Compléments alimentaires anti-âge : c’est bon pour ma peau ?

La cosméto orale anti-âge, c'est pour moi ?

« Collagène », « acide hyaluronique », « antioxydants », « SOD », … les compléments alimentaires pour rajeunir pullulent aujourd’hui au rayon beauté. Peut-on prendre cette « cosmétique orale » sans risque et diminue t-elle réellement le nombre de nos rides ? Le point avec le Dr Laurent Fidalgo, médecin nutritionniste, morphologue et anti-âge.

1/ Quels sont les éléments dont le corps a besoin pour lutter contre les méfaits de l’âge ?

Principalement, les antioxydants (acide alpha-lipoïque, resveratrol, SOD, co-enzyme Q10, les vitamines A, C, E), les Omégas 3 et 6, les oligo-éléments (zinc, sélénium, silicium …), le collagène et l’acide hyaluronique qui sont les deux principales protéines de structure de la peau.

2/Trouve t-on tous ces nutriments antirides dans l’alimentation ?

Oui, en partie, à condition d’avoir une alimentation diversifiée, riche en fruits, en légumes et en « bons » acides gras.  Malheureusement, les aliments industriels constituant la base du régime alimentaire de beaucoup d’entre nous aujourd’hui, ce n’est pas gagné ! Quant à la viande rouge et aux os qui apportent le collagène et l’acide hyaluronique, leur consommation a baissé de 12 % ces dix dernières années. En plus, dès que ces protéines sont ingérées, elles sont dénaturées par l’acidité de l’estomac. Elles n’offrent donc aucun bénéfice anti-âge en tant que telles. Elles sont coupées en acides aminés dont une partie seulement est absorbée pour participer à la fabrication de ses propres collagène et acide hyaluronique … On est donc loin de faire le plein de nutriments anti-âge avec son assiette.

3/Est-ce qu’il y a un bénéfice à prendre des compléments alimentaires pour rajeunir ?

Oui, compte tenu de que l’on vient de voir, les gélules offrent une source concentrée de nutriments qui permet de compenser notamment les carences en antioxydants du régime alimentaire normal, que tout le monde a peu ou prou aujourd’hui.

Les gélules anti-âge apportent également un surcroît de collagène et de l’acide hyaluronique, indispensable pour raffermir la peau. Certes, ces protéines ne sont pas assimilées par la peau. Mais lorsqu’on les apporte en quantité importante (> 100 mg d’acide hyaluronique par prise, par exemple), cela stimulerait la production par l’organisme de ses propres collagène et acide hyaluronique ! Or à partir de la quarantaine, on sait que leur fabrication diminue drastiquement. Et plus encore si l’on a une mauvaise hygiène de vie (exposition aux UV, tabac, junk food, etc) …

Enfin, ces produits sont intéressants pour les Vegans qui sont fréquemment carencés en vitamine B12. Leur peau est souvent sèche et manque de tonicité.

4/Comment savoir de quels nutriments ma peau besoin ?

En fait, personne ne peut le savoir sans avoir fait un bilan nutritionnel (via une prise de sang) chez un médecin esthétique ou nutritionniste, qui va doser précisément les vitamines et les oligo-éléments, les minéraux, etc, pour évaluer les carences nutritionnelles, mais aussi les marqueurs de l’inflammation (protéine C-réactive, homocystéine…), qui est aussi l’une des causes principales de l’accélération du vieillissement.

5/Y a t-il un danger à choisir seul ses compléments alimentaires ?

On court peu de risques avec un seul complément alimentaire. C’est l’association de plusieurs gélules (anti-âge, minceur, cheveux &ongles, sommeil …) entre elles qui peut être dangereuse, à la longue. On risque le surdosage en certains éléments. Un excès d’antioxydants par exemple peut aboutir à un état « pro-oxydatif », autrement dit provoquer une accélération du vieillissement cutané, soit l’effet inverse de l’effet recherché ! Cela peut entraîner aussi une fatigue chronique, des douleurs articulaires, musculaires, voire aggraver le facteur de risque cardio-vasculaire. Des interactions avec certains médicaments aussi sont possibles. Je recommanderais donc d’éviter d’associer différents compléments anti-âge. Et si l’on prend deux produits différents (un anti-âge et un amincissant, par exemple), de s’assurer sur la liste INCI (liste des ingrédients), que l’on ne retrouve pas deux fois la même substance dedans. Enfin, si l’on suit un traitement médical, de suspendre carrément la prise des compléments alimentaires ou alors en parle avant avec son médecin.

6/ Ces gélules anti-âge se prennent-elles en cure ou au long cours ?

En cure. Par exemple, une cure d’un mois tous les trois mois ou une cure de trois mois deux fois par an. Si on souhaite prendre deux compléments alimentaires différents, on enchaîne les cures l’une après l’autre.

7/Quelle différence entre les compléments alimentaires du commerce et ceux prescrits par le médecin ?

Déjà, il faut préciser que les compléments alimentaires ne sont pas des médicaments mais des denrées alimentaires. Ils peuvent donc être commercialisés librement. Si la DGCCRF vérifie bien sûr qu’aucun ingrédient préjudiciable à la santé ne puisse être glissé dans ces produits, que sait-on en revanche sur leur origine et leur qualité, à fortiori si le complément alimentaire est acheté sur internet ? Nous, médecins, utilisons principalement des produits issus de laboratoires français connus et reconnus, qui ont pignon sur rue, bénéficient d’une forte caution médicale et répondent à des critères de qualité très stricts, comme Oligosanté, Therascience, Sunrex, Isocell, …

8/ Quels résultats peut-on attendre des compléments  alimentaires anti-âge ?

A vrai dire, rien de très visible à l’œil nu. Il faut être équipé d’un appareil de photographie 3 D pour réellement pouvoir évaluer l’impact d’un complément nutritionnel sur la texture de la peau. On les conseille plus à titre préventif.

Personnellement, je les prescris général associés à des traitements esthétiques (injections, peeling, HIFU, microneedling, LED, etc). Et là, je sais que l’effet va être bénéfique car les antioxydants permettent, par exemple, de ralentir la dégradation de l’acide hyaluronique injecté ou de potentialiser les effets de la lumière LED. Mais si vous prenez des compléments anti-âge seuls, sans avoir à minima une bonne hygiène cosmétique (en utilisant des produits à base d’AHA ou de rétinol qui stimulent le turn-over cellulaire notamment) et que vous continuez à fumer et à vous exposer inconsidérément au soleil, la cure sera sans effet. En revanche, il y a une chose qui paie très rapidement, en termes de résultats, c’est la cure détox : là, l’effet sur l’éclat de la peau est visible en quelques semaines. D’ailleurs, je démarre souvent mes traitements par là : une cure de gélules « détox » d’un mois tous les trois à quatre mois, avant même la prise en charge du vieillissement. Et pour un meilleur résultat encore, j’y associe des probiotiques. Enfin, bref, c’est tout l’intérêt de la consultation anti-âge avec un médecin !

9/ Et y a-t-il une différence entre les gélules, les sticks, les barres, les bonbons anti-âge ?

Concernant les produits à base de collagène et d’acide hyaluronique, il est préférable pour une meilleure assimilation, d’utiliser des gélules gastro-résistantes ou des comprimés pelliculés. Autrement, je le redis, ces protéines sont immédiatement dénaturées par l’acidité gastrique.

10/ On a des doutes sur un complément alimentaire, que fait-on ?

On prend l’avis de son médecin ou de son pharmacien. Sinon, un autre contact utile : Syndicat National des Compléments Alimentaires, www.synadiet.org

 

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?

2 Commentaires on "Compléments alimentaires anti-âge : c’est bon pour ma peau ?"

  1. Bonjour
    De quel detox parlez vous ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.