Nos mauvaises habitudes « beauté » analysées par un médecin esthétique

Ces mauvaises habitude beauté qu'il faut bannir

Dans leur pratique quotidienne, les médecins esthétiques observent pas mal d’erreurs dans les routine beauté de leurs patientes. Gestes inappropriés, mauvaises habitudes cosmétiques, produits inadaptés … Certains automatismes ont la vie dure ! Allez, on essaie de changer cela. Le point avec le Dr Laurence Barry, médecin esthétique. 

1/ARRACHER LES POILS DE SON VISAGE

Au départ, ça commence avec des épilations chez l’esthéticienne, puis comme les poils repoussent à la vitesse de l’éclair, ça se poursuit at home avec l’arrachage systématique de tout poil qui pointe son nez, en particulier sur la lèvre supérieure et le menton, qui sont les spécimens les plus traqués. Et comme les indésirables reviennent sans cesse, et pas forcément aux mêmes endroits (mathématique, puisque vous avez stimulé les bulbes et donc transformé ce fin duvet en un vrai bon poil), l’affaire finit par devenir totalement obsessionnelle. D’ailleurs, vous avez investi récemment dans un miroir grossissant X 10, avec LED intégrée, tellement vous vous éclatez sur le sujet. STOOOP ! Ceci ne peut continuer en 2020, ni en 2021, ni même en 2031 (je prends de l’avance sur le carnage), car la situation peut devenir parfaitement incontrôlable. Ce qui sera du coup, très difficile même pour un médecin esthétique, de rattraper par la suite. Donc, vous gardez votre pince pour les sourcils (là, aucun danger particulier), et le reste du duvet, vous n’y touchez plus ! Ou alors, si un spécimen vous excède particulièrement, vous le raccourcissez avec des ciseaux, mais vous ne l’arrachez pas. Ensuite, step 2 : vous prenez rendez-vous chez un médecin (j’ai bien dit, un médecin), pour une épilation laser en règle ou une épilation électrique (mais en général, les deux techniques sont complémentaires pour venir à bout de ce genre de galère). Lui seul saura vous éviter l’entrée au cirque Pinder. LIRE ICI : Poils du visage : épilation électrique ou laser ? 

2/ S’INTERROGER PERPETUELLEMENT SUR SON TYPE DE PEAU 

Enormément de femmes ne connaissent pas leur type de peau et mélangent toujours, en dépit de tout ce que mes consœurs de la beauté et moi-même rédigeons en permanence dans nos magazines respectifs,  peau sèche et peau déshydratée, par exemple. Donc, la bonne idée, pour celles qui sont « nulles en peau », c’est de vous offrir une consultation chez un médecin esthétique, pour savoir une fois pour toutes ce qu’il en est. Ce n’est quand même pas compliqué ! Certains disposent en prime d’appareils de diagnostic très high-tech, qui vous amuseront énormément. Un voyage au cœur de sa peau, ce n’est pas tous les jours qu’on se l’offre. Vous ressortirez de cette visite, non seulement éclairée mais aussi apaisée (enfin !). Et c’est un bon réflexe aussi à acquérir, dès que l’on observe une modification importante de l’état de sa peau (laquelle peut changer en effet à tout moment sous l’influence des hormones, des médicaments, du stress, de l’alimentation…). Cela vous évitera des erreurs qui pourraient engendrer une certaine chronicité du problème en question.

 

3/ DESINFECTER LES BOUTONS

On ne peut pas s’empêcher, quand les boutons sont blancs, de les percer. Ensuite, hop, un petit coup de désinfectant. « Il ne faut surtout par faire ça ! L’alcool, la chlorhexidine, tous ces produits-là, sont extrêmement irritants. Ils aggravent l’inflammation et laissent des cicatrices rouges prolongées sur la peau. Si l’on tient réellement à percer ses boutons blancs, dans ce cas, on le fait très délicatement entre deux cotons-tiges et surtout, on n’applique rien derrière. Ou alors, une crème cicatrisante légère, type Cicaplast de La Roche-Posay. Ça, c’est un bien meilleure réflexe. Ou toute autre crème à base d’Oméga-3 et 6, qui va recréer un bon environnement hydratant favorable à la cicatrisation » détaille le Dr Laurence Barry. Evidemment, s’il y a plusieurs pustules sur le visage, on va voir son dermato car il s’agit d’une acné qu’il convient de traiter.

 

4/VAPORISER LE PARFUM A MEME SA PEAU SENSIBLE

« Beaucoup de mes patientes ont des taches rouges et brunes au niveau de la mandibule et du cou que j’attribue volontiers au parfum. Sur certaines peaux très sensibles, une pulvérisation quotidienne suffit à provoquer une inflammation » explique le Dr Laurence Barry. Il faut alors faire plusieurs séances de lampe flash (2 à espacées d’un mois) pour les estomper (80 € l’une). Vaporiser les vêtement (ou les cheveux) est bien moins risqué.

 

5/ASTIQUER SA PEAU   

Moi-même, je vois cela souvent à la salle de sport. Des femmes qui se frottent comme des dingues pour se démaquiller, comme si leur visage était recouvert de suie. « C’est surtout fréquent chez celles qui ont la peau grasse et qui finissent, avec ces frottements mécaniques répétés, par provoquer une séborrhée réactionnelle et sensibiliser leur peau. Pour moi, le démaquillage quotidien, ce n’est ni avec une brosse, ni un coton, mais avec la pulpe de ses doigts, nettement plus caressante » indique le Dr Laurence Barry.

 

6/S’ACHARNER SUR LA CELLULITE  

« Beaucoup de mes patientes mènent un véritable combat contre les imperfections de leur peau au niveau des cuisses et des fesses, qui finit par leur coûter les yeux de la tête. Sans grand succès en prime, car le problème est malheureusement très souvent d’origine héréditaire. Plutôt que de se torturer comme elles le font, je préfère les mettre sur la voie d’une meilleure hygiène diététique et sportive, qui s’avèrera toujours plus profitable, à tous niveaux. Il est vain d’attendre du monde médical, et a fortiori des instituts de beauté, une réponse parfaite à ce genre de problématique », analyse notre spécialiste. Une saine parole que l’on approuve complètement ! On ne vous demande d’oublier votre cellulite, c’est impossible quand on en est truffé, juste de mener les bons combats.

 

7/CROIRE DUR COMME FER A LA GYM FACIALE  

« Halte à l’intox ! La gymnastique faciale est exactement l’inverse de ce qu’il faut faire pour contrer le vieillissement du visage. D’abord, avec toutes les mimiques que l’on fait naturellement dans la journée, ce dernier bouge déjà suffisamment. Ce n’est pas utile de forcer le trait et de provoquer des hypertonies (hypercontractions) musculaires que la médecine esthétique cherche précisément à combattre avec les injections de Botox ! L’idée d’une musculature qui pourrait remettre en tension les tissus est un un leurre. Et surtout, un visage n’a pas besoin d’être musclé. D’ailleurs, s’il l’était, ce serait franchement laid ». Conclusion : les massages réguliers tonifient la peau, relaxent les traits, ramènent le rose aux joues, mais foutez la paix à vos muscles qui n’ont nullement besoin d’être entraînés.

8/SORTIR FAIRE SON FOOTING SANS ECRAN SOLAIRE  

Les personnes qui travaillent à l’extérieur ou les sportifs accros à leur footing, ne pensent évidemment jamais à protéger leur peau. « Du coup, je vois beaucoup d’hommes, et de femmes aussi-bien sûr, truffés de taches brunes et de kératoses actiniques (lésions précancéreuses liées aux UV) passé cinquante ans. Tous les jours, du 1 er janvier au 31 décembre, il faut impérativement protéger sa peau du rayonnement UV. Si l’on applique qu’un seul produit , ce doit être celui-là !» indique le médecin. Les hommes peuvent utiliser des sticks, pour plus de praticité. Les femmes, un petit écran solaire coulé dans une émulsion légère, à appliquer par-dessus son sérum et sa crème de jour (mais si on veut simplifier la routine, on peut parfaitement supprimer la crème de jour. Remember, un écran solaire, c’est une crème hydratante à la base).

 

9/OUBLIER SON COU

C’est assez classique comme conseil de soigner son cou et pourtant … Dans les cabinets esthétiques, les médecins n’observent que des cous et des décolletés fripés, tachés, déshydratés, signe d’un désintérêt évident de la part des patientes. « Souvent, le visage est entretenu mais le cou pêche énormément », indique le Dr Barry. On devrait dire que le visage s’arrête à la naissance des seins, comme ça, on serait sûr que tout est traité correctement. A partir de maintenant, c’est simple, tout ce que vous appliquez sur le visage, vous en faîtes profiter aussi le cou et le décolleté, et même les mains. E vous verrez, dans quelques semaines, ces zones ne seront plus les mêmes. Et si vous passez chez le médecin esthétique pour des injections, profitez-en pour faire aussi des petits traitements stimulants, comme de la mésothérapie (dès 30 ans) et la radiofréquence (à partir de 35 et 40 ans). C’est très utile pour prévenir les dégâts sur ces zones très fragiles.

 

10/ UTILISER LA LOTION MICELLAIRE A TORT ET A TRAVERS  

« La lotion micellaire, c’est bien pour se démaquiller, mais l’utiliser quotidiennement pour tout et rien, se nettoyer le visage ou le rafraîchir en cours de journée, ce n’est pas une bonne idée car à la longue, cela dessèche énormément la peau. C’est ce que j’observe chez nombre de mes patientes. Pour le nettoyage, je préfère infiniment une huile ou un savon doux » indique le médecin.

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





8 Commentaires on "Nos mauvaises habitudes « beauté » analysées par un médecin esthétique"

  1. Karine Reina Porcu | 5 janvier 2020 at 17 h 12 min | Répondre

    Toujours un plaisir de vous lire. Merci et Merveilleuse Année 2020

  2. Excellent article pour partir sur de bonnes habitudes beauté en 2020
    Toujours aussi intéressant et riche d’informations pratiques bien utiles. MERCI! Belle et heureuse année 2020.

  3. Bonne année à vous aussi! j’ai voté « non » à cet article quant à son utilité alors qu’ordinaire je vote oui; mais j’ai 62 ans et je mets de la protection 50 chaque jour de l’année car j’ai déjà eu x carcinomes et un mélanome donc je suis hyper vigilante… j’imagine cependant que bien des femmes plus jeunes vont tirer parti de votre article; de toutes façons bravo pour votre blog en règle général!

  4. Merci, je ne savais pour les polis du menton; J’arrête ce soir !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.