Une bonne posture, secret d’une silhouette jeune et dynamique  

Cela ne sert à rien de corriger l’esthétique d’un visage, de remodeler des seins ou un ventre si, à la base, on se tient mal ! Une jolie silhouette commence donc par une bonne posture, malheureusement trop souvent négligée.   

Les chirurgiens esthétiques le reconnaissent volontiers. Les résultats d’une chirurgie des seins, du ventre, des fesses ou même d’un lifting, ne sont pas les mêmes en présence d’une hypercyphose (exagération de la courbure dorsale), « le » grand mal du monde moderne (en tous les cas du monde assis devant son clavier). Celui qui fait pointer les épaules en avant et fait le cou rentré. Mais il y en d’autres.

En fait, les problèmes s’installent dès qu’il y a inversion des courbes naturelles, c’est à dire dès que la colonne vertébrale perd sa forme naturelle en « S », de profil : soit une lordose (creux) à l’étage cervical, une cyphose (courbure) au niveau du haut du dos et une seconde lordose dans la région lombaire. « Une poitrine noyée dans une hypercyphose n’est clairement pas mise en valeur. Cela impacte aussi l’esthétique du ventre qui s’avachit.  Imaginons une patiente qui présente ce défaut de posture et qui vient me consulter pour une plastie abdominale. Il très possible après l’intervention, qu’un bourrelet persiste et elle ne sera pas contente … » indique le Dr Richards Abs, chirurgien plasticien.

Heureusement, il y a aussi beaucoup de cas en esthétique, où la patiente adopte une posture viciée précisément pour cacher ses défauts. Elle arrondit le dos pour effacer des seins trop volumineux ou bascule son bassin vers l’avant pour gommer un fessier trop proéminent. Une attitude de protection, en fait. « La magie de l’intervention esthétique, c’est qu’elle libère le corps de ses complexes. Les patientes qui ont retrouvé confiance en elles se redressent naturellement » rapporte le chirurgien.

Les déformations au niveau du squelette ne touchent d’ailleurs pas que le corps, mais aussi le visage. « Les scolioses faciales existent ! Au lieu d’être droite, la ligne qui  passe à l’aplomb du front du nez et de la bouche est en « S » et influe sur la position du maxillaire, de la mandibule et du nez. Sur le plan esthétique, la patiente peut présenter par exemple un sillon nasogénien plus marqué, un sourcil tombant ou des malpositions dentaires. Malheureusement, la solution passe en partie par le chirurgie orthognatique qui corrige les déséquilibres sévères des mâchoires »  explique Richard Abs.

Bref, on l’a compris, il y a un vrai intérêt à soigner sa posture, qui est l’une des clefs d’une silhouette jeune et dynamique, d’une allure altière et d’une démarche gracieuse. Mais au-delà des questions d’esthétique, la bonne position de la colonne vertébrale est surtout un gage de bonne santé. Faire le chien assis parfaitement ne signifie cependant pas que l’on a la bonne posture. Il y a des anomalies vertébrales qui sont invisibles à l’œil. D’ailleurs, si vous avez des douleurs quelque part, c’est le signe que tout n’est pas si bien aligné que ça, en fait …

LA POSTURE EST INNEE, ELLE NE S’APPREND PAS !

C’est là, où la fille qui fait du yoga se dit : « Nan, mais n’importe quoi ! ». Eh bien, si cocotte. « Ce qui conditionne la posture, à la base, c’est la morphologie osseuse, que l’on ne peut bien sûr pas changer. En revanche, la vie quotidienne, et en particulier le travail assis devant l’ordi et la tête  penchée sur le smartphone, imprime des mauvaises postures sur lesquelles il est possible d’agir. Mais ni la danse, ni le yoga, ni le Pilates ne peuvent rectifier une mauvaise posture ni même apprendre à en avoir une bonne » indique Thierry Legagnoux, chiropracteur formé à la méthode Chiropractics Biophysics (*). Ha, ha…,  ça vous en bouche un coin, non ? Le spécialiste me chuchote même que les problèmes d’arthrose sont assez fréquents chez les adeptes du yoga. La discipline permet certes une très bonne mise en condition du corps mais certaines postures sont trop agressives, comme celle sur la tête, redoutable pour les cervicales qui ne sont pas du tout faites pour travailler avec le poids du corps. « Ce qui est important, c’est de bouger. Une hygiène sportive quotidienne est indispensable au bon fonctionnement des muscles et de la colonne vertébrale. Mais il n’y a pas de discipline supérieures aux autres » indique le praticien. A  ce propos, une étude récente réhabilite la pratique du running. Ce travail en endurance, en augmentant la circulation sanguine locale, améliorerait finalement la fonctionnalité des disques ! Ha, ha ! Comme quoi …

L’AGE N’A PAS D’IMPACT SUR LA POSTURE

« On documente un changement de posture avec l’âge mais ce n’est pas l’âge qui en est responsable. Plus on vieillit et plus les mauvaises positions s’accentuent, tout simplement » rectifie Thierry Legagnoux. Si l’on observe bien un petit tassement au niveau des disques intervertébraux, qui s’assèchent au fil du temps, ce dernier n’a pas d’impact sur la taille. C’est la malposition de la colonne (l’hypercyphose dorsale) qui fait perdre des centimètres. On se voûte, mais la longueur de la colonne, elle, reste inchangée.

COMMENT RECTIFIER LA POSTURE

Il ne suffit malheureusement pas de s’entraîner à marcher avec un livre sur la tête pour acquérir une bonne posture. Ce serait bien trop simple … « Le travail de rectification de la posture est si exigeant que ce n’est pas une prise de conscience occasionnelle que l’on peut obtenir le moindre  résultat. Il faut aboutir à une modification de l’état de conscience de son schéma corporel « , explique le Pr Jean-Paul Méningaud dans son ouvrage « Le Programme Anti-Age du Professeur Méningaud ». Ceci ne se fait pas en un jour comme on peut l’imaginer mais requiert une attention de chaque instant (quand on marche, quand on est assis…) et demande surtout à être bien accompagné. C’est tout le domaine d’expertise des chiropracteurs notamment, des spécialistes de la colonne vertébrale encore peu consultés en France, mais qui sont les plus à même de vous aider dans cette réhabilitation de la silhouette. D’autant que ce sont les seuls professionnels non médecins autorisés à pratiquer des manipulations vertébrales sans avis médical (bah oui …). C’est en prévenant, détectant et traitant les troubles neuro-musculo-squelettiques (lesquels se manifestent par des douleurs type lombalgie, cervicalgie, sciatique,  etc… ou une limitation du mouvement), qu’ils peuvent améliorer peu à peu votre posture. Tout commence par un bilan postural. Ensuite, les soins reposent sur des manipulations et des mobilisations articulaires appelées « ajustements ». Plus de 200 mutuelles remboursent les séances (enfin, quelques-unes par an …). Prix : entre 35 € et 80 € l’une. N’hésitez pas, votre colonne le vaut bien. Et votre allure générale n’en sera que plus stylée !

 

(*) La Chiropractic est une méthode américaine basée sur une série d’images radio qui permet de mesurer et de chiffrer scientifiquement les anomalies de la colonne vertébrale pour fournir un traitement reconstructeur de précision. Elle repose sur des ajustements réalisés notamment sur table. Le corps maintenu par des sangles est placé en « image posturale miroir » (soit dans des positions inverses des malpositions), lors de sessions de 17 mn, pour atteindre la déformation ligamentaire qui va permettre la correction.

 

Impressionnants les ajustements sur table de la méthode Chiropractic Biophysics ! 

 

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





6 Commentaires on "Une bonne posture, secret d’une silhouette jeune et dynamique  "

  1. Trop top cet article

  2. Merci Linh, très intéressant et comme toujours de qualité cet article sur la posture !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.