Réunions Zoom : au secours, je ne supporte plus ma tête !

Réunions Zoom : au secours, je ne supporte plus ma tête !

Ah, les joies du télétravail ! C’est qu’on est si mignonne, dès potron-minet, devant son écran … Tellement qu’on ne rêve plus que d’une chose : changer de tête !

Deux mois de réunions sur cette fichue plateforme ont fini par laminer complètement l’égo. Déjà qu’on n’est pas tous très photogéniques à la base. Mais alors, là ! Question estime de soi, on est descendu au-dessous du niveau de la mer ! « Au bout d’une semaine à peine, je ne supportais plus ma tête » avoue Judith qui, sitôt le déconfinement annoncé, a filé droit sur Paris retrouver son chirurgien esthétique (pour retourner, dès l’injection terminée dans son camp retranché de l’Eure, où elle vit un télétravail apaisé). « Pour moi, c’était vital ! Il fallait que j’y aille parce que je ne me respectais plus ! ». « Cette caméra ne pardonne rien. Pire, elle créé des défauts que tu n’as pas ! » peste t-elle. Renseignements pris auprès d’un photographe, tout ceci est assez vrai.

« L’optique des caméras d’ordinateur n’est pas de bonne qualité. Ça fait le teint grisâtre. D’autant que les gens se filment souvent en contre-jour. Et de beaucoup trop près aussi … Du coup, c’est comme si on s’approchait d’eux avec un grand angle. Le visage est complètement déformé : gros yeux, dents de cheval, faciès hypertrophié, nez zarbi … » rapporte André Thoraval.

« Je confirme, la pointe de nez bifide, c’est à dire séparée en deux, ça ne passe pas très bien en vidéo ! Ni la pointe de nez en « bouchon de champagne », ni la « patate », du reste. Mais il y a des solutions pour améliorer cela, qui ne relèvent pas forcément de la chirurgie, en tous les cas pour les deux premiers cas. On peut envisager une injection d’acide hyaluronique, par exemple » indique le Dr Robin Mookherjee, chirurgien plasticien.

Last but not least, toutes les zones d’ombre du visage sont accentuées à l’écran. « C’est double peine côté cernes, poches, double menton, … » énumère le photographe. « Seules les rides sont peu visibles car l’image n’est pas assez bien pixellisée. En revanche, les gros plis, eux, on les voit super bien ! ». Cool ! On est content de savoir que les sillons nasogéniens sont plus creusés que jamais devant les collègues de bureau !

« Ce qui ne pardonne pas aussi, c’est qu’on est figé dans la même position pendant de longs moments. Difficile de garder le sourire et le style dans ces conditions … » enchaîne le photographe.

Ok, mais même si Zoom renvoie une image de nous qui n’est pas toujours conforme à la réalité, on n’est pas ravie d’être vue sous un prisme aussi peu flatteur. D’autant que le télétravail a toute les chances de perdurer après la crise du Coronavirus. Les réunions virtuelles aussi, du coup. Va falloir s’habituer à sa tête … ou alors, l’améliorer !

« En fait, les réunions en visio, ça a été pour moi un super déclencheur. Ça faisait des mois que je réfléchissais à faire quelque chose pour mon ovale qui dégringole. Eh bien là, ça y est, je suis décidée ! » m’avoue Judith. Moi : « Ah bon, à faire quoi ? ». Elle : « Un lifting !!! J’en crève … ». Bien, bien, bien.

« Mais avant de passer au bloc, faîtes peut-être un nouvel essai chez vous, en vous installant, dans une pièce éclairée par la lumière du jour, mais pas avec le soleil en pleine tête non plus. Ensuite, repérez où se trouve la caméra et réglez votre siège de façon à être assis ni trop haut ni trop bas mais bien en face, et surtout pas de trop près. Cadrez sous la poitrine et marquez l’emplacement de la chaise au sol pour le retrouver facilement le lendemain. Ensuite, gardez la position sans trop bouger ou alors faites-le discrètement et résistez à l’envie de vous approcher de l’écran quand vous parlez. Evitez notamment d’avancer les mains vers la caméra, sous peine de vous retrouver affublée de deux énormes paluches à la Mickey. Et gardez à l’esprit tout au long de la réunion que vous êtes filmé, ça vous aidera à mieux contrôler vos expressions. Avec tout ça, vous devriez déjà nettement mieux passer !» conseille André Thoraval. J’ajouterais, faites un petit effort de maquillage aussi. A minima, camouflez les cernes et autres zones d’ombre avec un stylo enlumineur (Touche Eclat d’Yves Saint- Laurent) et poudrez pour éviter les luisances. « Les écrans ont tendance à aplatir les visages, n’hésitez pas à jouer du contouring avec une terre de soleil pour leur redonner du relief. Recherchez une belle lumière dans la pièce, le soleil réchauffe le teint même à l’écran, et ajoutez-y une touche de blush, type Chanel Joues Contraste Fuchsia Rosa, pour une plus belle mine encore  » complète Gregoris Pyrpylis, maquilleur de studio.

Maintenant si, après tout cela, vous vous trouvez toujours moche, alors offrez-vous une consultation chez un médecin/chirurgien esthétique. Il trouvera certainement le moyen d’arranger les choses avec une injection ou autre ! Il suffit parfois de très peu de choses pour changer complètement l’apparence.

 

LIRE AUSSI : Déconfinement : reprise en toute sécurité chez les chirurgiens esthétiques

 

Toute reproduction interdite

Cet article vous a été utile ?





Soyez le premier a commenter on "Réunions Zoom : au secours, je ne supporte plus ma tête !"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.