Tout sur l’acide hyaluronique en esthétique et la peau pulpeuse

Tout sur l'acide hyaluronique et la peau pulpeuse

Pour une peau pulpeuse, rien de tel que des traitements à base d’acide hyaluronique qui réhydratent la peau en profondeur.

Qu’entend t-on par « peau pulpeuse » ? Eh bien, une peau « juicy », gorgée d’eau, comme un quartier de mandarine. Fraîche, lumineuse, transparente. Le secret de cela, ce sont les macromolécules qui composent le tissu de soutien de la peau, dont le fameux acide hyaluronique qui gonfle au contact de l’eau des tissus, comme un matelas d’eau. On dit qu’il peut fixer jusqu’à 1000 fois son poids en eau. « Dès que l’on est en présence d’un déséquilibre cutané, comme une peau terne ou des rides, on observe que le tissu perd son aspect pulpeux. D’où la nécessité d’apporter un supplément d’hydratation », explique le Dr Marie-Thérèse Bousquet, médecin esthétique. Ceci est d’autant plus judicieux que les réserves d’acide hyaluronique de l’organisme diminuent rapidement, dès l’âge de 25 ans. On estime qu’à cinquante ans, la peau a perdu la moitié de ses ressources.

 

TRUCS ET ASTUCES BEAUTE POUR AVOIR LA PEAU PULPEUSE

Changer sa routine beauté, vite !

Ce qui nuit au pulpeux, c’est deux choses : l’absence de soin et/ou la mauvaise hygiène de vie. Il est donc urgent, si vous ne faites rien pour votre épiderme, de l’hydrater, pour le « dératatiner », lui redonner souplesse et plénitude, avec une formule à base d’acide hyaluronique puisqu’on en parle (sinon de glycérine, ça marche aussi). Les deux molécules sont « hygroscopiques » : elles fixent l’eau dans les tissus. Sérum, crème ou les deux, choisissez en fonction du degré de tiraillement de la peau.

« Personnellement, j’aime bien les masques parce qu’ils incitent à prendre un moment pour soi et les femmes qui n’appliquent rien sur leur visage ont besoin de cette parenthèse pour établir la connection avec leur peau » rapporte Marie-Thérèse Bousquet, médecin esthétique. A tester : le Masque Intensif à l’Acide Hyaluronique Hyaluron-Filler d’Eucerin. Il contient haut et bas poids moléculaires et adhère bien sur le visage. Pour le contour des yeux, il existe des patchs parsemés de micro-pointes remplies d’AH. Ils reproduisent l’effet d’une mini-méso et se dissolvent à la surface de la peau (Liftactiv Micro Hyalu Patches de Vichy ou Le Traitement Néomorphose Patchs Ultra-Comblants de Carita).

Pour ce qui est de l’hygiène de vie, pas la peine de vous faire la leçon, vous connaissez le topo : bien s’alimenter, faire ses nuits comme un bébé, limiter sa consommation de tabac et d’alcool, s’exposer modérément au soleil, c’est la base de tout. Si vous ne respectez pas cette hygiène minimale, inutile d’appliquer des sérums à l’acide hyaluronique, ils seront sans effet. Pensez aussi à boire vos 1, 5 litres d’eau par jour, ça peut aider.

Quel cosmétique à base d’acide hyaluronique choisir ?

Si vous ne mettez rien sur votre peau, le premier produit venu sera utile. Maintenant, si vous voulez faire les choses dans les règles de l’art, suivez le guide.

  • Un acide hyaluronique de quel poids moléculaire ?

Dans les produits cosmétiques, on trouve deux types d’acide hyaluronique : le haut poids moléculaire (grosse molécule qui ne pénètre pas dans la peau mais offre une hydratation de surface) et le bas poids moléculaire (acide hyaluronique fragmenté qui pénètre jusqu’aux couches profondes de l’épiderme, où il capte l’eau des tissus et stimule la production d’un acide hyaluronique naturel par la peau). « Pour un effet d’hydratation prolongé, mieux vaut miser sur les produits qui contiennent un AH de bas poids moléculaire » conseille Lionel de Benetti, cosmétologue.

  • Quel pourcentage d’acide hyaluronique ?

Il n’y a pas de plafond concernant le hyaluronate de sodium glissé dans les formules. « En général, les taux oscillent entre 0, 1 % et 3 %. « Mais le dosage ne signifie pas grand-chose car il englobe tous les AH utilisés, haut comme bas poids moléculaires », indique Mathilde Bouillaud, Chef de Projet Cosmétique au sein du Laboratoire Vivacy. Donc, rien ne dit que le 3 % est mieux que 0, 1 %, d’autant que le bas poids est cher, donc toujours dosé avec parcimonie. Ce qui compte, c’est la qualité de l’AH utilisé et la façon dont le produit est formulé. Les produits issus des laboratoires d’injectables ont pour eux d’utiliser des AH d’excellente facture, puisque ce sont a priori les mêmes que ceux injectés dans les rides (à découvrir dans les gammes Teoxane, Restylane, FillMed, Vivacy, Mesoestetic, etc). Par ailleurs, les molécules ont souvent une petite particularité en plus : le RHA Sérum de Teoxane utilise par exemple une forte proportion d’un AH réticulé qui forme un maillage à la surface de la peau. Il est plus résistant à la dégradation, dixit le labo. Le Sérum Régénérant Cellulaire Stylage Skin Pro de Vivacy utilise un AH couplé à des antioxydants, etc. Néanmoins, pas de raccourci hasardeux. Les marques cosmétiques de renom utilisent bien sûr aussi des AH de qualité dans leurs produits.

Un produit cosmétique reste cependant un produit cosmétique. Quand on dit que l’acide hyaluronique capte l’eau des tissus à la manière d’une éponge, on oublie de préciser qu’il capte aussi l’eau de la formule cosmétique … , donc petite déperdition d’efficacité au passage. Pour une hydratation optimale, rien ne remplace un acide hyaluronique injecté au sein même des tissus, lors de séances de mésothérapie chez le médecin

Et les compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique, ça marche ?

« Et comment ! », s’exclame le Dr Marie-Thérèse Bousquet. Le Dr Laurent Fidalgo, médecin esthétique, les prescrit aussi mais rappelle qu’il faut cependant une quantité d’acide hyaluronique supérieure à 100 mg pour offrir une efficacité (repérés pour vous : Synchronisation Nutritionnelle HoliMoist d’Holidermie, 125 mg ; Hyaluronic Forte de Biocyte, 200 mg).

 

LIRE AUSSI : Les compléments anti-âge, c’est bon pour ma peau ?

 

 

LES TRAITEMENTS ESTHETIQUES QUI REPULPENT LA PEAU

La mésothérapie ou biorevitalisation utilise des produits à base d’un acide hyaluronique peu ou légèrement réticulé, injecté en nappage sous la peau. Là, la molécule va gonfler comme une éponge au contact de l’eau des tissus et stimuler la production de l’acide hyaluronique naturellement fabriqué par la peau. A force d’injections, cette dernière est donc plus rebondie et tonique aussi. D’où la bonne idée de prévoir au moins deux cures par an dans son agenda beauté. Haut poids ou bas poids moléculaire, on s’en moque un peu puisque le produit est amené au cœur de la peau. Ce qui intéresse les médecins, c’est le degré de réticulation (molécules unies les unes aux autres formant des « chaînes ». Plus il y a de chaînes, plus le produit est dense et inversement) de l’AH. Un produit non réticulé, est plus vite dégradé par les enzymes de la peau qu’un produit légèrement réticulé.

 

LIRE AUSSI : Tout sur la mésothérapie bonne mine

 

Quel type de mésothérapie faire à 25/35 ans ?

La peau est naturellement pulpeuse. Mais si on fume comme un pompier, le teint peut perdre sa fraîcheur et sa transparence. « Dans ce cas, je préconise une mésothérapie simple » indique Marie-Thérèse Bousquet. Soit, une méso réalisée avec acide hyaluronique non réticulé, type NCTF de FillMed ou Nanosoft du même laboratoire. Mais ce peut-être aussi un produit appliqué à la suite d’un microneedling (stylo qui microperfore la peau) ou d’une mésolaser (acide hyaluronique appliqué après une séance de laser C02 fractionné), type RHA Topical Skin Booster de Teoxane.

Quel type de mésothérapie faire à 35/40 ans et au-delà ?

On peut passer à une mésothérapie profonde (Skinboosters de Galderma, Volite de Juvéderm, …). Elle utilise un acide hyaluronique faiblement réticulé que le médecin injecte un peu plus loin sous la peau. Le produit offre une rémanence de quelques mois (au lieu de quelques semaines).

 

COMMENT PROLONGER LES EFFETS D’UNE MESOTHERAPIE ?

Il est important de respecter le protocole défini par le médecin. S’il indique trois séances, ne vous arrêtez pas au bout de deux. « Il y a un réel intérêt à aller jusqu’au bout pour déclencher la stimulation cellulaire » indique Charlotte Rey, Chef de produit chez Vivacy. L’exposition aux facteurs environnementaux et le style de vie sont tout déterminants. Le cocktail « pollution + tabac » notamment est désastreux sur l’aspect « juicy » de la peau. Ensuite, il y a tous les produits mis à la disposition des médecins qui vont permettre de prolonger les effets de la méso, grâce à leurs formules chargées en micronutriments, lesquels agissent comme des boosters cellulaires.

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?

2 Commentaires on "Tout sur l’acide hyaluronique en esthétique et la peau pulpeuse"

  1. Bonjour, j’aime beaucoup votre site qui est rempli d’infos utiles!
    Cependant je suis un peu perdue ds tous les traitements proposés : j’ai 49 ans et une peu plutôt en « bon état » (malgré des boutons mensuels récurrents et tenaces!). Je pense que ça serait utile que vous consacriez un article à une proposition de soins et leurs fréquence pour prévenir le vieillissement cutané (par ex nous dire: 1/ an une sceance de radiofréquence, 2/an une sceance de laser CO2, en hiver une crème hydratante nuit à la vitamine C, et le jour … etc), car je pense que ce qu’il manque c’est une vision globale de ce que l’on doit faire sur une année.
    Merci d’avance!
    Veronique

    • Bonjour,

      Malheureusement, il n’y a pas de traitements standards sur une année.Tout dépend de votre problématique, de l’état de votre peau, de vos priorités, de votre budget … C’est bien cela qui fait la singularité des traitements esthétiques et aussi leur valeur ajoutée : ils sont parfaitement personnalisés. Les soins à base d’acide hyaluronique sont bons pour quasiment tout le monde, dès lors que la peau est déshydratée et a perdu son aspect pulpeux. Néanmoins, je vous conseille de vous offrir un bilan avec un médecin esthétique ou un dermato. Lui seul sera en mesure de vraiment vous conseiller sur les traitements appropriés, aux vues du diagnostic de peau qu’il fera. Mes papiers n’ont pour but que de vous informer sur ce qui existe, pour que vous soyez moins perdue justement chez le médecin et plus à même de discuter avec lui. Mais ensuite c’est à lui de vous orienter.
      Merci pour votre fidélité en tous les cas ! Ces petits mails d’encouragement sont toujours très appréciés 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.