Tendance « No bra » : no problem pour les seins ?   

No bras : no problem pour les seins ?

 Vivre topless pose t-il souci ? La peau risque t-elle de se relâcher ou les mamelons de s’abîmer ? Les réponses d’un chirurgien plasticien et d’une dermatologue !

Depuis le confinement, les papiers fleurissent sur la tendance « no bra », « free the nipples » & co. Apparemment, vivre en pyjama toute la journée aurait dissuadé certaines de porter aussi toute lingerie (panties as well, mais c’est un autre sujet). Alors, je me suis demandée si c’était une si bonne idée (ou pas). Physiologiquement, s’entend (pour le reste, on est d’accord, on est mieux sans, surtout si on est en télétravail et qu’on ne bouge pas de sa chaise).

Parce qu’on lit des choses totalement farfelues sur le sujet, comme quoi, le soutien-gorge empêcherait le tissu musculaire de travailler.  Ah bon ? Mais faut-il rappeler que le sein n’est pas composé de muscles mais uniquement de glande et de graisse ? Et que le pectoral sur lequel il repose n’est pas impliqué DU TOUT dans sa tenue. « Il existe un plan de dissection anatomique entre la glande et le muscle qui s’appelle « l’espace de Chassaignac ». Il est virtuel mais quand on opère, pour une ptose mammaire ou pour une augmentation avec la pose de prothèses par voie sous-mammaire, on passe par cet endroit. On est donc sur le muscle pectoral et ce que l’on observe, en cas de ptose, c’est que le muscle est normal ! Les pseudo-mouvements de musculation pour « remonter » le sein ne servent donc pas à grand-chose … », indique le Dr Jean-Marie Faivre, chirurgien plasticien.

On lit aussi ici et là que la peau qui soutient les seins deviendrait « paresseuse » à l’intérieur du soutif, et qu’on en l’envoyant balader, elle se tonifierait. « Non, désolé, rien de prouvé à ce niveau-là … », indique notre médecin.

 

AU-DESSUS DU BONNET C, SOUTIEN-GORGE D’OFFICE !

Les petits seins ne courent pas de gros risques à s’affranchir d’un soutien. « Jusqu’au bonnet B, il n’y a pas de souci. En revanche, à partir du bonnet C, si on n’en porte pas, plus dure sera la chute dans quelques années car la peau mais aussi les ligaments qui relient le muscle à la glande, sont étirés. Si on a des gros seins, avec de fortes variations de volume au cours du cycle, il est plus que recommandé de porter un soutien-gorge » indique le Dr Faivre. Et ce, d’autant plus si la peau est de mauvaise qualité  (si elle présente des vergetures, par exemple). A partir du bonnet D, on ne se pose plus trop la question. « En général, les femmes se plaignent d’avoir mal au cou et au dos et elles mettent des soutien-gorges », poursuit le chirurgien.

 

APRES UNE CHIRURGIE MAMMAIRE, SOUTIF DE RIGUEUR AUSSI !

Le sein opéré se comporte très vite comme un sein normal. Donc, à partir du bonnet C, on s’équipe !

 

LIRE AUSSI : Quelle solution esthétique pour les seins relâchés ?

 

ET LES MAMELONS SANS SOUTIEN-GORGE, COMMENT ÇA SE PASSE ?

« A cet endroit du corps, la peau est très fine, limite une semi-muqueuse, comme sur les lèvres. Donc, avec le frottement des vêtements, les dermites d’irritation, voire les eczémas de contact (allergie, donc) ne sont pas rares. Et plus les seins sont volumineux et plus ça frotte. Le problème, c’est qu’à la longue, la peau s’épaissit et cela crée des démangeaisons en plus » rapporte le Dr Naima Midoun, dermatologue.

Ce qu’il faut, c’est donc bien choisir ce qu’on porte à même la peau. « Optez pour des tissus nobles, comme le coton, et évitez les vêtements trop serrés, style top en lycra » recommande le médecin.

Pour éviter les irritations, appliquez une crème barrière type Dermalibour d’A-Derma, formulée à base de cires. Ou, portez des cache-tétons.

Si vous avez la peau irritée, tartinez le mamelon d’une crème cicatrisante, genre Ialuset Crème (Laboratoires Genévrier).

Hydratez la peau du décolleté à mort (perso, j’utilise Ialuset Crème aussi. C’est un produit à base d’acide hyaluronique avec une galénique démente, qui estompe vraiment bien les rides du décolleté, je trouve), et protégez avec un écran solaire tout au long des beaux jours (j’adore la vaporisation ultra-large du Lait en Brume Protecteur Hâle Sublime Dior Bronze de Dior, on dirait que le produit a été conçu spécialement pour la zone du décolleté).

Enfin, si vous décidez de vivre seins nus, faites-vous la peau nickel, c’est quand même plus sexy, en faisant retirer notamment toutes les petites pétouilles du type « pendulums », ces excroissances de chair qui siègent au niveau des plis sous-mammaires (le dermatologue les coupe avec des ciseaux –ça ne fait pas mal – sinon les électrocoagule). Les kératoses séborrhéïques aussi, sont archi-courantes au niveau des seins, et même des mamelons (on les retire à l’azote liquide ou par éléctrocoagulation). Et je ne parle pas des poils sur les mamelons (mais ne les arrachez pas surtout, ils repousseraient eux fois plus. Faites-les retirer à l’épilation électrique).

 

Tendance "no bra" : les cosmétiques qui vont bien

 

LIRE AUSSI :

Aréoles et mamelons disgracieux, seins tubéreux : la chirurgie esthétique ôte les complexes

Des nouveaux seins sans l’ombre d’une cicatrice !

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





2 Commentaires on "Tendance « No bra » : no problem pour les seins ?   "

  1. Bonjour, concernant le Ialuset, je suis tombée un jour sur un article extrait du Blog DoctiPharma. En voici la plus grosse partie :

    « Sur le papier cette crème qui contient une concentration importante en acide hyaluronique pourrait donc trouver sa place comme crème anti ride avec un cout bien moindre que les crèmes anti-rides en cosmétique ou dermo cosmétique. Or elle a un inconvénient majeur : l’acide hyaluronique contenu dedans n’est pas à la bonne taille : il est trop gros et il reste à la surface de la peau pour offrir une hydratation optimale afin de fermer la plaie.
    Or la ride n’est ni une plaie, ni une lésion… En petites molécules ou encore mieux sous la forme micronisée dans les crèmes anti-âges, l’acide hyaluronique franchit alors la couche cornée pour stimuler les fibroblastes, relancer la production de fibres et restructurer la peau de l’intérieur à long terme ce qui permettra d’avoir une réelle action antiride. Celui contenu dans la crème Ialuset® est en fait un produit à effet éphémère, agissant un peu comme un maquillage camouflant qui lisserait la ride le temps de la journée.
    Alors effectivement cette crème peut se concevoir pour son action éphémère anti âge, le temps d’une journée ou d’une soirée comme le ferait un maquillage coup d’éclat mais en prenant bien toutes les précautions en amont pour tester cette crème. N’oubliez pas que cet acide hyaluronique possède quand même un inconvénient majeur puisqu’il peut dessécher la peau et donc au final l’abimer. Il ne faut donc mieux pas l’utiliser seul ni même tous les jours. De plus, des réactions cutanées à type de démangeaisons ou d’allergie à l’application sont décrites. Enfin, il ne faut surtout pas l’appliquer sur le contour des yeux (trop irritante et la peau très fine du contour des yeux pourraient subir des dommages comme une irritation, démangeaisons, allergie…).
    Et surtout ATTENTION à la formule Ialuset® plus qui contient en plus un antibiotique très photosensible laissant alors des marques indélébiles sur le visage en cas de soleil (même voilé). »

    J’avais donc arrêté de l’utiliser. Aviez-vous vous-même entendu parler de ces inconvénients? Et qu’en oensez-vous?

    Merci à vous!

    Cordialement

    Sandrine Royer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'autorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.