Corps : le remaillage aux fils PDO au secours des peaux fripées

corps : le remaillage aux fils PDO au secours des peaux fripées

Merci les Coréens d’avoir inventé cette technique de « tuteurage » qui redonne une belle tonicité aux tissus légèrement relâchés !

Dès 40 ans, la peau du corps s’affine, perd de son élasticité, se met à friper, à plisser (ce d’autant plus si elle a beaucoup été exposée au soleil). Ça commence souvent au niveau du décolleté, puis ça s’étend. Que suggèrent nos chers médecins contre ce mal qui n’épargne aucune femme ? De tenter les fils coréens, aussi appelés, « mésofils » ou « PDO » (pour polydiaxonone, le matériau des fils de suture chirurgicaux). Des cousins des fameux fils tenseurs proposés en alternative au lifting. Sauf que ces derniers sont crantés, alors que ceux dont vous parle sont lisses et surfins. Mais tous font partie de la grande famille des fils « résorbables », qui se dégradent dans l’organisme après quelques mois (= safe). On  avait déjà évoqué cette technique dans un précédent sujet les fils pour remonter la peau, ça marche vraiment ? Là, on y revient car de plus en plus de médecins l’utilisent, et sur des zones très différentes du corps. De fait, on peut les placer sur le décolleté, la face antérieure des bras, l’intérieur des cuisses, le ventre, les fesses, le dessus des genoux, le dos, les mains … « Je m’en sers même pour améliorer l’aspect des vergetures blanches et des gros capitons de cellulite, à condition de ne pas vouloir les retoucher tous auquel cas la technique Cellfina est plus appropriée » indique le Dr Antoni Calmon, médecin esthétique. Attention toutefois à ne pas confondre les fils de remaillage coréens avec le remaillage aux fils d’or, une méthode sans efficacité dénoncée par toutes les sociétés savantes en médecine et en chirurgie esthétique depuis déjà plusieurs années !

« Les fils de remaillage PDO, c’est comme les pare éboulis en grillage que l’on installe sur les talus rocheux pour éviter les chutes de pierres, sauf qu’eux retiennent la peau ! » explique le Dr Antoni Calmon, médecin esthétique. Ça va même au-delà puisqu’ils parviennent à lui redonner une vraie tonicité en stimulant la production de collagène et d’élastine. « Mais plus tôt, on les place, mieux c’est car on ne fabrique pas des fibres de jeunesse en quantité toute sa vie, malheureusement. L’idéal est de faire le traitement dès la trentaine, avant que la peau ne commence à friper. Si on pose les fils sur une peau déjà abîmée, bien sûr ça marchera mais les résultats seront nécessairement plus limités« , poursuit notre spécialiste. Les fils s’éliminent de l’organisme ensuite entre 6 et 9 mois. Mais la stimulation collagénique qu’ils ont initiée se poursuit encore pendant quelques mois. Résultat : l’effet de remise en tension se maintient facilement pendant 1 an.

A qui les fils de remaillage s’adressent-ils ?

Aux patientes présentant une peau amincie, fripée. Ça ne marche pas sur les peaux épaisses, pleines.

Comment se déroule la pose des fils PDO ?

« Personnellement, j’aime bien, avant d’insérer les fils, injecter en nappage dans la zone de traitement un produit inducteur de collagène type Radiesse, que j’hyper-dilue avec du sérum physiologique, de l’acide hyaluronique et un anesthésiant. Cette technique combinée renforce la stimulation des fibres de jeunesse et rend le traitement très confortable puisque la patiente est anesthésiée », détaille Antoni Calmon. De fait, quand on insère quelques fils sous la peau, ça n’est pas très douloureux mais si l’on remaille entièrement une zone étendue comme le ventre ou l’intérieur des cuisses, on place une centaine de fils et là, ça devient tout de suite très inconfortable. Le dispositif est posé suivant une technique en quadrillage. Le traitement dure environ 1 h 30.

Et après le remaillage, quelles sont les suites ?

Si vous ne traitez qu’une seule zone, comme le décolleté ou le ventre, vous pouvez reprendre immédiatement vos activités. Si le traitement est plus étendu, vous serez sans doute assez épuisée après la séance et contente de rentrer chez vous ! Mais aucun problème pour reprendre le travail le lendemain. Cependant, il faut vous attendre à pas mal de bleus. Si vous prévoyez un remaillage avant les vacances d’été, prenez vos précautions car vous ne pourrez pas vous exposer au soleil avant 3 semaines (sous peine de vous retrouver avec des taches pigmentées). Par ailleurs, l’effet n’est optimal qu’au troisième mois. A noter : il est conseillé d’éviter les traitements à base d’ultrasons dans les 3 à 4 mois suivant la séance, la chaleur pouvant faire fondre les fils.

Quels sont les risques des fils coréens ?  

  • Une infection, comme après toutes les interventions. Le médecin pourra vous donner des antibiotiques à prendre pendant quelques jours, après l’intervention.
  • Certains fils visibles sur les peaux très fines ou une de leurs extrémités qui se sent sous les doigts (dans ce cas, cela forme un petit bouton). « En massant la peau, on arrive cependant très souvent à faire fondre les fils et à diminuer cet aspect » indique le Dr Antoni Calmon.
  • Quelques fils peuvent s’échapper de la peau, dans les 15 jours suivant leur pose, de façon inopinée. Ce n’est pas grave mais cela surprend !

Combien coûte la pose de fils ?

Très cher : autour de 16 € le fil. Vous ne vous en sortirez pas à moins de 1000/1500 € pour le traitement d’une zone (= un ventre ou une cuisse ou un bras). Pour ce prix, le médecin pose une centaine de fils. Vous pouvez bien sûr décider d’en mettre moins : une vingtaine ou une trentaine. L’effet sera évidemment visible mais moins durable.

A quel spécialiste s’adresser pour un remaillage cutané ?

Un médecin esthétique, un dermatologue.

 

 

Toute reproduction interdite

Soyez le premier a commenter on "Corps : le remaillage aux fils PDO au secours des peaux fripées"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


La parole vous est donnée, dans le blog. N’hésitez pas à partager votre expérience, donner votre avis. Mais les commentaires postés doivent être factuels et exprimés sur un ton courtois et modéré, sans attaques personnelles.
Vous n’avez pas le droit d’écrire en toutes lettres le nom d’un médecin. Par ailleurs, je me réserve celui de supprimer à posteriori tout commentaire que je considèrerais comme agressif, excessif, indélicat, scabreux, choquant, diffamatoire ou calomnieux envers les praticiens ou d’autres personnes. Je n'authorise pas non plus la promotion d'appareils ou méthodes qui n'ont rien à voir avec les techniques médicales évoquées dans mes pages et qui peuvent induire en erreur ou tromper mes lecteurs. En postant un commentaire, vous adhérez sans réserve à ces conditions et vous vous interdisez toute réclamation du fait de la non publication ou de la suppression de ce commentaire.
De même, n’étant pas médecin mais journaliste, je ne pourrai délivrer aucun conseil médical à titre personnel, recommander un spécialiste ou communiquer des numéros de téléphone, adresses mail ou postales. Vous trouverez dans la rubrique « avant/après l’intervention » les contacts des organismes professionnels auprès desquels vous adresser pour obtenir les annuaires de médecins qualifiés. Ceux cités dans mes sujets interviennent uniquement à titre d’experts.

*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.