Le traitement efficace sur les vergetures, on le cherche encore ou on l’a trouvé ?

traitement vergetures rouges et blanches

On ne va pas vous la faire à l’envers : ça reste un traitement compliqué. Mais les techniques progressent. On fait beaucoup mieux qu’il y a quelques années !   

Ces stries cutanées (rouges-violacées lorsqu’elles sont encore récentes, puis blanches nacrées lorsqu’elles deviennent matures), surviennent le plus souvent à la puberté et pendant la grossesse (sur les seins, le ventre, les cuisses, les fesses …). Elles sont provoquées par une distension excessive de la peau et la production de cortisol (une hormone secrétée par les glandes surrénales). Mais elles peuvent aussi survenir à la suite d’une prise prolongée de corticoïdes ou certaines maladies endocriniennes (comme le syndrome de Cushing qui se caractérise par une production élevée de cortisol dans le sang).  Les hommes aussi sont concernés. Les vergetures apparaissent à la puberté ou à la suite d’une variation importante de poids ou encore d’une prise rapide de muscle sous l’effet des stéroïdes anabolisants, sur le dos, les épaules, le ventre, les fesses, etc. Mais dans tous les cas, il faut incriminer aussi la génétique, car tout le monde ne fait pas des vergetures au cours de sa vie !

Comment on se débarrasse de ces vilaines stries ?  

Il existe des dizaines de traitements, plus ou moins efficaces : des crèmes à base de vitamine A acide, de la biorevitalisation, des peelings chimiques (TCA, phénol), des lasers (laser C02 fractionné, laser non ablatif, laser vasculaire), des lampes flash, des LED, de la radiofréquence, de la carboxythérapie (injection sous cutanée d’un gaz stérile médical), etc. Nous avons choisi de développer ici celles qui nous paraissent les plus efficaces. Mais dans tous les cas, il faut se rappeler qu’aucune de ces techniques ne permet une disparition des vergetures à 100 %.

 

  • SOS vergetures rouges

« Le plus important, c’est surtout d’attaquer le traitement le plus rapidement possible, dès que la vergeture apparaît, car c’est là que l’on obtient les meilleurs résultats !  Dans mon cabinet, je prends les femmes en charge quinze jours après l’accouchement.  Si vous attendez que la vergeture s’installe, il sera beaucoup difficile de la déloger », met en garde le Dr Thierry Michaud, dermatologue. « Mais il faut aussi que la méthode choisie soit un tant soit peu performante. Trop soft, vous risquez de perdre votre temps. Et Dieu sait s’il est compté avec les vergetures ! », poursuit notre spécialiste. « Il faut intervenir dans les trois mois de leur apparition, sinon c’est fichu !», précise le Dr Naouri, dermatologue.

Le traitement classique de la vergeture récente, et aussi le plus économique, est la vitamine A acide à 0, 1%, à raison d’une application quotidienne pendant deux à trois mois. Mais, il est très irritant pour la peau. Il est conseillé de superposer une crème hydratante et d’éviter l’exposition au soleil. Il procure une amélioration de 17 à 20 % des vergetures.

Mais pour certains médecins, il n’est pas suffisant. Les spécialistes lasers préfèrent attaquer d’entrée de jeu avec un laser vasculaire (KTP ou colorant pulsé), qui va agir sur la composante rouge de la vergeture, en coagulant les vaisseaux sanguins dilatés. La lampe flash, qui repose sur le même principe, donne des résultats équivalents. Prévoir en moyenne cinq séances espacées d’un mois (80 à 150 € la séance). En revanche, ce traitement ne suffira pas si la vergeture rouge présente en prime, une grosse fracture dans le tissu élastique. Il faudra alors associer au traitement vasculaire un traitement par la chaleur qui va remodeler en profondeur le tissu. « Personnellement, j’associe toujours au cours de la même séance la lampe flash pour traiter l’aspect vasculaire et un laser fractionné non ablatif pour stimuler la régénération cutanée. Mais on peut aussi traiter l’aspect vasculaire, et dans un deuxième temps la fracture cutanée. Et entre chaque séance, prescrire des applications de vitamine A acide », indique le Dr Thierry Michaud.

 

  • SOS vergetures blanches

Pour stimuler le tissu en profondeur et déclencher la régénération cutanée, trois techniques utilisant la chaleur sont couramment utilisées : le laser C02 fractionné, le laser C02 fractionné non ablatif et la radiofréquence fractionnée. Toutes donnent des résultats y compris sur les vergetures profondes. Une étude clinique tout ce qu’il y a de sérieux, réalisée par le Professeur Thierry Passeron, professeur en dermatologie à L’Université de Nice, a notamment validé l’efficacité de la radiofréquence fractionnée. La profondeur de la vergeture est améliorée de 20 et 30 % après une série de traitements. En revanche, la procédé n’a aucun impact sur la largeur de la vergeture. Il semble probable que le laser fasse aussi bien, sinon mieux. Et bonne nouvelle, on peut recommencer les soins après quelques mois et gagner encore une amélioration. Il n’y a pas de limite au traitement tant que le tissu réagit.

  • Le laser C02 fractionné abrase les couches de la peau, provoque une « blessure » à partir de laquelle cette dernière va se régénérer. Prévoir cinq séances espacées d’un mois. Inconvénient : il y a des suites (des croûtes pendant sept jours environ, puis des rougeurs discrètes pendant quelques semaines).
  • Le laser C02 fractionné non ablatif traverse l’épiderme (sans le léser) jusqu’au derme, où il chauffe les tissus pour entraîner une néo-synthèse de fibres de collagène et d’élastine. Comptez environ cinq séances espacées de quatre semaines. Avantages : il n’y a pas de suites (ou presque). De légères rougeurs pendant quelques heures, tout au plus. Il est donc parfaitement compatible avec une vie sociale.
  • La radiofréquence fractionnée délivre l’énergie directement au sein des tissus par l’intermédiaire de microaiguilles conductrices. Prévoyez entre trois et six séances selon la profondeur des vergetures. Les suites sont soft : des rougeurs et des micro-coûtes invisibles donnant une sensation de peau rugueuse sous les doigts.

Pour plus d’efficacité, certains médecins, comme le Dr Michael Naouri, combinent les énergies au cours de la même séance. « Je commence par la radiofréquence fractionnée, ensuite je passe au laser C02 fractionné. Les deux techniques, l’une assez superficielle, l’autre plus profonde se potentialisent et l’efficacité de mon traitement est supérieure aux résultats de la radiofréquence seule », rapporte le spécialiste. Pour les peaux foncées en revanche (phototypes 5 et 6), plus le traitement est doux et plus il est sécurisant. Mieux donc donc privilégier la vitamine A acide, les peelings doux, le laser fractionné non ablatif.

Traitement avec laser non ablatif Icon de Cynosure

 

Traitement avec radiofréquence fractionnée Venus Viva 

 

  • SOS peau vraiment détruite

Le Dr Philippe Deprez, médecin esthétique, grand spécialiste des peelings, propose sur les peaux les plus esquintées, l’Easy TCA Peel, un peeling profond, réservé à une poignée de médecins très expérimentés. « C’est la solution de la dernière chance, celle qui reste lorsque l’on a tout essayé. Ou celle en première intention lorsqu’on sait que rien ne marchera !», annonce t-il. « Mais le traitement est costaud. Je ne le propose qu’à des patients très motivés et bien conscients des suites qui les attendent ». La peau est désinfectée puis abrasée avec un papier de verre médicalisé qui supprime l’épiderme. Après anesthésie, le médecin applique ensuite un peeling composé d’acide trichloracétique à 15 %, d’alpha hydro-acides, d’antioxydants et de saponines qui permettent une pénétration uniforme du peeling. Il est suivi d’un masque « post-peel » composé d’antioxydants, de vitamines, de précurseurs de vitamine A et de facteurs de croissance qui est laissé sur la peau, sous occlusion plastique, pendant 24 h. Ce dernier va poursuivre le travail du peeling et pénétrer plus profondément encore. Au retrait du masque, une poudre de sous-gallate de bismuth est appliquée, recouverte de compresses vaselinées et d’un pansement. Au sixième jour, ce dernier est retiré. Une couche de vaseline est appliquée et laissée en place 24 heures, sous pansement, pour ramollir la poudre, faciliter son décollement. Au septième jour, c’est la délivrance. Le pansement est retiré et la croûte de poudre part avec. Une nouvelle peau, toute rosée, entièrement régénérée, apparaît. Il faut ensuite appliquer quotidiennement une crème éclaircissante pour éviter le rebond pigmentaire (hyperpigmentation), et fuir le soleil pendant un mois. Cependant, le calvaire ne s’arrête pas là car pour  réellement améliorer une peau en très mauvais état, il faut reconduire le traitement une à deux fois encore.  Le deuxième peut être envisagé six semaines après la fin du premier (600 € l’un).

 

Vous avez expérimenté un traitement médical contre les vergetures ? Faites nous partager votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous !

 

12 Commentaires on "Le traitement efficace sur les vergetures, on le cherche encore ou on l’a trouvé ?"

  1. Je vous remercie vivement pour cet article attendu ! très complet et optimiste !

  2. Bonjour,
    Pourriez-vous me préciser s’il vous plaît si le Docteur Philippe Deprez cité dans votre article exerce à Dole?
    Cordialement

  3. Bonjour j’ai 43 ans et je suis mal dans ma peau à cause des vergetures depuis mes grossesses de 2002 j’ai lu votre article qui me redonne confiance mais je ne pourrais pas venir jusqu’en Espagne avez vous des adresses sur le Vaucluse ou les Bouches du Rhône je suis dans le même cas que la photo du dessus , merci de me contacter. Bonne journée.

  4. Bonjour , impossible de trouver un praticien pratiquant le peeling du dr Philippe Deprez. J’ai contacté les liens que vous mentionnés sur votre site mais ils n’ont pas pu me donner de noms de praticiens. Ils m’ont dit de faire une recherche sur le net, ce que j’ai fait et n’ai rien trouvé. Comment faire ?

  5. J’ai 17 ans j’ai envi de me debarasser de ces vegetures blanches naturellement . Ça me dérange beaucoup. Comment faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.