J’ai testé Emsculpt, la nouvelle machine à sculpter le corps !

Emesculpt, ça marche ou pas ?

Chaque année son lot de nouvelles machines, évidemment toujours présentées comme « miracles ». Celle-là a la particularité de traiter la graisse ET le muscle, ce qui est unique en son genre !

L’objectif ? Vous offrir la silhouette la mieux « dessinée » possible. J’ai découvert l’appareil médical à Los Angeles, où la méthode a été lancée il y a déjà quelques mois, en avril 2018. Là-bas, le buzz est maximal. En même temps, c’est assez normal, puisqu’on est non seulement chez les stars mais aussi chez les musclés ! Le chirurgien qui me reçoit pour une démonstration, le Dr John Layke, du Beverly Hills Plastic Surgery Group, est lui-même assez « gaulé » (à ce que je perçois à travers sa blouse). Evidemment, sa clientèle est truffée de people et évidemment, ils ont déjà tous signé pour des séances. Mais notre homme ne veut pas me livrer les noms. « Personne n’avouera jamais que ses fesses sculptées proviennent d’une machine, même si on est à L.A ! ». C’est vrai, ça casserait le mythe. « Mais ils se sont tout de suite précipités pour découvrir la machine. Certains vont jusqu’à programmer leur séance juste avant de partir en week-end pour être sûrs d’avoir les muscles bien gonflés pendant 48 h », rapporte le chirurgien. Bon, on connaissait déjà l’astuce. Avant une séance photos, il n’est pas rare que les mannequins hommes ou les sportifs qui s’apprêtent à dévoiler leurs tablettes de choc, s’entraînent à la muscu. Pascal Mangin coach sportif au Club Molitor à Paris me confie aussi l’astuce du verre de whisky pour avoir les veines plus dilatées. « Beaucoup de mes patients intéressés par Emsculpt ont déjà fait une liposuccion ou une cryolipolyse. Les ondes électro-magnétiques leur permettent de compléter joliment le résultat. C’est la cerise sur gâteau ! » ajoute John Layke. Mais pas de jalousie, hein, la machine arrive aussi en France. Vous allez bientôt pouvoir jouer à :« Vis ma vie de Kardashian » (enfin, surtout si vous avez le même portefeuille bien rempli …).

Comment ça marche Emsculpt ?

La machine utilise des ondes électro-magnétiques focalisées haute intensité (HIFEM) qui pénètrent jusqu’à 7 cm sous la peau. A cette profondeur que trouve t-on ? Les muscles. D’une puissance de 2, 5 tesla (la même qu’une IRM !), elle envoie des impulsions aux nerfs moteurs qui déclenchent des contractions musculaires extrêmement puissantes, dites « supramaximales ». En clair, le muscle se contracte à 100 % : 5 impulsions sont envoyées par seconde, soit 20.000 en une séance de 30 minutes, ce qui équivaut à 20.000 crunchs ou 20.000 squatts, selon que l’on travaille le ventre ou les fesses (et c’est l’ensemble du groupe musculaire à chaque fois, qui est concerné). Inutile de dire que ce genre de performance est totalement impossible à réaliser dans la vraie vie (à moins de la laisser la vie, justement … ). Les muscles prennent donc rapidement du galbe. Et la forte dépense énergétique occasionnée entraîne une libération massive d’acides gras, qui provoquent un « dysfonctionnement » des cellules graisseuses et les détruit. Le corps les élimine ensuite dans les 2 à 3 mois après l’arrêt du traitement, qui comprend 4 séances, espacées de 2 à 3 jours. Le fabricant de la machine décrit un phénomène « d’apoptose cellulaire ». Soit le même processus que celui qui est observé dans la cryolipolyse (le traitement des cellules graisseuses par le froid). Mais Emsculpt traite toute la région du ventre ou des fesses, alors que la « cryo » se focalise uniquement sur les bourrelets localisés. Si vous êtes embêtés par des poignées d’amour par exemple, elles seront améliorées par les ondes électro-magnétiques mais ne disparaîtront pas complètement. L’idéal, comme le préconise notre chirurgien américain, serait de réaliser une cryolipolyse avant pour un résultat à 100 %.

Voici ce que rapportent les premières études cliniques. Réduction de la masse graisseuse localisée : 19 % en moyenne (ce qui est à peu près comparable aux résultats de la cryothérapie). Prise de volume musculaire : 16 % (ce qui n’a l’air de rien mais de l’avis de notre coach sportif, est « énorme !« ).

Evidemment, si vous n’aviez pas de fesses avant, vous n’allez pas vous retrouver soudainement avec un cul à la Kim K. (ceci est tout bonnement impossible, à moins d’y glisser des implants). Emsculpt ne modifie pas la morphologie mais tonifient les parties concernées. Les fesses retrouvent du galbe avec un joli petit effet lift à la clef (à condition que la fesse ne soit pas trop lourde, bien sûr).  Côté ventre, les abdos sont plus fermes et deviennent plus saillants au fil avec la perte de graisse (évidemment, il ne faut pas être trop enrobé au départ. Au-dessus de 3 cm de graisse « pinçable » et d’un IMC de 28, les médecins ne traitent pas de toute façon). Evidemment, il s’agit d’une perte de graisse superficielle et non de graisse intra-abdominale (pour cela, il y a d’autres techniques, genre Redustim).

Autre effet positif du traitement : la tonification des muscles abdominaux améliore le diastasis (écartement entre les muscles grands droits), classique après une grossesse, de l’ordre de 10 %. Il est possible de commencer les séances dès la fin de l’allaitement, soit 8 à 9 mois après l’accouchement. 

Le Dr Heidi Waldorf, célèbre dermatologue de l’Etat de New-York, décrit, elle, un dos en meilleur état après les quatre séances, du fait de la tonification des abdos. « J’ai senti les effets dès les deux premières séances. Pour les fesses, il m’a fallût plus de temps » rapporte -elle. Emsculpt ne saurait toutefois remplacer une activité sportive. « Mais elle peut servir de starter pour ceux qui ne font jamais de sport ou qui peinent à voir les résultats » indique le médecin.

« Le sport reste en effet indispensable pour éviter tout déséquilibre entre les muscles agonistes et antagonistes » précise le Dr Richard Abs, chirurgien plasticien, qui ne connait pas la machine mais donc un premier avis. Les kinés aussi sont d’accord : « Quand on travaille les abdominaux, il faut aussi exercer les antagonistes qui sont paravertébraux, les muscles érecteurs du rachis. Autrement, on peut créer un déséquilibre et causer ou accentuer des douleurs de dos » exprime Jérôme Touzot. « Ce d’autant plus que les paravertébraux sont faiblards chez la plupart des gens. Y compris chez les sportifs, à moins de suivre des cours qui sollicitent les muscles profonds comme le Pilates ou le Yoga » surenchérit Pascal Mangin. Quelques saines précautions donc, à garder à l’esprit. Sinon, le traitement peut être réalisé à tous les âges (à partir de 18 ans).

Côté contre-indications, on évite évidemment les ondes électro-magnétiques si l’on est porteur d’un pacemaker ou de tout autre objet en métal dans le corps, si l’une des zones de traitement a subi une chirurgie récemment (cela peut tirer sur les cicatrices), si l’on a eu un problème de hernie ou d’éventration, si l’on est enceinte ou allaitante.

Comment se déroule une séance ?

Après un entretien avec le médecin, des photos de la silhouette sont réalisées sous tous les angles, puis on s’installe sur le dos ou sur le ventre selon la zone que l’on souhaite traiter, en ayant pris la précaution de retirer tout bijou en contact avec la zone de traitement, le métal étant pas recommandé au contact des ondes électro-magnétiques (on risque des brûlures).

Un ou deux applicateurs sont ensuite appliqués à même la peau et maintenus par une sangle (de fait, ils vont se soulever quand les muscles vont se contracter). Et c’est parti pour une séance de 30 minutes. La machine est d’abord réglée sur une faible intensité (pour s’habituer aux sensations) puis progressivement, le médecin l’augmente, le but étant d’atteindre un niveau de 100 à l’issue de la séance. Je n’y suis pas arrivée mais beaucoup y parviennent, à ce qu’on me dit. Question de sensibilité individuelle, de tempérament aussi (personnellement, je n’aime pas les trucs que je ne contrôle pas) et de motivation (finalement, suis-je assez passionnée par mes fesses ?). Les sensations sont comparables à de l’électro-stimulation pour ceux qui connaissent, mais apparemment, en termes de puissance et de résultat sur le muscle, on n’est pas du tout dans le même registre. Cette machine est autrement plus puissante, dixit le fabricant.

A la deuxième séance, ça va quand même mieux. Mais je ne lâche toujours rien (je dois aimer mes fesses plates, en fait) et monte péniblement jusqu’à 75, malgré les phases de relaxation entre chaque série de contractions intenses. Le Dr Nelly Gauthier qui m’accompagne dans ce protocole d’essai me félicite : « Bravo, on y est presque !  (tout en montant en douce le niveau). Vous ne trouvez pas que les fesses quand elles se contractent, ça fait un bien fou ? Toutes les femmes adorent le traitement sur cette zone ! Elles disent que ça les détend … ». Ah ? Je ne dois pas être une femme non plus, alors … Après 30 minutes, la séance s’achève et je suis autorisée à me rhabiller. Après la séance, on se sent dans le même état qu’en sortant du sport: le corps est tonique, on a la pêche. Certains décrivent de légères courbatures dans les jours qui suivent (je n’en ai pas eu), mais jamais rien d’insupportable à ce qu’il paraît. Je ne peux malheureusement pas aller plus loin dans le récit car je n’ai pas encore terminé mes séances. Par ailleurs, le résultat définitif ne se voit que 2 à 3 mois après. Néanmoins, je promets une première mise à jour du papier dès la fin du protocole, la semaine prochaine. Mais je peux déjà vous dire que ça prend forme … joliment forme.

Combien ça coûte d’être resculptée ? 

C’est là que le bas blesse car on est entre 550 € et 600 € la séance ! Et il faudra prévoir en plus des séances d’entretien tous les 3 mois. Clairement ce n’est pas un traitement à la portée du premier venu. Mais c’est le même problème avec toutes les nouvelles technologies ! On a connu cela aussi avec la cryolipolyse avant qu’une concurrence s’installe et rende le traitement plus accessible. Une trentaine de médecins/chirurgiens plasticiens devrait être équipée en France dans le courant de l’année 2019. Plus d’infos sur www.btlaesthetics.com/fr/btl-emsculpt

Mon avis

Très intéressant cette double prise en charge graisse et muscles. Aucun autre appareil ne proposait cela jusqu’à présent. Cependant, on manque encore de recul pour se prononcer réellement sur l’efficacité de la technologie. Les résultats seront-ils à la hauteur de la dépense ? Telle est la question. A noter que l’appareil a reçu une homologation de la FDA (qui atteste du sérieux et de l’efficacité de la méthode) pour l’indication tonification musculaire et non la perte de la graisse …

Toute reproduction interdite

Soyez le premier a commenter on "J’ai testé Emsculpt, la nouvelle machine à sculpter le corps !"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.