Un nouveau nez en 10 minutes grâce à la rhinoplastie médicale

Un nouveau nez grâce aux injections

Une mini-bosse sur votre nez vous agace depuis des années ? Et si vous la faisiez corriger ? Aujourd’hui, la chirurgie n’est plus la seule solution pour réparer les pifs imparfaits. On injecte aussi maintenant.

La technique de référence pour la correction esthétique du nez reste toujours la rhinoplastie chirurgicale, mais dans 20 à 30 % des cas, les médecins peuvent aujourd’hui proposer une rhinoplastie médicale. Comprenez par là, une injection d’acide hyaluronique ou de toxine botulique, selon les cas. Pratiquée depuis environ 8 ans, la technique connaît un succès grandissant. Et pour cause : en 10 minutes, on sort du cabinet avec un nouveau nez. Et dans la majorité des cas, le visage n’est même pas marqué ! Résultat, un certain nombre de patients qui n’étaient pas prêts pour une correction ose maintenant se lancer.

« Cela fait longtemps que les spécialistes réfléchissent à des techniques alternatives à la chirurgie. On avait déjà essayé à la fin du 19 ème siècle d’injecter dans le nez de la paraffine, puis de la graisse à la fin des années 90, avec la mode de la lipostructure. Mais c’est avec le développement des acides hyaluroniques que la technique s’est finalement installée », rapporte le Dr Fréderic Braccini, chirurgien de la face et du cou et président de la SAMCEP (Société Avancée de Médecine et Chirurgie Esthétique et Plastique). Il est l’un des précurseurs mondiaux de la méthode. « Au début, elle était surtout proposée pour corriger les imperfections après une chirurgie : une petite bosse résiduelle ou des encoches laissées par le bistouri … ». Ce n’est qu’après quelques années de pratique que la technique s’est imposée en première intention dans les traitements esthétiques.

Quelles corrections peut-on apporter avec ?

« On peut rectifier une petite bosse, par exemple, en injectant le produit en amont et en aval de cette dernière pour retrouver une ligne de profil adoucie ou rattraper un nez légèrement de travers. J’utilise, pour ce faire, un acide hyaluronique très dense, type Art Filler Universal de Filorga, que j’injecte à la fois dans la partie osseuse et cartilagineuse du nez. La technique est aussi très utile pour rattraper certaines imperfections de la pointe, comme une asymétrie des cartilages alaires ou une divergence (pointe qui se sépare en deux) ou un manque de projection de la pointe (nez trop court), ou encore une pointe trop pincée, etc. ». Les injections ne sont pas très douloureuses, à l’exception de la pointe qui est un peu plus sensible. Le médecin applique une crème anesthésiante 30 minutes avant l’intervention pour la rendre plus confortable.

Ça a l’air simple comme ça, mais injecter un nez relève d’un travail artistique, qui nécessite une bonne analyse du visage au préalable. En ce moment par exemple, il y a une mode du nez grec. Mais ce nez ne va pas à tout le monde ! Ne confiez donc pas cette intervention au premier médecin venu (mais à un spécialiste rompu à l’exercice). Certains sont équipés de logiciels de morphing qui vous permettront de mieux visualiser le résultat des corrections proposées.

Il peut arriver que le médecin vous propose, en même temps que la correction de votre nez ou lors d’une seconde séance, d’autres retouches. Ce n’est pas qu’il pousse à la consommation. C’est qu’en rectifiant votre appendice, d’autres zones du visage peuvent être aussi impactées. Des pommettes qui ont fondu avec l’âge par exemple, auront tendance à rendre le nez plus présent. Le médecin doit donc non seulement étudier le nez en tant que tel, mais aussi son esthétique au sein du visage ainsi que l’harmonie du profil.
Quelles sont les limites des injections d’acide hyaluronique ? « Les bosses trop volumineuses, les gros nez, les nez trop longs, les nez cicatriciels après une chirurgie ratée, etc. Tout ceux-là relèvent de la rhinoplastie traditionelle » indique le Dr Braccini.

Le Botox aussi s’injecte dans le nez !

Les indications de la toxine botulique (Vistabel, Azzalure, Bocouture, …) sont les rides de Bunny (les rides horizontales qui apparaissent au niveau de racine du nez lorsque le visage est en mouvement). Chez certains individus, les muscles releveurs du nez et de la lèvre se contractent trop fortement, et à la longue ces rides s’installent.
Les injections permettent aussi de traiter les rides latérales du nez, qui sont causées, elles, par un muscle transverse trop puissant.
Elles agissent aussi sur le muscle dépresseur de la pointe du nez qui est parfois très actif chez certaines personnes, et abaisse son extrémité lors de la parole ou du sourire.
Enfin, la toxine botulique permet de bloquer les muscles dilatateurs des ailes du nez. Ce n’est pas très gracieux les narines qui s’élargissent lorsqu’on parle !

Combien coûte toutes ces petites interventions réalisées en cabinet ?
100 € à 300 € l’injection de toxine botulique et entre 100 et 500 € celle d’acide hyaluronique.

 

nez bosse avant apres 1

Correction de la bosse et amélioration de la définition de la pointe

 

nez pointe 2

Correction d’un nez « ensellé » (creux, comme une selle de cheval)

 

nez pointe 1

Correction d’une pointe déviée sur un nez opéré à de multiples reprises

Consultez ici la fiche technique nez bossu 

la fiche technique nez large ou de travers 

la fiche technique pointe du nez

Toute reproduction interdite

2 Commentaires on "Un nouveau nez en 10 minutes grâce à la rhinoplastie médicale"

  1. Bravo Linh , ton site est toujours aussi passionnant . DANY

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.