véronique Isnard, gynécologue. Enfin, il y a aussi toutes les colorations consécutives à l’irritation, au frottement. Elles sont fréquentes dans la région des plis de l’aine, par exemple. Elles aussi partiraient avec les peelings. A voir … La restauration génitale explosant en médecine, elle est devenue un véritable filon pour les laboratoires d’esthétique qui proposent mille et une solutions. Mais rien ne dit que toutes marchent à 100 %. Comme toujours, un petit recul s’impose pour se prononcer réellement sur l’efficacité de ces traitements.

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?

Soyez le premier a commenter on "C’est nouveau : le peeling des parties intimes !"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.