Le match médecine esthétique/chirurgie

Le match médecine esthétique/chirurgie

Vous envisagez une intervention mais hésitez entre un geste de médecine esthétique léger mais temporaire et une chirurgie plus lourde au résultat définitif ? Il n’y a pas une solution meilleure que l’autre, mais des cas qui peuvent se contenter d’un traitement en cabinet et d’autres qui nécessitent une intervention au bloc.

Même si la médecine esthétique a fait des pas de géant ces dernières années, elle ne peut pas toujours rivaliser avec la chirurgie. Il faut donc savoir passer la main, parfois. Evidemment, le risque est toujours présent dans la chirurgie. Mais la médecine esthétique a aussi son lot de déconvenues ! La peur viscérale du bistouri est aussi incompréhensible que la candeur de certaines femmes vis-à-vis de la médecine esthétique. A notre avis, mieux vaut un geste chirurgical bien conduit que des gestes à répétition qui transforment à terme le visage.

Sur ces bonnes paroles, voici quelques cas où vous pourriez hésiter entre une spécialité et l’autre. Et nos réponses.

 

UN SOURCIL QUI CHUTE

La solution light : une injection de toxine botulique.

Possible dans quel cas ? Si le muscle frontal est suffisamment large et puissant pour pouvoir relever l’ensemble du sourcil. Le test : haussez les sourcils. Si le mouvement entraîne bien l’élévation de la queue du sourcil, alors, l’injection est pour vous ! Les piqûres se font à deux endroits : au milieu du front et au coin de l’œil. Le résultat dure environ 6 mois (350 à 500 €).

Si le muscle n’est pas assez puissant, mais que les tempes se sont creusées avec l’âge, le Dr Robin Mookherjee, chirurgien plasticien, suggère une autre solution :« On peut les repulper avec une injection d’acide hyaluronique volumateur sous le muscle temporal ! Ceci permettra d’ascensionner aussi légèrement la queue du sourcil ». Le résultat dure entre 1 et 2 ans (400 €).

On passe à la chirurgie quand ? Lorsqu’on ne peut bénéficier d’aucune de ces injections ou que leur résultat promet d’être insuffisant. Dans ce cas, le chirurgien propose un lifting temporal. Il réalise une incision de 4 à 5 cm, dans la région temporale, à l’intérieur des cheveux. Il décolle la peau (parfois aussi les muscles) jusqu’à l’arcade sourcilière, retend les tissus à 45 °, puis fixe le coin du sourcil à l’aponévrose du muscle temporal. Cette intervention agrandit beaucoup le regard mais risque de le transformer aussi, attention … Les suites : des bleus et un gonflement pendant 10 à 15 jours.  Prix : entre 3000 € et 4000 €.

Chez les hommes, en revanche, pas question de faire le regard en amande. On intervient en supprimant un petit quartier de peau au ras du sourcil. La cicatrice est raide et gonflée pendant un mois, puis elle blanchit progressivement au cours des trois mois suivants. Prix : 2000 €.

DES PAUPIÈRES TOMBANTES

La solution light : le Plexr, un appareil basé sur la technologie plasma qui « sublime » les cellules (les détruit, en gros) en les faisant passer de l’état solide à l’état gazeux. En cicatrisant, la peau de la paupière va se rétracter et estomper le relâchement cutané.

Possible dans quel cas ? Un relâchement débutant de la paupière. Mais on peut aussi proposer cette intervention dans des cas plus importants, lorsque la patiente refuse la chirurgie. Le résultat ne sera jamais équivalent mais offrira une amélioration. « Avec une pointe métallique, on créée des puits de destruction cutanée. Distants les uns des autres de moins d’un millimètre, ils sont pratiqués tout le long de la paupière, au niveau de la zone relâchée. Au moment de la cicatrisation, les berges de ces micro-puits vont se rapprocher et entraîner, au cours du mois suivant une rétraction cutanée » détaille le Dr Jean-Marc Adda, médecin esthétique. Le protocole est d’une séance de 20 minutes par mois, espacée d’un mois. Prévoir 1 à 5 séances en tout, selon l’importance du relâchement. Les suites : des petites croûtelles pendant une semaine, ensuite une peau rosée pendant 3 à 4 semaines et une interdiction de s’exposer au soleil pendant un mois. Prix :  300 € la séance.

Traitement au Plexr

On passe à la chirurgie quand ? Lorsque la paupière est vraiment très relâchée. Ou lorsqu’on souhaite obtenir un résultat rapide (le Plexr demande tout de même plusieurs mois de traitement dans les cas importants). Le chirurgien pratique alors une « blépharoplastie »,   intervention qui consiste à inciser la paupière à mi-hauteur dans le pli, puis retirer l’excédent de graisse et de peau. « N’étant pas du tout douloureuse et son résultat exceptionnel, je ne dissuade jamais les patientes de faire l’intervention ! », reconnaît le Dr Jean-Marc Adda, médecin esthétique. « Il faut juste accepter d’avoir un regard de boxeur, avec des paupières bleues et gonflées, pendant une semaine. Mais avec un bon make-up, on peut alors reprendre le travail sans que l’intervention se remarque » rassure le Dr Robin Mookherjee, chirurgien plasticien. Prix : 3000 €.

DES POCHES

La solution light : une injection d’acide hyaluronique.

Possible dans quel cas ? Lorsque la poche est peu accentuée. Dans ce cas, on peu tenter de la masquer en injectant une petite quantité d’un acide hyaluronique très fluide dans le creux, sous la poche. Comptez en moyenne 500 €.

On passe à la chirurgie quand ? Lorsqu’on veut retrouver un regard frais sur le champs ou quand les poches sont plus marquées avec un excès de peau important. Dans le cas, le chirurgie pratique une « blépharoplastie inférieure« , intervention qui consiste à inciser à retirer l’excédent de graisse et de peau au niveau de la paupière. Le résultat définitif est visible à 1 mois. Comptez autour de 3000 €.

 

UN VILAIN NEZ

La solution light : une injection.

Possible dans quel cas ? Toutes les petites corrections. Par exemple, une mini-bosse, un nez légèrement de travers ou des imperfections mineures au niveau de la pointe peuvent être rectifiées avec une touche d’acide hyaluronique (100 € à 500 €). Les rides horizontales sur la racine du nez (rides de Bunny), ou de chaque côté du nez, peuvent être, elles,  estompées avec une injection de toxine botulique (100 € à 300 €).

On passe à la chirurgie quand ? Dans le cas d’une grosse correction : une grosse bosse, un nez vraiment trop large ou un gros défaut de la pointeetc. Ou lorsque l’on souhaite une correction pour la vie de son petit défaut. Prix : entre 3000 et 5000 €

 

UN OVALE RELÂCHÉ

La solution light 1 : des fils tenseurs crantés.

Possible dans quel cas ? Lorsque l’on souhaite corriger un début de relâchement (voir l’échelle ci-dessous) autour de 35/ 40 ans et que le visage a conservé tous ses volumes. « Je place trois fils de chaque côté : l’un à angle droit au niveau de la mâchoire ; les deux autres en « U » au niveau de la pommette ou la joue et cela suffit à redonner une belle fermeté à l’ovale», explique Eric Essayagh, médecin esthétique. L’intervention se pratique sous anesthésie locale, en 30 minutes. Le résultat final est visible sous une petite semaine et persiste entre 12 et 18 mois. Comptez autour de 800 €.

La solutions light 2 : des injections d’acide hyaluronique.

Possible dans quel cas ? Un relâchement léger associé à une fonte globale des volumes du visage. « Dans ce cas, l’astuce consiste à injecter des produits d’une bonne fermeté, type Restylane Lift ou Teosyal Deep, qui vont soulever et soutenir les tissus à la manière d’étais.  Je réalise une dizaine de points au niveau des pommettes, des angles mandibulaires et des creux mentonniers » détaille le Dr Eric Essayagh. Le résultat persiste entre 12 et 18 mois et nécessite l’injection d’environ deux seringues d’acide hyaluronique par côté. Comptez autour de 980 €.

La solution light 2 : les ultrasons microfocalisés (Ultherapy ou autres), Ces ondes qui délivrent une chaleur très intense dans les couches profondes de la peau provoquent une lésion localisée, à partir de laquelle la peau va se rétracter et se régénérer. A une certaine profondeur, le médecin arrive même à toucher le muscle peaucier du cou, qui se rétracte avec un effet digne d’un vrai lifting !

Possible dans quel cas ? Celui d’un relâchement léger avec une peau d’une bonne épaisseur, mais sans excès graisseux (double menton). Le résultat apparaît progressivement au cours des 3 à 4 mois suivants. En général une seule séance suffit. A partir de 1800 €.

On passe à la chirurgie quand ? Lorsque le relâchement est plus important, avec des bajoues, des plis mentonnier un sillon naso-génien très marqués, etc. Le lifting cervico facial traite à la fois les joues, l’ovale et le cou, sans transformer le visage, qui prend un super coup de fraîcheur, comme si vous reveniez dix ans en arrière ! Mais il faut accepter de se cacher pendant deux semaines avant de reprendre le travail, sachant que le résultat n’est vraiment joli qu’après un mois. Prix : entre 7500 et 10000 €.

Jusqu’au grade 3, la médecine esthétique peut agir. Après, il faut passer la main au chirurgien ! 

 

UN MENTON TROP PETIT OU FUYANT

La solution light : une injection d’acide hyaluronique volumateur.

Possible dans quel cas ? Lorsque l’on pense pouvoir se contenter d’une petite amélioration, qui ne transformera pas complètement le visage mais adoucira la ligne de profil. La zone injectée est dure pendant une à deux semaines. Ensuite, le produit prend sa place et on ne le sent plus du tout ! Prix : à partir de 350 €.

On passe à la chirurgie quand ? Lorsque l’on souhaite une véritable correction de son menton fuyant, et de façon définitive.

  • Si le menton est de hauteur normale, on l’avance grâce à la pose d’un implant qui va progressivement s’intégrer à l’os de la mâchoire.
  • Si le menton est fuyant mais d’une hauteur importante, on pratique une « ostéotomie d’avancement », opération qui consiste à couper l’os du menton horizontalement puis à faire glisser la partie inférieure vers l’avant comme un tiroir. Evidemment, c’est un petit peu plus lourd au niveau des suites. Prix : 4500 à 5500 €

 

UN VISAGE EMACIÉ

La solution light : des injections d’acide hyaluronique.

Possible dans quel cas ? Lorsque que vous constatez que votre visage a fondu avec l’âge. Les injections permettent de restituer au visage les volumes disparus. Le résultat des injections dure un an. Prix : à partir de 500 €.

On passe à la chirurgie quand ? Quand on a déjà signé pour un lifting avec son chirurgien pour corriger un relâchement du bas du visage et que l’on souhaite également retrouver ses volumes, qui ont fondu avec l’âge. Dans ce cas, le chirurgien profitera de l’anesthésie générale pour ponctionner un peu de graisse sur les parties enrobées de votre corps et la réinjecter aux endroits creusés. Contrairement aux injections d’acide hyaluronique, le résultat de cette greffe de graisse est définitif. Prix : compris dans le lifting. Comptez entre 7500 et 10000 €.

 

DES BOURRELETS LOCALISÉS

La solution light : une cryolipolyse (congélation des cellules graisseuses).

Possible dans quel cas ? Lorsque l’on est peu éloigné de son poids de forme et que l’on souhaite se débarrasser de petits bourrelets localisés au niveau du ventre, de la culotte de cheval, de l’intérieur de cuisses, etc. Si vous êtes enrobé, il est conseillé de faire un régime avant, pour optimiser le résultat. L’intervention ne retire que 25 % de l’épaisseur de graisse au cours d’une séance (contrairement à la liposuccion qui en élimine au moins 70 %), si bien qu’au moindre écart alimentaire, les bourrelets peuvent s’épaissir à nouveau. Prix : à partir de 500 € 1 zone (par exemple, le ventre ou les cuisses).

Traitement réalisé avec la Cristal de Deleo

On passe à la chirurgie quand ? La liposuccion est indiquée dans le cas d’importantes surcharges graisseuses (à condition d’avoir une bonne qualité de peau) et permet de traiter plusieurs zones du corps en même temps, pour resculpter, si besoin, entièrement la silhouette. Une fois aspirées, les cellules graisseuses ne reviennent pas, mais les restantes peuvent prendre du volume. Si vous conservez un poids stable au cours des années suivantes, le résultat sera toujours identique.  Prix : à partir de 3000 €.

Toute reproduction interdite

4 Commentaires on "Le match médecine esthétique/chirurgie"

  1. Bravo pour cet article intelligent , clair et plein d’espoir!et Merci on apprend plein de techniques inconnues du grand public

  2. la chirurgie a un avantage! elle dure plus longtemps et reviens finalement moins cher.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.